“Connais-toi toi-même, et tu connaîtras l'univers et les dieux.”
                                                                     (Socrate)
page précédente: ironie     Le respect nous engage à reconnaître la vérité.                                                                                                     
RESPECT
     Le croyant authentique respecte la vérité.                                                                                                                                       <
Le véritable respect dépend de l'intention d'aimer
au lieu de se barricader dans la crainte méfiante:
LA PEUR EMPECHE L'OUVERTURE
caractéristique de la bonne foi.

“Eternel (...) Ne sois pas pour moi un sujet d'effroi.”
                                           (La Bible, Jérémie 17-17)

L'expression “crainte de Dieu” s'adresse surtout aux forces instinctives
enfouies dans l'obscurité de notre inconscience:
incapables d'abstraction,

celles-là ne discernent pas la différence entre l'amour et l'attachement,
elles réduisent l'être à l'avoir,
elles confondent réel et matériel, foi et croyance,
engagement libre et soumission contrainte et méfiante,
autorité compétente et autoritarisme immature.
Elles agglutinent leurs envies dans la stagnation des ignorances.
ATTACHEES au sentiment d'avoir,  
                        (cf: LE FRUIT DEFENDU)
elles voudraient tout posséder, tout maîtriser, tout régenter
      L'autre n'est pas un objet à leur service!
afin d'organiser un semblant de cohérence relatif à leur point de vue restreint,
(sans bouleverser leurs repères personnels)
et se cantonner dans leur pseudo-vérité séparée.
      remarque >>>
Dieu est bienveillant, et non pas hostile à notre égard.                                                                                          <
L'être primitif voit des rapports de force partout.
Toujours sur la défensive, il pense plutôt en termes de soumission-domination,
et s'oppose systématiquement pour s'opposer coûte que coûte,
au lieu d'envisager l'intelligence harmonieuse de l'uni-vers.
Il n'y a pas lieu de redouter l'amour universel
et sa bienveillance authentique!
      La liberté est nécessaire à l'amour.
Ce n'est donc pas Dieu qu'il faut craindre,
mais plutôt l'absence de Sa cohérence,     
      remarque >>>
là où nous empêchons la manifestation
du souffle conciliant de notre Cause Première.
      La liberté est nécessaire à l'amour.
Mais cela suppose de renoncer à chaque attachement étriqué,
tandis que l'ego refuse de lâcher prise.

Les lois de l'univers ne cherchent pas à nous menacer.                                                                                        <
Pour accepter la règle du détachement,
il faut donc consentir à se remettre en question - DE BONNE FOI -
pour se libérer... et non pas comme un esclave résigné sous la torture!
En corollaire, on n'impose rien, on ne manipule pas les autres,
on s'efforce de respecter leur authenticité.                 remarque >>>


 
“Elève les êtres, nourris-les
Sans chercher à les asservir.”

                           (Dao De Jing / Tao Te King - ch 10)
Tao Te King  
La perfection divine vise l'amour universel et authentique.                                                                                       <
Le respect intégral de notre essence conditionne l'authenticité:
la cohérence de tous les aspects de notre conscience empêche de se contredire soi-même.
Mais les énergies primitives ne savent se soumettre aux lois supérieures
qu'à la manière des loups qui, terrassés par le plus fort,
obéissent sous la contrainte et dans la peur:
Or si on laisse tous ces processus archaïques nous dominer,
le chaos de nos réflexes immatures s'opposera à la cohérence de la FOI
donc au respect de notre Cause Première.


“Car je ne fais pas le bien que je veux,
et je fais le mal que je ne veux pas.”

                           (La Bible, Romains, 7-19)

En effet les mécanismes instinctifs ne sont guère capables de libre arbitre:
leurs automatismes trompent notre vigilance.
Ils doivent donc être soumis à notre RAISON
puisqu'ils ne peuvent pas comprendre d'eux-mêmes
les processus opératoires qui donnent son sens à la Vie,
« la chair (...) elle ne le peut même pas.»   (La Bible, Romains, 8-7)
à la différence de l'Esprit Supérieur             remarque >>>
dont les exigences cohérentes sont responsables de nos décisions lucides.


Quand on ne respecte pas cette notion de cohérence sincère,
les communications sont faussées et l'uni-vers n'a plus de sens
puisqu'il n'y a plus d'authenticité possible dans les relations.

Ceux qui n'opèrent pas de distinction
(entre les diverses composantes de l'être humain)
risquent de se perdre dans le galimatias des sectes

qui amalgament les Textes Saints
à la sauce naïve de leurs attachements immatures
au lieu de faire preuve de discernement
(en différenciant le « fils de l'homme », le « fils de l'Esprit », etc.).
Ils tendent à confondre la franchise égoïste (et superficielle)
avec la sincérité de la FOI authentique (et profonde).

En revanche, la conscience éclairée qui s'engage
dans
la COHERENCE respectueuse de l'ETRE,

c'est le GAGE DE LA FOI créatrice de la
VRAIE VIE.
Détachée, donc libre de toute envie malsaine,
une conscience tranquille ne redoute pas les remises en questions purificatrices
pour améliorer sa vertu transcendante en profondeur.
                                     remarque >>> (citation)

Grâce à cette liberté intérieure, la bonne foi devient possible.
On raisonne, on respecte la sensibilité de l'autre.
Alors les relations avec autrui se chargent d'espoir
parce que la sincérité les rend fécondes
grâce à l'amour inconditionnel qui découle de cette bienveillance authentique.


 
“La Vertu, c'est le maintien de l'harmonie parfaite.”
                                                            (Zhuang Zi)
Tao Te King  

Cette perspective nous invite à toujours rééduquer nos habitudes,
en vue d'ouvrir l'accès à une réalité plus vaste,                                           remarque >>>
     (voir: PLATON)
au lieu de nous laisser aller à l'inconscience des mécanismes instinctifs
qui font obstacle à la transcendance de l'amour.

Le respect authentique de l'uni-vers conditionne
le sens de l'existence          
par l'ouverture de la BONNE FOI
qui nous grandit à travers l'amour de la Vérité;
tandis que la fuite craintive et l'agressivité
empêchent le progrès intelligent de l'humanité
parce que les bas-instincts se méfient.


“L'évolution est la loi de la vie. (...)
L'unité est la loi de Dieu.”

                                                     (Socrate)

Toujours sur la défensive,
l'ego rejette l'amour bienveillant de notre essence.
Il s'attache avec obstination, comme un chien agrippant son os,
comme si le fruit de la connaissance était une nourriture matérielle:
         
          (cf: LE FRUIT DEFENDU)
il ne veut pas lâcher prise. Il veut dominer et prouver sa puissance.
Il risque de mordre, tellement il s'accroche à la routine
(et aux traditions de son clan par exemple)
au lieu de

faire progresser
L'HARMONIE RESPECTUEUSE DE L'UNIVERS.


Remarques:
Quand on respecte les noirs ou les jaunes aux yeux bridés, on commence par reconnaître qu'ils existent
avec leurs différences que nous acceptons.

Donc on ne prétend pas que les races n'existent pas. Voir : http://www.foilogic.fr/theorie.du.genre.html
>>>

Ce respect engage notre responsabilité dans un progrès authentique                                            
et non pas dans l'aveuglement d'une soumission robotique                                            
(cf: “le paradoxe du maître et de l'esclave”, selon Platon).                                            

A ce sujet, voir : HEGEL

 
“La méditation consiste à vider ton moi
de tout ce qui empêche les Forces Créatrices de surgir des profondeurs de ton Moi,
et de se propager par vibration le long des méridiens de ton corps physique...”

                                                   (Edgar Cayce, lecture 281-13.)
Edgar Cayce  

Lire: TOUT SUR LA MEDECINE CHINOISE   (Docteur D.Colin, C.Barry. - M.A. Editions -)
            < afficher un extrait     clic pour voir un aperçu de ce qu'est cette médecine >>>
ainsi que: “LE PSYCHISME ET LA MUSICOTHERAPIE DES CHINOIS”
(Docteur J.F. Borsarello et A. Robert, musicologue - GUY TREDANIEL, Editions de la Maisnie -).

Il ne s'agit pas pour les croyants de faire du charlatanisme...
mais il conviendrait de procéder à des expériences permettant d'établir des processus reproductibles
en relation avec la spiritualité, en vue d'enrichir nos connaissances en sciences humaines et médicales.
Etudions la création, l'univers nous parle à travers ses lois: «car c'est la vie pour ceux qui les trouvent,
c'est la santé pour tout leur corps».
(La Bible, Proverbes 4-20 au sujet de la parole de Dieu...)


“Les insensés méprisent la sagesse et l'instruction”.
                                                   (La Bible, Proverbes 1-7)

Le sage s'efforce de rester courtois en toute circonstance. « ... l'homme n'est analogue à Dieu qu'en ce centre de lui-même qui lui est voilé,
et il ne peut le rejoindre que par une conversion totale, qui fait de lui un homme "nouveau". »
(A. Béguin, L'Âme romantique et le rêve, 1939, p. 56).
Le croyant authentique travaille sur lui-même et vérifie que les couches inférieures de la conscience
gagnent à être éduquées et soumises à nos aspirations supérieures,
en vue de progresser vers la perfection divine, conformément aux enseignements du yoga, au lieu de s'enliser dans les automatismes conformistes.

Tricher avec les apparences, cela va à l'encontre de l'authenticité dans les relations avec autrui.
Le recours à des artifices (maquillage, etc...) est un manque de respect à l'égard des autres, comme cet
extrait de la religion juive :  “Les juifs peuvent jurer faussement en utilisant des phrases à double sens,
ou tout autre subterfuge”.
(Schabbouth Hag. 6d)

Les composantes inférieures de l'homme (elles peuvent être conditionnées - cf Pavlov) sont apparentées aux réflexes des animaux,
lesquels ressentent comme nous des sentiments de peur, de colère, de joie, de tristesse....


Déclaration des droits de l’animal de 1990 :
« Considérant que tout être vivant possède des droits naturels et que tout animal doté d’un système nerveux possède des droits particuliers (...)».

Si on ne respecte pas la réalité de l'uni-vers, il ne reste plus que du délire, avec l'égarement comme seul repère.
Notre civilisation a déjà amorcé son déclin depuis quelques dizaine d'années: on s'embourbe de plus en plus,
et cela transparaît dans le détournement du sens des mots, pour ne plus respecter la logique de la vie.

Exemple: L'expression « orientation sexuelle » pour désigner l'homosexualité est fondamentalement usurpée:

c'est une imposture qui vise à faire croire aux enfants que le rectum serait un organe sexuel,
et que les organes génitaux mâle et femelle ne seraient pas destinés à la reproduction.
  MARIAGE & ADOPTION par des homosexuels  >>>


Le «non agir» renonce à satisfaire les caprices des bas instincts, par respect à l'égard de la VRAIE VIE.

suite: VIOLENCE                            

Si vous faites tomber une enclume sur votre pied, ça va vous faire mal. Mais faut-il
en accuser la pesanteur? Les lois de l'univers ne sont pas hostiles à notre existence.
Au lieu d'être sur la défensive et de craindre Dieu comme une menace redoutable,
(c'est ce que font les forces inconscientes des bas instincts) les âmes supérieures
considèrent plutôt que son énergie suprême est La FORCE DE VIE bienveillante,
que la perfection divine vise l'amour détaché, et qu'elle aspire à faire régner le BIEN.
On la respecte donc puisqu'elle nous veut du bien :  alors craignez plutôt l'ennemi,
« l'esprit du mal »   (dont il faut purifier nos instincts).   Pourquoi craindre le bien?
L'expression « crainte de Dieu » convenait probablement aux peuples primitifs
parce qu'ils étaient prisonniers d'attachements instinctifs aux croyances immatures
(les mécanismes inconscients répugnent à se dissoudre et entravent l'élévation).
Mais elle n'est plus adaptée à ceux qui aujourd'hui développent une spiritualité noble
et confiante, en sachant bien   qu'il n'y a pas d'amour possible  là où règne la peur:
on ne pourrait pas aimer un Dieu terrifiant qu'il faudrait craindre en même temps.
La foi confiante en notre essence est porteuse d'un amour respectueux,
clairement détaché et non pas confus,  donc « sans peur est sans reproche »
.


Chaque fois qu'on nous montre des gens dans un avion qui effectue un vol parabolique, et sur lequel il est écrit "zéro G", on entend dire qu' « il n'y a plus de pesanteur ».
En réalité il s'agit-là d'une illusion, du fait que tous les occupants de l'appareil sont en train de tomber en même temps: l'attraction terrestre ne cesse pas!
C'est une publicité mensongère, respectons la vérité. Quand on est de bonne foi, on respecte le sens des mots.
>>>

               Le respect de notre essence va de pair avec le progrès de la conscience.   voir: enseigner >

HAUT
R E P E R T O I R E
  ACCUEIL* |  LOGIQUE DE LA FOI* |  INTRODUCTION* |  CROYANCE* |  PRINCIPE* |  AMOUR ET CONSCIENCE* |  INCONSCIENT* |  FRUIT DEFENDU* |  FRUIT DEFENDU (2)*  ATTACHEMENT* |  LIBERTE* |  VRAIE VIE* |  IMMANENCE* |  TRANSCENDANCE* |  RIRE* |  IRONIE* |  VIOLENCE* |  RESPECT* |  ESPOIR* |  VOLONTE* |  CONCLUSION*
vous êtes ici : >>> R E S P E C T astérisque = lien déjà visité   
  COHERENCE* |   FRACTALES* |   HUYGENS* |   SECTES* |   CLONAGE* |   PRIMITIFS* |   EGOISME* |   SOURIEZ* |   MASCARADE* |   MONDIALISATION* |   THEORIE du genre*   GENESE & VIE ETERNELLE* |   mariage & ADOPTION par des homos * |   TRAFIC D'INFLUENCE* |   LES BAHÁ'ÍS* |   ENSEIGNER* |   EXPERIENCES SPIRITUELLES* |   Qu'est-il permis d'espérer?*

Pour une meilleure compréhension de l'argumentation, il est préférable de suivre l'ordre proposé
(à partir de l'accueil, cliquer sur suite)
pour la lecture des chapitres qui précèdent le fichier "transcendance".

Médecine spirituelle chinoise
Congrès sioniste mondial
Précisions sur les RACES

Citations d'auteurs
Tablette d'AHMAD | Shrî AUROBINDO | BAHÁ'Ú'LLÁH | BARLOW | BERGSON | BRIGGS | CAYCE | COMTE | FROMM GIBRAN | HEGEL | HEYOAN | KRISHNAMURTI | LAO TSEU | LEIBNIZ | MONEY | MONNIER | O.N.U. | PASCAL | PERROUX PLATON | POINCARE | SION | SPINOZA | TEILHARD DE CHARDIN | THOMAS D'AQUIN | VASSE | VIVEKANANDA


HAUT    
 
On a souvent tenté d'inquiéter les gens
avec l'inconnu, l'absolu, le suprême (pour les manipuler).
On a brandi des mots comme autant de menaces effrayantes
mais sans jamais élucider le «souverain bien».
Or le danger, c'est la désagrégation chaotique
à l'opposé de la cohérence parfaite à laquelle l'esprit aspire.
On ressent du bien-être quand on harmonise les choses
et surtout notre façon de les percevoir,
c-à-d quand on améliore notre cohérence intime.
Ce progrès construit notre intelligence:
il nous invite à prendre du recul
pour accéder à la sagesse.                                                                                         remarque >>>
L'absolu n'a pas lieu d'effrayer,
ce n'est rien d'autre que la cohérence parfaite,
comparable à la notion paradoxale de «limite infinie»
(cette limite sans limite...) qu'on utilise en mathématiques:
on n'atteint pas la perfection,
mais cela n'empêche pas d'en comprendre le sens,
donc de mieux définir le but pour s'orienter dans la vie.
 
 

     REPERTOIRE COMPLET >>>>>>>>>>>>
  HAUT







Les TEXTES ANCIENS (vieux de plusieurs millénaires)
- sur lesquels repose la médecine antique chinoise -
décrivent le rôle des différentes énergies
qui nous habitent, et les règles à respecter
pour accéder à l'authenticité.







Les TEXTES ANCIENS (vieux de plusieurs millénaires)
- sur lesquels repose la médecine antique chinoise -
décrivent le rôle des différentes énergies
qui nous habitent, et les règles à respecter
pour accéder à l'authenticité.












Selon les TEXTES ANCIENS,
il convient d'équilibrer, d'harmoniser
les différentes forces qui nous habitent,
lesquelles influencent à la fois
notre psychisme et notre santé.
Il semble que chacune se caractérise
par un certain spectre vibratoire.










Selon les TEXTES ANCIENS,
il convient d'équilibrer, d'harmoniser
les différentes forces qui nous habitent,
lesquelles influencent à la fois
notre psychisme et notre santé.
Il semble que chacune se caractérise
par un certain spectre vibratoire.















Chaque organe reflète une tendance spirituelle:
selon les TEXTES ANCIENS, l'énergie du cœur
résulte surtout de ce que nous faisons
des vertus supérieures du foie
pour maîtriser notamment les forces instinctives
des poumons et du gros intestin.
L'esprit du foie est réputé capable
de «monter et descendre»:
Tout comme ce que nous appelons l'âme,
il nous met en relation avec le «ciel»
pendant notre sommeil, et à la mort physique.







Chaque organe reflète une tendance spirituelle:
selon les TEXTES ANCIENS, l'énergie du cœur
résulte surtout de ce que nous faisons
des vertus supérieures du foie
pour maîtriser notamment les forces instinctives
des poumons et du gros intestin.
L'esprit du foie est réputé capable
de «monter et descendre»:
Tout comme ce que nous appelons l'âme,
il nous met en relation avec le «ciel»
pendant notre sommeil, et à la mort physique.





Chaque organe reflète une tendance spirituelle:
selon les TEXTES ANCIENS, l'énergie du cœur
résulte surtout de ce que nous faisons
des vertus supérieures du foie
pour maîtriser notamment les forces instinctives
des poumons et du gros intestin.
L'esprit du foie est réputé capable
de «monter et descendre»:
Tout comme ce que nous appelons l'âme,
il nous met en relation avec le «ciel»
pendant notre sommeil, et à la mort physique.











Selon les TEXTES ANCIENS et la médecine chinoise,
les reins sont en relation avec la peur,
les poumons avec la tritesse, la rate avec l'anxiété,
le cœur avec la joie, le foie avec la colère.
La vertu sereine permet un juste déploiement
de nos énergies vitales.
L'énergie instinctive serait destinée
à «retourner à la terre» après la mort.
Faute de quoi elle deviendrait un fantôme
susceptible de manipuler certaines personnes.
Il semble que ce genre d'influence passe souvent inaperçue
parce que ces résidus psychiques sont pris pour de l'hérédité.






Selon les TEXTES ANCIENS et la médecine chinoise,
les reins sont en relation avec la peur,
les poumons avec la tritesse, la rate avec l'anxiété,
le cœur avec la joie, le foie avec la colère.
La vertu sereine permet un juste déploiement
de nos énergies vitales.
L'énergie instinctive serait destinée
à «retourner à la terre» après la mort.
Faute de quoi elle deviendrait un fantôme
susceptible de manipuler certaines personnes.
Il semble que ce genre d'influence passe souvent inaperçue
parce que ces résidus psychiques sont pris pour de l'hérédité.













« Atteins suprême vacuité
Et maintiens-toi en quiétude
Face à l'agitation fourmillante des choses.»

Extrait de TAO TE KING / DAO DE JING
(Lao Tseu ou Lao Tsi.)










« Atteins suprême vacuité
Et maintiens-toi en quiétude
Face à l'agitation fourmillante des choses.»

Extrait de TAO TE KING / DAO DE JING
(Lao Tseu ou Lao Tsi.)
Les taoïstes s'efforcent de libérer les «gui» (ou démons), c-à-d
les automatismes (ou schémas parasites) qui s'inscrivent dans nos circuits corporels au détriment du cheminement sain de nos énergies.
Greffés sur le psychisme ou sur l'organisme,
ils exercent une action incontrôlée, c-à-d sans que la volonté puisse intervenir,

et peuvent se transmettre par hérédité.
(Cf Kuang & Cauhépé: HARA, ARCHITECTURE DU MILIEU JUSTE - Guy TREDANIEL )






Les taoïstes s'efforcent de libérer les «gui» (ou démons), c-à-d
les automatismes (ou schémas parasites) qui s'inscrivent dans nos circuits corporels au détriment du cheminement sain de nos énergies.
Greffés sur le psychisme ou sur l'organisme,
ils exercent une action incontrôlée, c-à-d sans que la volonté puisse intervenir,

et peuvent se transmettre par hérédité.
(Cf Kuang & Cauhépé: HARA, ARCHITECTURE DU MILIEU JUSTE - Guy TREDANIEL )




















- Granet dit « que l'homme unique, saison par saison, mange l'univers.
Il emmagasine en temps utile dans les cinq greniers de son corps
l'essence de ce que la Vie universelle produit de plus exquis.
II cueille dans les cinq saisons-orients la vie dans sa fraîcheur première ».
- Maspero dit que l'aspect instinctif de l'âme (ou P'o) (cf la médecine chinoise)
existe dès la conception de l'enfant,   (énergie du gros intestin et des poumons)
mais ce n'est là qu'une partie de cette âme
car dès la naissance apparaît quelque chose de nouveau
qui réside dans le foie (le Houen).
Cette dualité va alors subir les influences du milieu et du mode de vie.
Le Houen est la partie « mobile » de l'âme   (selon la médecine antique chinoise)
qui part de temps en temps en voyage, ce que nous appelons le rêve.
A la mort, le P'o reste un certain temps dans le cadavre,
et on doit le respecter par le deuil.
Il faut même lui donner des offrandes et le nourrir,
sinon il deviendra le Kouej, le fantôme.  Mais ne faites pas de magie noire!
Le P'o finit par s'en aller chez le « seigneur d'en bas »,
alors qu'il y a longtemps que le Houen est parti
plus noblement chez le « seigneur d'en haut ».
Cela semble bien correspondre aux notions de paradis et d'enfer.
Si vous attachez votre esprit à servir les bas instincts, vous descendrez en enfer!

- Taï l'ancien affirme que c'est par le Li, c'est-à-dire ce qui est juste
et convenable, que tout s'harmonise, que l'on voit le bien et le mal,
que l'on contrôle la joie et la colère.






- Granet dit « que l'homme unique, saison par saison, mange l'univers.
Il emmagasine en temps utile dans les cinq greniers de son corps
l'essence de ce que la Vie universelle produit de plus exquis.
II cueille dans les cinq saisons-orients la vie dans sa fraîcheur première ».
- Maspero dit que l'aspect instinctif de l'âme (ou P'o) (cf la médecine chinoise)
existe dès la conception de l'enfant,   (énergie du gros intestin et des poumons)
mais ce n'est là qu'une partie de cette âme
car dès la naissance apparaît quelque chose de nouveau
qui réside dans le foie (le Houen).
Cette dualité va alors subir les influences du milieu et du mode de vie.
Le Houen est la partie « mobile » de l'âme   (selon la médecine antique chinoise)
qui part de temps en temps en voyage, ce que nous appelons le rêve.
A la mort, le P'o reste un certain temps dans le cadavre,
et on doit le respecter par le deuil.
Il faut même lui donner des offrandes et le nourrir,
sinon il deviendra le Kouej, le fantôme.  Mais ne faites pas de magie noire!
Le P'o finit par s'en aller chez le « seigneur d'en bas »,
alors qu'il y a longtemps que le Houen est parti
plus noblement chez le « seigneur d'en haut ».
Cela semble bien correspondre aux notions de paradis et d'enfer.
Si vous attachez votre esprit à servir les bas instincts, vous descendrez en enfer!

- Taï l'ancien affirme que c'est par le Li, c'est-à-dire ce qui est juste
et convenable, que tout s'harmonise, que l'on voit le bien et le mal,
que l'on contrôle la joie et la colère.
























La conscience authentique
ne s'illumine pas dans l'inconscience...
voir la page: INCONSCIENT














La conscience authentique
ne s'illumine pas dans l'inconscience...
voir la page: INCONSCIENT














La conscience authentique
ne s'illumine pas dans l'inconscience...
voir la page: INCONSCIENT











La conscience authentique
ne s'illumine pas dans l'inconscience...
voir la page: INCONSCIENT


<<< Agrandir la fenêtre au maximum avec Explorer, touche F11 >>>
.
Explorer affiche des bulles explicatives et des fonctions supplémentaires.
Préférer Explorer écran 800 x 600, texte taille moyenne.
Agrandir la page au maximum (touche F11).