L'ATTACHEMENT AU FRUIT DEFENDU
(suite)


Chacun se plaît à faire croître en soi-même la résonance cohérente de
CE QUI LUI CORRESPOND.

Nous aimons établir en nous des repères harmonieux pour construire la structure de notre personnalité.                       <

L'enfant qui demande qu'on lui raconte toujours la même histoire
succombe au subterfuge de L'ATTACHEMENT ROUTINIER :

La résonance concordante de cet écho répétitif procure
L'ILLUSION D'ETRE EN ACCORD AVEC SOI-MEME.     remarque >>>
L'instinct en nous perçoit son être comme un avoir, comme s'il était un réservoir rempli de repères-souvenirs. (Ne pas confondre instinct et intuition).             <
C'est pour rechercher systématiquement cette
IMPRESSION DE COHERENCE automatique
                                                         « Je maîtrise les repères de ma cohérence. Donc j'ai raison » pense le cerveau reptilien.                            <
que la ruse de l'attachement s'insinue comme un serpent qui cherche à biaiser,
pour obtenir artificiellement un vain plaisir d'AUTO-SUFFISANCE dans l'émoi conditionné.

L'homme primitif est avide de maîtriser les repères de sa cohérence apparente, qu'il considère comme un avoir.             <

Ce processus improductif voudrait entériner les habitudes de l'ego,
ce qui tend à nous circonscrire dans l'illusion immature
de l'auto-justification qui confond la cause et les effets.

L'animal en nous rechigne à se remettre en questions, car il craint de se vider de la substance de son être.                  <
L'ATTACHEMENT ENGOURDIT LA CONSCIENCE.
par un calcul égoïste qui confond l'être et l'avoir.
En revanche, le détachement permet aux arborescences* de l'esprit pur
de nous procurer le juste sentiment de ce que nous percevons :
       remarque >>>           (
 note 1)
Le détachement va de pair avec l'activation de nos aspirations supérieures.                  <
CE REGARD SUR NOUS-MEMES
nous permet d'estimer qualitativement la situation actuelle de notre conscience.
Ce retentissement affectif (le senti mental) est l'occasion d'exercer notre autocritique
(distinguer le bien du mal) en vue d'affiner notre évaluation de la conjoncture, pour
               PROGRESSER DANS LA COHERENCE DU VRAI.  
               Un véritable esprit sain vivant dans un corps sain exprime la cohérence du VRAI, détaché de toute dépendance.               <
Mais notre état d'esprit ne reflètera plus cette réalité avec discernement
si l'instinct (avec ses visées quantitatives) englue notre faculté déductive
en THESAURISANT LES IMPRESSIONS RECOLTEES,
pour prolonger le plaisir jaloux de
SAVOURER LES RESULTATS AINSI INCORPORES :
cette accumulation gourmande constitue un artifice
qui masque l'enchaînement des causes et des effets,
et une dépendance asservissant la conscience (à son stratagème affectif).

Jésus:   “Comme il sera difficile à ceux qui ont de l'argent d'entrer dans le royaume de Dieu!”
                                                                                                    (Les Evangiles, Marc 10-23)

L'attachement sentimental à ce fruit défendu est infécond:
cette défiance envers soi-même obscurcit notre perception de la vérité,
(la fermeture méfiante désavoue l'ETRE en soi
puisqu'elle bloque l'amour de la connaissance renouvelée).
« Lorsque le manque est occulté par un objet ou une représentation, le langage de l'homme devient menteur.» (Denis VASSE) >>>
Ce désaveu renie la FOI qui permet à la conscience de renaître à chaque instant**.    (note 2)

Cet automatisme égoïste ankylose notre transcendance, parce qu'il recherche goulument
                      LE PLAISIR POUR LUI-MEME.       remarque >>>                      
Ce qui est caché suscite de la curiosité. Si par exemple l'intérêt est souvent éveillé par des artifices vestimentaires, cela produit un réflexe conditionné, c-à-d un mécanisme répétitif et robotique. <                               ______________________________________________________________________________
“Si je n'ai pas l'amour, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit (...)”
                                                                    (La Bible, 1 Corinthiens 13)
Notes:

• (1) Cf : « l'arbre de la connaissance du bien et du mal » (La Bible). (voir: Genèse)
Les religions mettent l'accent sur la valeur de l'esprit désintéressé:
« Préférez mes instructions à l'argent, Et la science à l'or le plus précieux.» (La Bible, Proverbes 8-10)
« Car la sagesse vaut mieux que les perles,
Elle a plus de valeur que tous les objets de prix.»
(Proverbes 8-11)
Les religions révélées nous invitent à vivre dans la simplicité plutôt que de gaspiller,
ce qui permet (tout comme l'écologie) de respecter la Terre, donc de ne pas accentuer l'effet de serre.
(consumérisme: étymol. consumer = détruire, consommer = additionner les usages destructeurs)
Le croyant authentique évite les voyages en avion, il n'édifie pas de constructions mégalomanes, etc...       (retour 1)

 
“Pour la conscience importe la profondeur.”                                  
                                                         Lao-Tsi (ou Lao-zi ou Lao-Tseu) - Tao Te King
 Tao Te King  
                                                                      Lao Tseu préconise d'anéantir le moi égoïste, et ses attachements aux sensations et aux sentiments qu'il thésorise.                                  < NB         
• (2) Le détachement est nécessaire à l'amour de la vraie vie:
« En vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau...» (La Bible, Jean 3-3, Jésus et Nicodème)
cet homme vivra « selon la chair » (Romains 8-5), esclave de ses automatismes, donc sans créativité:
comme « une pièce de bronze qui résonne » (en produisant toujours le même son d'une façon répétitive).

L'attachement figé nous empêche de créer:
il ne faut pas le confondre avec l'amour véritable.
  (voir: AMOUR & CONSCIENCE)
L'amour vrai est créateur, parce que détaché (donc disponible, ouvert au sens moral).           remarque >>>
« Que ton argent périsse avec toi, puisque tu as cru que le don de Dieu s’acquérait à prix d’argent ! ». (Saint Pierre, La Bible, Actes, VIII.9-21)
Le point de vue primitif explique la tendance à s'attacher à des sensations et des sentiments qui font obstacle à nos aspirations supérieures:
« Exister pour nous, c’est sentir ; notre sensibilité est incontestablement antérieure à notre intelligence,
et nous avons eu des sentiments avant (d'avoir) des idées ».
(J.J. Rousseau)
Or on ne peut pas aimer vraiment (généreusement, sans calcul) si on craint de perdre quelquechose, parce qu'on est prisonnier des automatismes ancestraux.
Les gens de bonne foi travaillent sur eux-mêmes pour éduquer leurs réflexes (cf Pavlov) lesquels réagissent à des sentiments généralement immatures.
Evidemment, il ne s'agit pas de procéder à un dressage comme avec les animaux, mais de recourir à la force de l'esprit (cf la médecine antique chinoise). >>>
Ceux qui souhaitent perfectionner leur être visent nécessairement à se détacher des anciens mécanismes du cerveau reptilien.
« L'homme absurde est celui qui ne change jamais.» (A. de Musset, Revue des Deux Mondes,30 sept. 1832, p. 112.)

La cupidité dégrade le sens moral.
         
(retour 2)
HAUT
page précédente : fruit défendu (1)

suite : ATTACHEMENT >>>
R E P E R T O I R E
  ACCUEIL* |  LOGIQUE DE LA FOI* |  INTRODUCTION* |  CROYANCE* |  PRINCIPE* |  AMOUR ET CONSCIENCE* |  INCONSCIENT* |  FRUIT DEFENDU* |  FRUIT DEFENDU (2)*  ATTACHEMENT* |  LIBERTE* |  VRAIE VIE* |  IMMANENCE* |  TRANSCENDANCE* |  RIRE* |  IRONIE* |  VIOLENCE* |  RESPECT* |  ESPOIR* |  VOLONTE* |  CONCLUSION*
ici vous êtes à la page : >>> F R U I T D E F E N D U - (2) astérisque = lien déjà visité
  COHERENCE* |   FRACTALES* |   HUYGENS* |   SECTES* |   CLONAGE* |   PRIMITIFS* |   EGOISME* |   SOURIEZ* |   MASCARADE* |   MONDIALISATION* |   THEORIE du genre*   GENESE & VIE ETERNELLE* |   mariage & ADOPTION par des homos * |   TRAFIC D'INFLUENCE* |   LES BAHÁ'ÍS* |   ENSEIGNER* |   EXPERIENCES SPIRITUELLES* |   Qu'est-il permis d'espérer?*

Médecine spirituelle chinoise
Congrès sioniste mondial
Précisions sur les RACES

Pour une meilleure compréhension de l'argumentation, il est préférable de suivre l'ordre proposé
(à partir de l'accueil, cliquer sur suite)
pour la lecture des chapitres qui précèdent le fichier "transcendance".

“ Il est des mots qui n'ont d'autre autorité que des fautes de copiste, ou des erreurs d'éditeurs ou d'auteurs de dictionnaires ”  (Arsène Darmesteter, Romania 10, 1881, 427).

  Les mots déterminent nos représentations. 
Or de nos jours, on n'entend plus guère parler de grand succès, 
de grand étonnement, de grande joie, ni de grande différence, etc...
car aujourd'hui les gens disent plutôt un « gros » succès, une « grosse » différence,
un « gros » étonnement, une « grosse » joie, et ainsi de suite!
Ils évoqueront peut-être bientôt la « grosseur d'âme » au lieu de la grandeur d'âme...
Cela fait partie des nombreux signes de confusion entre l'être et l'avoir.
Autre exemple, beaucoup tiennent ce genre de discours:
"J'amène ma fiancée chez elle, et j'en profite pour amener la poubelle sur le trottoir"
(au lieu de l'apporter, car on ne doit pas confondre un être humain avec un objet!)
Mais ces gens-là ont donc classé la fiancée et la poubelle
dans la même case de leur cerveau...

Et ils disent « je me bats » au lieu de « je fournis des efforts », car ils pensent en termes d'opposition.


*****
Respectons la logique des mots.                                                 Consulter le dictionnaire de l'Académie française >>>
Ne dites pas «je l'ai en visuel», mais dites «je le vois».
Ne dites pas «gérer» quand vous voulez dire «organiser».
Ne pas confondre «négocier» avec «parlementer».
Ne dites pas «un argumentaire», mais dites «une argumentation» (sauf dans le domaine de la vente).
Si vous parlez d'une nouvelle technique, ne dites pas «nouvelle technologie»
mais dites: «nouvelle technique».
Ne dites pas «nominer», mais dites «nommer».
Ne dites pas «un comparatif», mais dites «une comparaison».
Ne dites pas «un différentiel», mais dites «une différence».
Ne dites pas «un collaboratif», mais dites «une collaboration».
Ne dites pas «le compassionnel», mais dites «la compassion».
Ne dites pas «le relationnel», mais dites «la relation».
Ne dites pas «le distributif», mais dites «la distribution».
Ne dites pas «sur le long terme», mais dites «à long terme».
Ne dites pas «je vais sur Paris», mais dites «je vais à Paris».
Ne dites pas «il fait beau sur l'Aquitaine», mais dites «il fait beau en Aquitaine».
Ne dites pas «je suis inquiet sur...», mais dites «je m'inquiète de...» ou «au sujet de...».
Ne dites pas «... ce que je pense sur (ceci ou cela)», mais dites «... ce que je pense de (ceci ou cela)».
Ne dites pas «il crie sur moi», mais dites «il crie après moi».
Ne dites pas «au jour d'aujourd'hui», mais dites «aujourd'hui».
Ne dites pas «au final» (le nom "final" ne concerne que l'opéra) mais dites plutôt «finalement».
Ne pas confondre «sophistiqué» avec «élaboré», «complexe», «perfectionné».
Ne pas confondre «clôturer» avec «clore» (pour "mettre fin à", dire "clore un débat, une séance...").
Ne pas confondre «séduire» avec «charmer». (Le séducteur trompe intentionnellement pour manipuler autrui).
Ne pas confondre «voyeurisme» avec «curiosité».
Ne pas confondre «essentiel» avec «important» (essentiel = relatif à l'essence).
Ne pas confondre «ordre» avec «cohérence».
Ne pas confondre «implication» avec «engagement».
Ne pas confondre «envie» avec «désir» ou «aspiration supérieure».
Ne pas confondre «normal» avec «juste» (normal = habituel).
Ne pas confondre «plaisir» (des sens) avec «joie» (de l'esprit).
Ne pas confondre «indifférence» avec «détachement».
Ne pas confondre «scepticisme» (philosophie systématique) avec «doute».
Ne pas confondre «attachement» avec «amour».
Ne pas confondre «malin», «rusé», «astucieux», et «intelligent».
Ne pas confondre «réfléchir» avec «raisonner».
Ne pas confondre «instruction» avec «intelligence».
Ne pas confondre «douleur» avec «souffrance».
Ne pas confondre «émotivité» avec «sensibilité», «émotion» avec «sentiment»
(un sentiment peut être juste, il ne perturbe pas forcément, tandis qu'une émotion perturbe toujours).
Ne pas confondre «candeur» (pureté d'âme) avec «naïveté».
Ne pas confondre «lutte» avec «effort».
Ne pas confondre «bon» avec «bien».
Ne pas confondre «foi» avec «croyance».
Ne pas confondre «largeur» avec «dimension horizontale».
Ne pas confondre conduire «doucement» et conduire «lentement».
Ne pas confondre «j'ai parcouru 100 km par jour» (distance effectivement parcourue)
avec «le vent souffle par rafales à la vitesse (instantanée) de 100 km à l'heure».
etc...

• Si quelqu'un a bien agi, vous pouvez dire « c'est bien » et non pas « c'est bon »,
car les valeurs morales ne se mangent pas.

« Mal nommer les choses, c'est ajouter aux malheurs du monde. » (Camus)
  Le mot "parvis" ne concerne que les églises.  
 « sur le parvis » dit Alain Marschal (RMC) en parlant d'une gare   7 sec >

Citations d'auteurs
Tablette d'AHMAD | Shrî AUROBINDO | BAHÁ'Ú'LLÁH | BARLOW | BERGSON | BRIGGS | CAYCE | COMTE | FROMM GIBRAN | HEGEL | HEYOAN | KRISHNAMURTI | LAO TSEU | LEIBNIZ | MONEY | MONNIER | PASCAL | PERROUX PLATON | POINCARE | SION | SPINOZA | TEILHARD DE CHARDIN | THOMAS D'AQUIN | VASSE | VIVEKANANDA

REPERTOIRE COMPLET >>>>>>>>>>>>
^ HAUT


L'attachement jaloux ne permet pas
d'être en accord avec le vrai "Je Suis".
Au contraire, ce processus égoïste et routinier

nous sépare de notre centre profond
parce qu'il confond l'être et l'avoir (voir EGOISME)




Ne pas confondre l'indifférence
avec le détachement
.






Ne pas confondre l'indifférence
avec le détachement
.












Le rôle des religions n'est pas d'inciter à la débauche:
L'artifice du préservatif s'oppose à l'authenticité de l'acte sexuel.
La gourmandise pervertit la fonction nutritive, etc...











Le rôle des religions n'est pas d'inciter à la débauche:
L'artifice du préservatif s'oppose à l'authenticité de l'acte sexuel.
La gourmandise pervertit la fonction nutritive, etc...















Aimer, ce n'est pas consommer
comme si l'autre était une nourriture.
Vouloir tirer profit des sentiments que procurent les relations avec l'autre, cela tisse des liens d'attachement jaloux qui emprisonnent la conscience, ligotée dans l'égoïsme instinctif.
Le détachement nous libère et il permet d'aimer d'une façon désintéressée et vertueuse.
Le détachement n'est pas l'indifférence!









Aimer, ce n'est pas consommer
comme si l'autre était une nourriture.
Vouloir tirer profit des sentiments que procurent les relations avec l'autre, cela tisse des liens d'attachement jaloux qui emprisonnent la conscience, ligotée dans l'égoïsme instinctif.
Le détachement nous libère et il permet d'aimer d'une façon désintéressée et vertueuse.
Le détachement n'est pas l'indifférence!
<<< Agrandir la fenêtre au maximum avec Explorer, touche F11 >>>
Ne bloquez pas JavaScript car
Explorer affiche des bulles explicatives et des fonctions supplémentaires.
  Préférer Explorer écran 800 x 600, texte taille moyenne.
Agrandir la page au maximum (touche F11).