page précédente: INTRODUCTION Passez le pointeur sur le texte pour afficher des infos supplémentaires. (Ce site exige JavaScript d'Explorer.) Texte de taille moyenne, appuyer sur logo (ou Fn) + F11 pour une lecture agréable.
FOI ET CROYANCE


Le doute est légitime quand on aborde une croyance,
 (quand une idée sollicite notre ego dans un contexte arbitraire )

tandis que la FOI témoigne humblement d'un engagement authentique*
  donc autonome           
(note 1)
dans le respect profond du sens de l'existence.
  La foi émane de l'essence profonde de l'être.                                   

Le mot "FOI" désigne donc
LA VERTU D'ETRE par excellence.                              
                                                  (Une prétendue « foi » préfabriquée par autrui serait nécessairement factice)           <<<            
Au-delà des croyances incertaines,
  (croire suppose un doute possible)   « réfléchir, c'est nier ce qu'on croit » (Alain)                   

notre FOI détermine la qualité de notre conduite:
        c-à-d notre authenticité                                      

un simple "croyant" pourrait faillir (être infidèle)
        Il ne s'agit pas de faire semblant                                    

tandis que la BONNE FOI s'efforce d'accorder clairement
       jusqu'au plus profond de notre intimité                <

nos sentiments, nos raisonnements, et notre comportement effectif. 
  Donc en concordance avec notre essence, source de cohérence :  un tel engagement n'est pas superficiel.                       

(« Vous serez jugés par vos actes »)        
On ne peut pas se prétendre de bonne foi si on se contredit soi-même.  voir en bas de page
Notre foi se manifestera d'autant mieux que nous serons plus cohérents, autrement dit : sincères. La sincérité est nécessaire à l'intuition, tandis que l'incohérence y fait obstacle.                                     <  
LA FOI NOUS ENGAGE DANS LA COHERENCE.              
Superficielles, les croyances émanent de l'ego, tandis que la foi exprime l'essence profonde des gens cohérents. Cette qualité d'être est une vertu personnelle et intime qui nous relie au "je suis" universel.           <  
Cette expression de soi concerne notamment la valeur de la parole:
                       
chaque vérité que j'énonce
                (résultat d'une délibération intime et autonome)                                                
est relative à la cohérence absolue, ainsi qu'à mes repères;
           (voir:
COHERENCE)
« Toute vérité est toujours relative »

(à l'égard de notre PRINCIPE EXISTENTIEL).            (voir: PRINCIPE)

                       
Plus ou moins indécises   (« je crois, mais je ne suis pas sûr »)
              Croire suppose un questionnement       <<<
les croyances sont diverses,
  parce qu'à notre époque les facultés intuitives sont généralement floues
                       
- souvent spécifiques à une culture religieuse -
                (croire, c'est plutôt une affaire de sentiment)                    

à la différence de la foi,
                                (la foi nous engage au-delà de l'hésitation précédente)                          

universellement gage de COHERENCE.
  En conséquence, la FOI ne peut évidemment concerner que les êtres dotés de la faculté de raisonner (donc d'esprit critique).
A la différence des croyances, cette notion universelle ne peut pas être spécifique à une religion: on peut être de bonne foi et respecter Dieu sans nécessairement adhérer à aucune d'elles, ni à aucun clan.               <<<

Il est donc permis de douter des croyances, lesquelles demandent à être vérifiées.
En revanche, la FOI qualifie notre degré de COHERENCE profonde:
  (faire ce qu'on dit, dire ce qu'on pense) 

nettement au-dessus des esprits insignifiants,
   (la foi nous engage par conviction: une décision a été prise)            
ce principe incontournable caractérise la maturité, à n'en pas douter.

Cependant, quand on détermine ainsi sa ligne de conduite sincère
à la lumière de la RAISON,
   (la foi authentique refuse l'obscurantisme)                                                            
celle-ci exige une Cause capable d'emporter la conviction.
           (note 2)
Or chacune nous renvoie à la précédente pour se justifier.
« Je ne peux pas douter que je doute » (Descartes, Discours de la méthode)
Nous voici donc amenés à tenir compte de tout cet enchaînement
qui remonte jusqu'à la Cause d'origine de toutes les causes,
celle qui, nécessairement, n'en a aucune,
puisque c'est la Première.
Cela étant, mes raisonnements sont guidés par mon intuition, laquelle me relie à l'esprit universel, grâce à mes facultés spirituelles. Cette faculté me guide et m'invite à développer mes aspirations supérieures.   <

Grâce à son recul, le sage considère logiquement
ce précédent sans précédent:
L'ETERNEL,
LA SOURCE DE L'ETRE,

dont la créativité infinie dépasse la notion de commencement.
      remarque >>>            (note 3)

En hommage à la puissance d'origine (de ce germe de pensée intelligente
  - pure source d'innocence -  
- ce non-savoir - sans lequel on ne serait pas là à se poser des questions),
le croyant espère en ce souffle transcendant qui nous invite à la COHERENCE,

cette VERTU permanente qui aspire au progrès de la conscience de la Vérité,        remarque >>>
et que nous percevons en nous-même lors de chaque interrogation.
       (note 4)

Croire est une étape nécessaire quand on cherche à s'orienter,
en espérant choisir une direction satisfaisante,
   L'humanité tâtonne, mais le souffle général de la Vie tend à la guider!
puisque l'enjeu de cette perspective porte sur notre devenir.
  (nous aspirons à la cohérence même sans y penser)
Or c'est en soi-même qu'on trouve l'inspiration transcendante, l'association d'idées, la décision acceptable...

Mais au lieu de se laisser gouverner par des réflexes désinvoltes
(instaurés confusément par des envies instinctives),
l'engagement dans la FOI manifeste l'authenticité
d'une conduite COHERENTE, fidèle, et confiante,
qui vise à respecter l'essence de la Vie, dont le sens nous interpelle.

Ce souci fondamental est caractéristique de l'aspiration spirituelle vraie.
Or, puisque se laisser emporter par les fantaisies d'une subjectivité aveugle, ce serait de la MAUVAISE FOI,
nous devons donc honnêtement mesurer nos incertitudes (pour ne pas nous égarer)

mais sans désespérer, en vue d'améliorer notre sort.     Une légère anxiété peut favoriser la concentration   <<< NB

Car le refus primitif de croire en notre potentiel essentiel            (note 5)     essentiel = relatif à l'essence   <<< déf

conduirait à des certitudes enfermées dans le refus de progresser
au lieu de s'ouvrir sincèrement à la logique de la VRAIE VIE.
En revanche, LA FOI AUTHENTIQUE NE S'OPPOSE PAS A LA RAISON des esprits éveillés
puisqu'elle aspire, au contraire, à la JUSTESSE (universelle) de notre conduite.
 Certaines langues ne font pas de distinction entre justesse et justice, attention aux traductions...

Celui qui ne croirait en rien n'aurait aucune RAISON  d'espérer quoi que ce soit.                          <

Ainsi donc, quand il manifeste une foi profonde,

le croyant ne désespère pas.   Il y a une bonne RAISON à cela:
  La solution à chaque problème sera finalement révélée au croyant qui a foi en l'achèvement cohérent ...             <           
Chacune de ses avancées est conditionnée par l'hypothèse intuitive qui la précède:
y croire suppose l'existence d'un doute possible,
mais qu'on accepte justement de vérifier consciencieusement.
(avec un état d'esprit constructif)
Tandis que le sceptique (ex: Pyrrhon) est forcé de se nier lui-même dans une régression infinie (cf Aristote) et désespérante :   « réfléchir, c'est nier ce qu'on croit » (Alain)   ce qui risque de conduire au nihilisme.

“On ne peut rien fonder sur l'opinion, il faut d'abord la détruire.”
                                                                        (Gaston Bachelard)
       Remise en questions : le croyant authentique s'interroge souvent afin de faire progresser sa conscience.                  <
L'ouverture d'esprit ne doit pas être confondue
avec la superstition qui s'adonne à l'absurde
des certitudes qui enferment (le mot croyance est péjoratif, mais pas le verbe croire).
  Les sionistes prétextent qu'il faut d'abord détruire afin de pouvoir ensuite construire.

Il s'agit au contraire d'élargir le champ de la pensée            (voir: VIVEKANANDA)
(« je crois que le doute est permis lui aussi »...):
car nos processus de questionnements sincères participent aux remises en questions
(en vue d'élucider les mystères encore inexpliqués)
sans lesquelles la conscience ne pourrait pas évoluer.
Or la sincérité est affaire de cohérence profonde face à l'absurdité des attitudes fausses.
Il faut bien croire au sens quand on recherche des explications logiques
(pour déterminer sa bonne foi) plutôt que d'aller au hasard.

On ne peut pas s'ouvrir à la connaissance (inhérente à la vraie vie)
si on refuse de croire sincèrement à cette faculté de l'esprit
(c-à-d à l'espoir d'élévation qui accompagne
chaque invitation à faire progresser la conscience dans la vérité).
Croire est donc nécessaire à la BONNE FOI de l'être
s'ouvrant humblement à la succession des étapes provisoires            (note 6)
qui baliseront le chemin transcendant de la vérité progressive
pour exprimer honnêtement notre aspiration à la COHERENCE.

LA FOI SE FONDE
sur un PRINCIPE EXISTENTIEL
qui VISE L'AUTHENTICITE DE L'ETRE.

                                                            remarque >>>

En d'autres termes, sa vérité repose sur le point de départ de l'être en devenir,
le PRINCIPE CREATEUR, dont elle explore l'intelligence à partir de son sens d'origine.
Or l'émergence de ce processus nous renvoie à l'éternel retour de sa cohérence
dans le contexte mystérieux de sa source infinie...

“Accomplis chaque action comme si c'était la dernière de ta vie”
                                                                        (Marc Aurèle)

La difficulté principale pour déterminer sa FOI concerne donc
le sentiment de confiance nécessaire à l'intuition décisive
par laquelle les gens subtils élèvent leur esprit
en s'ouvrant humblement à une réalité plus vaste,
                (voir: TRANSCENDANCE)
tandis que d'autres paradoxalement s'embourbent machinalement
dans la lourdeur dogmatique des idées toutes faites,
tout en croyant bien faire, par manque de discernement:
Puisque leur pensée figée ne progresse pas d'elle-même,
on peut donc dire qu'en raison de leur indolence désespérante,
du point de vue spirituel, ils sont déjà morts!
                        remarque >>>

Finalement, chacun croit à ses idées, (même les athées)            (voir: KRISHNAMURTI)
mais tandis que la VRAIE VIE est créative,
certains n'ont pas compris qu'un esprit éveillé
est toujours en quête de significations nouvelles
pour faire avancer la conscience.                            (voir: LA VRAIE VIE)
On suppose dans l'espoir de recueillir des preuves,
donc on croit pouvoir progresser dans le respect de la cohérence.

Il faut aimer con-naître (naître avec) en permanence
pour comprendre le sens de cet amour (sincère)
qui nous engage intimement dans l'existence authentique:
ce dynamisme intuitif qui nous ouvre à la transcendance
est une éternelle renaissance qui dévoile l'inconnu.
« En vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau...»
(Jésus et Nicodème, La Bible)
                        remarque >>>

Or la naïveté de ceux qui s'égarent dans l'insensé
(en acceptant de croire n'importe quoi)
n'a jamais démontré que l'intuition n'existait pas.
Même les plus rationnels d'entre nous
font nécessairement appel à l'intuition pour orienter leurs déductions,
mais ils ne s'en rendent guère compte
tant que leurs démarches restent superficielles.

Cependant ce processus spirituel ne peut nous inspirer effectivement
sur le chemin des réponses aux questions qu'on se pose
que dans la mesure de notre ouverture profonde, donc sincère mais détachée:
l'esprit étroit qui s'enferme dans la méfiance n'y accède pas
car pour se protéger il fait inconsciemment obstacle à l'éveil
nécessaire aux révélations intérieures.
                        remarque >>>

En fait, sa réticence a instauré en lui des mécanismes réflexes
qui obscurcissent la conscience instinctivement
en confondant l'être et l'avoir, l'amour et l'attachement.            (voir: LE FRUIT DEFENDU)
En effet, pour s'engager de bonne foi dans un projet,
il faut l'aimer et y croire:
mais cela conduit certains à confondre foi et croyance superstitieuse,
parce que leur attachement amalgame ces deux notions.
Leur existence se limite alors à des automatismes robotiques
qui les réduisent presque à l'état de zombie...
(« Laisse les morts ensevelir leurs morts.» - cf: La Bible - Matthieu 8-22)
Il ne s'agit donc pas (si on veut y voir clair) d'accorder sa confiance au fanatisme
de n'importe quel mouvement sectaire qui manipule ses adeptes
en flattant leurs instincts primitifs!                 (voir: SECTES)
Certaines sectes flattent l'orgueil de leurs adeptes pour en faire des kamikazes.                                                      <
On va s'apercevoir que le doute laisse une porte entrouverte
dès lors qu'on a soif de lumière intérieure dans notre humilité divisée.
En revanche, la fermeture qui obscurcit la conscience en ternissant l'intuition,
c'est celle de la méfiance égoïste, consécutive à l'attachement instinctif
qui déforme la vérité pour l'adapter à nos anciennes croyances.
           (voir: ATTACHEMENT)
(Les pages suivantes se proposent de décrire ce processus de blocage,
ce piège qui mérite d'attirer notre attention       - car il réfrène la maturation de l'âme -
AVANT de pouvoir juger sereinement
de la portée effective des phénomènes spirituels).
Quand les incohérences de l'inconscient
    (ATTENTION: Ne pas confondre prière et magie)
empêcheront l'efficacité des prières,
    La concentration (sereine) est réputée nécessaire à la prière  <<< NB

cela prouvera que notre "sincérité" apparente manquait de profondeur!
On comprendra alors que pour aimer, il faut connaître,
et que pour connaître, il faut aimer en vérité
jusqu'à pénétrer l'intime réalité,
                     (voir: AMOUR ET CONSCIENCE)
c-à-d en acceptant de considérer les choses telles qu'elles sont...

Chacun le sait plus ou moins consciemment:
Quand on manque de souplesse, nos idées rigides font obstacle à l'intuition.
Tandis que l'ego reste sur la défensive en brandissant sa vanité,
la confiance à l'égard du véritable principe d'origine (de l'être en devenir)
- en vérité, la source cohérente de notre BONNE FOI -                                           remarque
>>>
exige de se détacher humblement des réflexes immatures
qui s'opposent au progrès de l'amour inconditionnel.

Le croyant considère que le but de sa vie
est d'accomplir une tâche supérieure
à travers le « travail sur soi-même ».
                                (voir: TRANSCENDANCE)
Cet état d'esprit « positif » ne doit pas être confondu avec l'attachement à l'étiquette
qui se nourrit parfois d'un prêchi-prêcha simplet:                 (voir: Auguste COMTE)
la confiance authentique n'adhère pas au chaos des pérégrinations confuses,
tant aux rituels somnolents qu'aux gesticulations instinctives!
Elle n'empêche pas le discernement,             Il n'y a pas de liberté intérieure dans le chaos!       <<< NB                        

puisque son souffle de vérité s'aiguise dans la cohérence de la FOI:
par conséquent, elle ne fuit pas l'inconnu (ni le paranormal)
- au contraire, elle approfondit l'étude sérieuse des phénomènes spirituels -  
      remarque >>>
car elle porte sur un processus raisonnable, capable d'éveiller notre lucidité:
purifié des idées toutes faites,
ce dynamisme créatif construit notre conscience
dans la bonne FOI parce qu'il est cohérent.
                        Pureté d'intention = cohérence       <<<                        

La pureté d'intention est affaire de cohérence:
le croyant authentique est de bonne foi.

Le croyant a foi en la logique de l'enchaînement des causes et des effets.
Il a confiance en cette cohérence qui établit des concordances infaillibles dans les lois de l'uni-vers.
^ HAUT BAS   
*Notes:
(1) authentique: étymol., "qui se détermine de (par) sa propre autorité" (pour s'accorder avec son essence).
  voir l'encadré en bas de page                      

Il s'agit donc d'une attitude responsable, qui suppose que chacun dispose de son libre arbitre.
  Le despotisme religieux s'y oppose.                        

A cette fin, le zen propose des exercices pour acccorder le corps et l'esprit
tout comme le yoga, en vue d'accéder à la maîtrise de soi,
ce qui nécessite d'éduquer nos automatismes.
D'une manière générale, le travail sur soi-même
vise à nous libérer de nos conflits intimes
dans l'espoir (donc) d'améliorer notre cohérence.

Mais personne d'autre ne peut le faire à notre place.
           (retour 1)                             (retour: précédente)

(2) Nous avons besoin de croire en l'intuition,
ce sentiment qui établit le fil conducteur de nos déductions logiques:
Faute de quoi, on ne poursuivrait jamais l'effort du raisonnement.
            Or chaque induction nous renvoie à notre Raison d'Etre: la Cause Première. <<< NB                              
Parmi les modalités (contingentes) de notre existence,
il convient de distinguer:

• d'une part, les croyances figées qui nous enferment dans la stagnation immature;
  Quand on bloque l'intuition, on se ferme, donc on ne peut plus percevoir le souffle de cohérence.
• d'autre part, l'ouverture qui envisage de croire provisoirement pour con-naître (naître avec) et progresser.
  Le souffle de cohérence tend à nous guider vers la vérité.

On ne peut pas méconnaître la logique permanente qui relie les causes à leurs effets : toute chose créée est précédée d'une cause, des milliards d'observations quotidiennes le prouvent.                                
La seule exigence (nécessaire), c'est que notre conscience se fonde (librement pour être authentique)
sur le PRINCIPE DE COHERENCE, en vue de maîtriser notre devenir.

        Sans ce Principe d'origine, l'homme ne serait pas doué de Raison.                 <<< NB                                            

On ne doit pas confondre:
- d'une part, le doute utile qui porte sur notre ego et nos interprétations,
ce qui permet de se remettre en questions en vue de s'améliorer;
- d'autre part, le doute néfaste qui contesterait (la cohérence de) notre principe existentiel:
     (voir: PRINCIPE)
en effet, il n'est pas possible d'en douter, sinon toutes nos pensées se désagrègent dans le chaos.
  Il est nécessaire de rester ouvert à l'intuition qui guide nos raisonnements.
Notre amour-propre nous invite ainsi à nous perfectionner, et à comprendre
qu'être sincère, c'est être cohérent (donc cesser d'être fragmenté).                         remarque >>>
En conséquence, l'accès à "la réalité suprasensible de Dieu" (cf: J.G. Fichte)
exige que notre libre arbitre s'appuie sur un raisonnement progressif
qui détermine la logique méliorative de notre transcendance
dans le respect de sa Cause d'origine,
           Chaque inférence exige de respecter notre Raison d'être! <<< NB  
forcément source de notre intuition et de notre créativité.

On s'aperçoit donc que toutes nos couches de conscience étant prédestinées à s'accorder
avec le souffle général de cohérence que leur insuffle notre Principe existentiel,

il est sage de s'en aviser, en homme éclairé!
           (retour 2)                          (retour: précédente)

(3) Quelle est la cause de la cause de la cause...?             Question posée notamment par Leibniz                              
Au-delà de nos mutations permanentes,
notre esprit limité confond nécessairement
le « premier moteur » (cf: Aristote) avec le « principe permanent »
c-à-d avec la COHERENCE.
                (voir:
FRACTALES)
Remarquons que la "théorie de l'évolution" n'a jamais expliqué
quelle était la cause du principe cohérent qui, à l'origine,       lire: "Nos pensées créent le monde" - édi JMG
a permis que la vie se produise (et qu'elle évolue)!                      (auteurs: CASTELLO et ZARTARIAN)

Tout s'est passé comme si "on" avait jeté une paire de dés
en obtenant une immense série de double six successifs,   (lire: "Le chiffre de la vie", de Grégory BENICHOU)
plusieurs millions de fois à la suite!
   Enormité!  Donc « Dieu ne joue pas aux dès » (remarque d'Einstein).    <<< NB        

« En quoi consiste ce qui existe toujours,
sans avoir eu de naissance? »
 (Timée, Platon)
  Dieu est d'un autre ordre que la création: on le dit incréé.

Mais ce mystère intemporel ne retire rien à la valeur supérieure de la BONNE FOI:
  Dieu semble hors du temps
l'engagement sincère n'en doute pas, lui qui vise spontanément la VERTU COHERENTE
sans tergiverser:

«...je ne pouvais pas m'empêcher de juger
qu'une chose que je concevais si clairement était vraie »

(Méditation quatrième, Descartes).
En revanche, le pari de Pascal révèle son inquiétude égoïste, dont l'instinct sous-entend:
« si jamais je me trompe, le calcul montre que je n'ai rien à perdre de toute façon...
donc je compte plutôt sur les chances d'y gagner.»                 (voir:
PASCAL)
Tandis que l'ego obscurcit l'intuition                         remarque >>>
pour s'imaginer qu'il est le roi (des calculateurs),

l'âme de bonne FOI écoute sans méfiance, au centre de son être,
  Les neurones présents dans le cœur peuvent interagir avec ceux du cerveau (cf institut Heartmath) - Voir : AMOUR >>> <

la voix qui insuffle cette cohérence à laquelle chacun aspire,            (voir: COHERENCE)
c-à-d « l'esprit du cœur » qui nous oriente vers l'amour du juste.            (retour 3)              (retour: précédente)

(4) Ne pas confondre connaître et savoir:            (voir: FRUIT DEFENDU)
« L'âme qui veut s'unir à la sagesse de Dieu doit passer par le non-savoir...»
(cf: Jean de la Croix, Oeuvres spirituelles, 1947)
  L'innocence suppose de n'avoir jamais mémorisé aucun repère.   
L'appel de ce non-savoir est une vérité sur nous-mêmes
que nous faisons taire trop souvent:                        
remarque >>>
pourtant, cette remise en question est à l'origine de toute compréhension
dont « nous accouchons » (cf: la réminiscence, selon Platon).
Ouvrir l'intelligence (curieuse) à l'irrationnel qui nous interpelle,
cela ne conduit pas nécessairement à sombrer dans l'absurdité.
   (Certaines techniques favorisent l'intuition) <<< NB  
Force est de constater la réalité effective de l'intuition:
         
(voir note 2 et lire Michel JOUVET au sujet des rêves)
L'existence de ce processus révélateur nous permet d'espérer connaître,
comprendre, et faire progresser notre COHERENCE
  Ne pas s'emprisonner en n'écoutant qu'un seul son de cloche!
au lieu de se cramponner aux idées reçues
  (l'innocence suppose de n'avoir jamais mémorisé aucun repère.)           <    
qui figent notre conscience embrouillée par l'inconscient.
 Attention aux automatismes de la pensée: Soyons détachés!
Il est donc permis de croire qu'il est possible de donner du sens à chaque vie.
           (voir:
LA VRAIE VIE)
Il ne s'agit pas de croire (par défaut de savoir) en dépit du bon sens
(ce genre de croyance « bétonnée », c'est souvent une idée toute faite qui nous fige)
mais plutôt d'aspirer à découvrir, en se montrant confiant
à l'égard (du potentiel) d'un uni-vers prometteur de cohérence transcendante.
A l'opposé de l'ignorance passive, cette soif de connaître (la vérité d') un achèvement cohérent
jaillit du fond de notre cœur, pour ordonner notre existence en raisonnant.       (cf: le positivisme,
A. COMTE)
Notre moi égoïste gagnera beaucoup à s'élever en se mettant à l'écoute de cette aspiration supérieure:
l'origine de ce souffle logique mérite notre louange, pour glorifier la Cause créatrice de notre Raison.
« L'homme possède les souffles, la vie, la connaissance et la relation juste.» (Sun Zi)
« Juste signifie: suivre la réalité ultime et faire ce qui est approprié.
Juste désigne ce qui convient.» (Huai Nan Zi)


De nombreux témoignages nous encouragent à persévérer honnêtement
pour faire l'expérience intime du domaine spirituel:            (voir: Shrî AUROBINDO)
l'exercice sincère est nécessaire (pour développer nos facultés) en vue de se DEPASSER.
Encore faut-il croire à cette possibilité qualitative
(que notre essence nous confère la faculté de nous transcender).
Cet effort cohérent nous conduira à la BONNE FOI
   (l'authenticité est nécessaire à la transcendance)
en nous rendant capables de « soulever des montagnes ». (cf: la Bible)

                                                                            Mais la pure innocence est requise:               <   Ne pas confondre la candeur (pureté d'âme) avec la naïveté.                                                       


“Celui qu'anime la vertu est comme un enfant nouveau-né...
Sa force vitale est à son comble, il connaît l'harmonie parfaite”

                                                                        (Tao Te King)
Pur et innocent, l'enfant n'est pas encore corrompu par les idées reçues... Il ne fait pas obstacle à la cohérence, ce qui lui permet de percevoir et d'apprendre facilement à parler différentes langues.             <  
Mais si notre but est d'accomplir des prodiges pour satisfaire notre ego,

cela entrave notre progression: les pages suivantes se proposent d'expliquer pourquoi
le détachement conditionne l'accès à une réalité plus vaste.
           (retour 4)              (retour: précédente)

(5) Il ne serait pas sage de se comporter comme un aveugle désinvolte
qui prétendrait que la lumière n'existe pas
sous prétexte qu'il ne la voit pas: à quoi sert la vérité si on refuse d'y croire?
La (bonne) foi nous engage naturellement dans la sincérité,
parce que la notion de « cohérence » est afférente à notre structure mentale,
de même que celle d'« explication logique » ou encore de « cause ».
         (voir: COHERENCE)
Or nous sommes amenés à nous consulter
donc à nommer les choses pour énoncer nos raisonnements:
car il est nécessaire de nous concerter pour clarifier nos esprits
et faire progresser notre conscience collective
si nous voulons échapper à la bêtise.
Il fallait donc désigner la Cause Première
- située à l'origine de notre conscience -                         remarque >>>
par un nom tel que "Dieu".
(« Précieux pour ouvrir l'intelligence » - cf la Bible -, les concepts balisent nos raisonnements).
         (voir: Genèse)

Maintenant, ce mot dieu existe: il désigne le « créateur de l'univers », donc notre Cause Première.
La notion de créateur existe également, et nous pouvons utiliser chacun de ces termes
    Ce n'est pas l'homme qui a mis en place les forces créatrices de l'univers...
même si cette « vue de l'esprit » peut nous renvoyer tout autant
à l'idée de forces créatrices naturelles ou surnaturelles.
       La fonction créatrice ne constitue pas un « titre », contrairement à ce qu'imaginent certaines personnes naïves.  <<< NB        

Or l'ambiguïté réside plutôt dans l'énoncé des intentions
qu'on lui attribue parfois en s'inquiètant de notre destin,  
Un titre est une qualification honorifique qui ne peut pas concerner les phénomènes naturels spontanés

parce que cela conduit les gens naïfs (incapables d'abstraction)
à s'imaginer un patriarche divin assis sur un trône céleste
sous-prétexte qu' « il a fait l'homme à son image »
  Certaines personnes éprouvent des difficultés à reconnaître les métaphores qualitatives, qu'ils abordent comme des choses concrètes. <<< NB
(c-à-d habité par le dynamisme sensé d'un principe cohérent).
En conséquence, la question n'est pas de se demander si Dieu existe,      
il existe toujours une cause à toute chose, et par définition Dieu est la Cause Première

(on pourrait se référer à la notion de "Tao")                         remarque >>>
mais de s'interroger sur ce qu'il est permis d'espérer,
(en approfondissant l'examen des significations)
compte-tenu de la notion de Cause Première et du PRINCIPE DE COHERENCE,
- toutes les vertus sont cohérentes entre elles -
(ainsi que l'étude des phénomènes spirituels reproductibles),

donc de vérifier patiemment les hypothèses qui semblent dignes de FOI.
          (retour 5)     (retour: précédente)

(6) La première étape de l'accès à la vérité
        La progression de l'être donne du sens à l'existence.    <<< NB        
exige d'aimer ouvrir son intelligence pour connaître lucidement.
En fait, on ne pourrait pas prétendre aimer                                                  (voir: AMOUR & CONSCIENCE)
quelqu'un dont on ne respecterait pas la vérité  (ça n'aurait pas de sens).
Cette réciprocité harmonieuse montre que l'authenticité nous engage dans la (bonne) foi:
« je crois que ces questions méritent d'être posées car elles mettent en cause notre source essentielle,

puisque c'est leur relation avec notre principe d'origine - la cohérence - qui donne un sens à l'existence.»
Sans la cohérence d'origine, la vie n'aurait jamais pu émerger, et nous ne pourrions pas être là pour raisonner.            <<<

Mais de nombreux auteurs ont embrouillé les esprits
en attribuant au mot FOI une connotation équivoque.
A ce sujet, citons le Dictionnaire philosophique de Voltaire:
« La foi consiste à croire, non ce qui est vrai,
mais ce qui semble faux à notre entendement.»
  Ne pas confondre candeur et naïveté: la candeur, c'est la pureté de l'âme.                                                               < NB
Or cette formulation semble nous prendre pour des zombies
qui accepteraient de marcher au pas sans discernement
tandis que la bonne foi prouve son intelligence en s'ouvrant humblement

(même à ce qui nous semble provisoirement douteux)
  Les neurones présents dans le cœur peuvent interagir avec ceux du cerveau (cf institut Heartmath) - Voir : AMOUR & conscience >>> < NB

en vue d'examiner toute autre voie possible pour éveiller l'esprit
donc en faisant l'expérience de nouveaux courants spirituels
pour essayer en permanence d'améliorer nos facultés transcendantes
que la méfiance tend à bloquer    "En vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau..." (Jésus et Nicodème)    <
(« je suis confiant, c-à-d que je crois
que la vérité finira par se manifester clairement »).   NB: C'est sur la réminiscence que Platon fonde la possibilité de la connaissance.
En revanche, en restant coincé par l'attachement aux anciennes croyances,
on se montre récalcitrant à l'égard du souffle créateur de cohérence divine
qui nous habite depuis l'origine.
            Le détachement lucide permet de respecter notre Raison d'être. <<< NB         
CETTE MAUVAISE FOI EST DESESPERANTE.
Comment pourrait-on être de bonne foi quand on s'imagine que ce mot "foi" signifie "croyance"?
Il ne faudrait donc pas lire les TEXTES ANCIENS
sans même se rendre compte qu'ils usent de métaphores
(tout comme on le ferait pour répondre à un enfant)
en vue d'aider les hommes à mûrir.
           « La métaphore est un surplus de sens.»   (Paul Ricœur)                          <         

“L'affaire essentielle de l'homme est de savoir
comment remplir convenablement la place qui lui a été assignée dans la création
et de comprendre ce qu'il doit être pour être un homme.”

                                                                        (Aphorismes sur l'art de vivre, E.Kant)

La recherche de sens s'inquiète de notre devenir (parfois jusqu'à s'angoisser).
La sagesse antique chinoise nous explique que la vie est en perpétuelle mutation.
Or “pour ne pas être affecté par une fluctuation,
  Epictète conseillait d'accepter ce qu'on ne peut pas changer 
il faut être dans la fluctuation” (et non pas rigide).                         remarque >>>
Mais on ne préconise pas ici l'inconscience des moutons de Panurge:
on enseigne au contraire à se conduire en connaissance de cause,
en s'éveillant « ici et maintenant » ( c-à-d en acceptant le contexte présent)
- donc dans l'amour du vrai -  pour respecter l'ordre supérieur de l'univers.
                (retour 6)



 La foi est affaire d'authenticité clairement consciente
Les neurones présents dans le cœur peuvent interagir avec ceux du cerveau. (cf institut Heartmath)                                                                                       < NB

• La foi désigne le degré de cohérence d'un humain: selon qu'il s'avère plus ou moins en accord avec son essence, on pourra dire qu'il est "de bonne foi"
ou "de mauvaise foi",   ce qui revient à être plus ou moins sincère,  selon l'intégrité de nos différentes couches de conscience.
L'idéal serait que celles-ci soient toutes en concordance les unes avec les autres, donc avec notre essence : (ne pas mentir) la foi d'un tel être serait parfaite.
La foi caractérise l'authenticité profonde de chacun de nous.  Cf l'étymologie: authentique = "qui se détermine de (par) sa propre autorité" (pour s'accorder avec son essence).

  L'erreur la plus commune est de s'imaginer que l'expression « de bonne foi » n'aurait rien à voir avec la foi des croyants.
En vérité ce mot ne revêt qu'un seul sens : on ne peut pas se prétendre de bonne foi quand on se contredit soi-même.
Etant donné l'existence d'un certain degré d'inconscience (cf Freud) la qualité de notre foi dépend de la pureté de notre conscience:
l'intégrité de nos facultés spirituelles exige qu'aucune couche séparatrice n'interfère en créant des barrières d'inconscience parasite.

L'efficience de la foi est un processus intime, une confiance personnelle
qui découle de la clarté des perceptions consécutives à notre cohérence profonde
.

Notre foi témoigne donc du lien spirituel personnel et intime qui nous relie plus ou moins fidèlement à notre essence, donc à Dieu.                     haut
(Par analogie on utilise aussi l'expression "foi en ceci" ou "foi en cela", mais dans un autre contexte). Elle s'exprime grâce à l'harmonie intérieure de l'être humain.
Nos contradictions inconscientes nous séparent de notre essence;
elles font obstacle à la claire perception de notre vérité, à la manière d'un virus dans un logiciel.
On pourrait les comparer à des impuretés formant des taches sur des verres de lunettes, tandis que la foi correspondrait à la transparence d'une conscience pure.

Un homme incohérent est nécessairement en désaccord avec lui-même. Ses conflits intérieurs l'empêchent alors d'être de bonne foi parce que ses incohérences personnelles provoquent des barrières inconscientes qui altèrent ses perceptions spirituelles, qui obscurcissent sa conscience, qui faussent son jugement et dévient son comportement, à tel point qu'il n'est plus capable de percevoir son essence. De nos jours, pratiquement, toute l'humanité est plus ou moins dans ce cas.
Cette phrase retentit souvent: « Vous ne pensez pas vraiment ce que vous dites » ce qui revient à dire « Vous n'êtes pas de bonne foi ».

• La foi varie forcément d'un individu à l'autre au sein d'une communauté, en fonction du degré de cohérence de toutes nos couches de conscience. Or nous vivons dans une période confuse, où même ceux qui rédigent les définitions des mots dans les dictionnaires ne savent pas toujours de quoi ils parlent... puisqu'ils n'ont pas procédé honnêtement aux expériences requises pour développer leurs facultés spirituelles. Il n'est pas opportun de demander aux aveugles d'expliquer la perception de la lumière. Pourtant certains matérialistes ferment volontairement les yeux et ajoutent un bandeau par-dessus pour décréter que celle-ci n'existe pas.
A notre époque la plupart des gens ne disposent que d'une intuition très floue : leurs perceptions télépathiques sont atrophiées, car masquées par des incohérences.

Beaucoup de gens ont tendance à confondre "foi" et "croyance", et il s'ensuit des erreurs de langages très fréquentes: quand on parle d'une doctrine, on doit dire "doctrine", et quand on parle d'une conviction, on doit dire "conviction". D'autre part, il ne faut pas confondre l'amour avec l'attachement. Tout comme l'amour authentique, la foi exige la cohérence: c'est une qualité d'être. Le rejet de cette authenticité obscurcit la conscience, et conduit à des incompréhensions.
Si certaines convictions découlent de la foi et de la clarté des perceptions qui s'en suivent, en revanche

la foi ne saurait être la conséquence de certaines croyances «mystiques»!      

• Les esprits lourds ne comprennent pas que la réalité ne se limite pas aux choses matérielles.
Par exemple, les expériences de chercheurs soviétiques ont montré (cf Sheila Ostrander et Lynn Schroeder)
que le cerveau d'une mère lapine réagit à chaque instant précis où l'on tue un de ses lapereaux, à des milliers de kilomètres de distance.
Ces faits s'ajoutent à bien d'autres observations qui montrent que l'intuition est inhérente à la vie: Cleve Backster a prouvé que tous les êtres communiquent par l'intermédiaire du "je suis" universel. (éd Trédaniel)    < NB

Autre exemple, les méridiens de l'acupuncture ne résident pas dans le corps physique : les matérialistes ont beau faire des dissections, ils ne les trouvent pas.
Pourtant, on détecte leur effet sur la résistance électrique de la peau qui est modifiée aux points d'acupuncture, sans cause matérielle.
De plus, les textes anciens (vieux de plus de 6000 ans) nous apprennent qu'il existe une relation entre le cœur et la zone qu'on appelle « le troisième œil »,
(ainsi qu'avec la pointe de la langue, où aboutit un méridien, ce qui explique l'importance des baisers amoureux).   voir la page: AMOUR >>>
Lorsque deux personnes qui s'aiment se regardent (sans se toucher) leurs battements cardiaques se synchronisent et résonnent à l’unisson. (cf institut Heartmath)
A l'opposé de la foi, les péchés sont des incohérences, donc des obstacles à la cohérence globale des éléments de notre corps.
Or le cadavre des hommes saints (comme le padre Pio par exemple) ne se décompose pas, ce qui prouve l'efficience de la spiritualité. (cf de nombreux reportages TV)
Précisons qu'à sa mort on n'a pas inoculé de conservateur pour remplacer le sang, lequel coulait encore quand on piquait la peau 40 ans plus tard.

En d'autres termes, les causes spirituelles se répercutent sur le monde matériel. Elles seront d'autant plus efficaces qu'elles auront été cohérentes.
Cleve Backster a montré à quel point (cf La vie secrète des plantes, de Peter Tompkins et Christopher Bird, éd. Robert Laffont) même les végétaux sont sensibles
à nos sentiments, et bien d'autres ont vérifié la puissance de cette répercussion en faisant pousser des légumes magnifiques sur des terrains arides réputés vraiment infertiles, notamment en Ecosse, en priant et en les aimant. (lire aussi Les jardins de Findhorn Peter et Eileen Caddy , Dorothy Maclean, éd. Le Souffle d'Or). >>>
Et n'oublions pas que les neurones présents dans le cœur peuvent interagir avec ceux du cerveau. (cf institut Heartmath)

• Certaines incompréhensions résultent du fait que l'esprit des enfants fonctionne généralement mieux que celui des adultes. Etant donné qu'ils n'ont pas encore subi de peurs traumatisantes que le cerveau préfère oublier, leur conscience pure est transparente, ils sont de bonne foi, leur innocence sincère leur permet souvent de percevoir des phénomènes spirituels qui passent inaperçus aux yeux des adultes (les peurs établissent des barrières d'inconscience, mais l'ingénuité favorise la foi).
Le scepticisme acharné altère les facultés spirituelles, tandis que l'exaltation (consécutive à une croyance confiante) peut lever certaines barrières inconscientes.
Il s'en suit que les non-comprenants prétendent que tout cela est « irrationnel » alors que la foi est consécutive à notre cohérence confiante (sans peur inconsciente). La saine élévation d'esprit favorise nos aspirations supérieures: elle n'a pas lieu d'être imaginée comme un délire. La pureté d'âme (candeur) est une vertu.

• La foi est un processus spirituel intime, qui confère une grande fiabilité personnelle résultant d'une cohérence profonde. C'est logique et non pas mystique.
Elle est comparable à la volonté de celui qui est sûr de lui:
une supposée volonté venant de l'extérieur anéantirait votre propre volonté, puisque ça serait celle d'un autre, et non la vôtre.
Toute manœuvre (notamment par "magie blanche", c-à-d en priant pour manipuler autrui), tout despotisme et tout bourrage de crâne empêchent l'authenticité.

La foi va de pair avec la sincérité. Elle est qualitative. Elle ne doit pas être confondue avec un bagage intellectuel (quantitatif). La foi n'est pas un avoir. On peut améliorer sa pureté en travaillant sur soi-même, ce qui exige de grands efforts, et non pas une accumulation d'idées reçues, dignes du 19° siècle, mais qui n'ont plus lieu d'avoir cours aujourd'hui. Malgré l'école obligatoire, la quasi totalité des religions continue à pratiquer un bourrage de crâne moyenâgeux, dans le but de « dompter » les couches de consciences archaïques transmises par nos ancêtres, et dont la plupart des gens sont fortement dépendants, y compris les prêtres, hélas.
Il va de soi que certaines caractéristiques sont héréditaires.

• Il serait vain d'espérer s'accorder les uns avec les autres en s'obstinant à ne pas respecter le sens des mots. De même qu'il serait absurde de compter obtenir un résultat exact en introduisant de mauvais chiffres dans une machine à calculer, il est tout-à-fait chimérique de prétendre raisonner correctement avec des mots qui sont faux! A titre d'exemple, dire que « la matière, c'est de l'énergie », c'est une formulation qui induit en erreur, parce qu'elle tend à laisser supposer que la matière serait une cause, alors qu'elle est un effet. Les tournures littéraires sont du genre à écrire que « la voiture est la cause de l'essence qu'il y a dans le réservoir », ce qui est absurde d'un point de vue scientifique. Donc pour être lucide, il ne faut surtout pas confondre "foi" et "croyance", car cela embrouille la Raison:
Ceux qui confondent [foi] et [croyance] s'imaginent que la Raison pourrait constituer un obstacle pour la foi, comme s'il s'agissait de démystifier une croyance:
or  l'élévation d'esprit d'une âme pure qui accède à des facultés supérieures grâce à sa bonne foi n'a pas lieu d'être considérée comme une hallucination.
Certaines langues (comme l'hébreu) posent problème, car elles ne comportent qu'un seul et même mot pour dire "foi" ou "croyance".

Le mot "croyance" est assorti généralement d'une connotation péjorative que n'a pas lieu de revêtir le mot "foi".
« Douter de tout ou tout croire, ce sont deux solutions également commodes, qui l’une et l’autre nous dispensent de réfléchir.» (H. Poincaré, la science et l'hypothèse.) >
Au moyen Age on pouvait s'imaginer qu'un chien qui entendait des ultrasons était en train de faire une expérience mystique, sous prétexte que nous, les hommes, nous ne les percevons pas. Mais de nos jours, de même qu'on observe des performances olfactives variables qui peuvent s'expliquer, il faut cesser de considérer la foi comme un mystère; c'est comme si vous disiez que la géographie est un mystère, sous prétexte que vous ne l'avez jamais étudiée. Si un tricheur vous dit que l'honnêteté est un mystère, accepterez-vous de penser comme lui? Seuls les gens de mauvaise foi prétendent que la bonne foi est un mystère. Quand on est foncièrement sincère, on la trouve naturelle, spontanément. On peut alors procéder à des expériences reproductibles, scientifiquement, plutôt que de se laisser impressionner par de prétendus mystèèères, derrière lesquels se cache l'ignorance de la réalité. Il est possible de faire appel à des êtres spirituels pour se faire aider, ce processus est naturel et NORMAL quand on est doté d'un esprit logique qu'on utilise sainement. Recevoir leur témoignage est possible quand nos facultés supérieures ne sont pas polluées par des automatismes contagieux provoqués dans le chaos des bas instincts. Jamais personne n'a vu un électron. Pourtant vous acceptez probablement de croire qu'ils existent. Le mystère ne réside pas dans les conditions de pureté qui président à une relation confiante, mais dans l'inconnaissable, c-à-d dans l'infini originel.

• Les informations émanant de nos facultés supérieures doivent traverser toutes nos couches de conscience pour accéder aux plus basses. Donc la raison pour laquelle chacun s'exprime dans le langage qui lui est propre pour évoquer certaines vérités n'a rien de mystérieux. De même qu'on ne parle pas à un enfant avec les mêmes mots qu'avec un adulte, on comprend facilement qu'un chinois ne parle pas de la même façon qu'un français. Chaque couche mal purifiée se comporte comme un filtre partiellement obstrué, ou comme des verres de lunettes entachées qui altèrent plus ou moins notre vision, ce qui nous oblige parfois d'interpréter chacun à sa manière le peu qu'on aperçoit. Il s'en suit que « quand on a un marteau dans la tête, on voit les problèmes en forme de clous » (en souvenir d'Einstein).
Les expériences de mort imminente, tout comme les rêves, témoignent de ce problème d'interprétation. Donc si certains déclarent avoir vu un ovni là où il n'y avait peut-être qu'une illusion d'optique, ça ne veut pas dire qu'il n'y a rien à voir comme le prétendent de nombreux athées, lesquels ne perçoivent rien du fait qu'ils n'ont pas développé leurs facultés supérieures (le travail sur soi-même permet de se purifier de certaines peurs inconscientes qui font obstacle à la spiritualité, laquelle requiert la confiance).
NB: C'est par la réminiscence que Platon explique le processus de la connaissance des idées premières, antérieures et supérieures à l'expérience.   (voir: PLATON)

• Certains darwiniens émettent des idées incohérentes comparables à celle-ci: « Dans un lointain passé, avant toute vie sur terre il n'y avait que de l'argile, laquelle s'est adaptée pour échapper aux prédateurs, et ses transformations successives ont donné naissance à l'homme...»
Dans leur grande majorité les êtres humains ne se suicident pas.
Au fond d'eux-mêmes, ils sont favorables à la vie, par essence.
Cette attitude constructive va conférer un sens à leur existence, et cela sera d'autant plus manifeste qu'ils seront de bonne foi.
Les comportements insensés sont critiqués, car l'humanité dans son ensemble éprouve un besoin de logique inhérente à la vie,
une même tendance générale à préférer le sensé à l'insensé, en raison d'une sorte de "programmation" essentielle aspirant à la vérité.
En réalité les hommes productifs sont habités par un désir de cohérence fructueuse, susceptible d'améliorer le sort de l'humanité,
et ceux qui manifestent le contraire de cette aspiration - qui nous relie harmonieusement - sont considérés comme des fous ou des gens vicieux.
Les êtres chaotiques sont destructeurs, et quand cela devient excessivement grave, on dit qu'ils deviennent étrangers à eux-mêmes, c-à-d aliénés.
Notons enfin qu'il existe au moins deux cas répertoriés d'hommes vivant sans cerveau, l'un des deux ayant un Q.I. de 130. (RTL, 18 août 2015, J. Pradel, les aventuriers de l'impossible).
Les matérialistes feraient bien de se remettre en questions : ce sont eux qui vivent dans l'illusion que notre cerveau fonctionnerait comme un ordinateur...

 LA VIERGE MARIE... & les autres 
Au 21ème siècle, il est temps de faire savoir qu'il arrive parfois que des filles vierges soient enceintes : à la suite d'un flirt poussé, certains spermatozoïdes sont parfois capables de trouver leur chemin et de parcourir de grandes distances (Plusieurs cas au 20ème et au 19ème siècle).  Les athées peuvent donc cesser leurs dénégations stériles.

A volume égal, le granit (en moyenne) pèse environ 2,7 fois plus lourd que l'eau.
Voyez la taille des personnes ci-dessus.  Certains s'imaginent qu'on peut empiler des blocs de granit pesant parfois 1000 à 1200 tonnes comme ici à Balbeck
en utilisant des rondins de bois et quelques bouts de ficelle... (1000 t = poids de 1000 petites voitures). Or les ajustements sont ici remarquables.
Au Pérou, on trouve des assemblages incroyables d'énormes blocs parfaitement taillés, qui ont été nécessairement transportés en montagne
et parfois soudés par des zones vitrifiées, qui supposent des températures très élevées pour fondre la roche.
  Au 21ème siècle, nous ne savons toujours pas souder avec des rondins de bois... H BROCH (zététique) prétend que ça a été expliqué!!!! (Fr Culture à 16H51 le 07.09.17)  
En réalité, nous serions bien incapables d'assembler de gros blocs de granit en les encastrant comme ici à Puma Punku.
La légende inca raconte que les hommes du passé savaient ramollir la pierre,
en contradiction avec les affirmations "dures comme pierre" de certains archéologues acharnés, adeptes de la "zététique".
On observe le même type d'encastrements en Egypte. Il faut se rendre à l'évidence : il y a eu dans le passé lointain des civilisations plus avancées que la nôtre.
Les égyptologues disent que les constructeurs de pyramides ont travaillé avec des burins en cuivre et des pierres pour frapper.
Or le cuivre est mou, le granit très dur, et l'on remarque des stries et des entailles dans le granit  ce qui nécessite des scies diamantées.


La publicité engendre des croyances. 

La pesanteur, c'est la force qui tend à entraîner les corps (objets matériels) vers le centre de la Terre (par définition). Mais lors d'expériences à bord d'avions “zéro G” effectuant des vols paraboliques,
on vous fait croire qu'elle n'existe plus, comme si l'attraction terrestre avait cessé.
Cependant, si vous regardez par un hublot, vous voyez le sol se rapprocher, donc vous ressentez bel et bien que vous êtes en train de chuter, tout comme c'est le cas lors d'un saut de parachutiste. Masquer les hublots, c'est se boucher les yeux pour ne plus voir la réalité. S'il n'y avait pas de pesanteur, il serait possible de jeter des cailloux jusque sur la lune... Or si vous décidez, durant la descente, de lancer fort un objet lourd vers le haut, vous sentez bien que cet objet est pesant, et tandis qu'il est impossible d'utiliser une balance se trouvant elle-même en chute libre, vous constatez néanmoins qu'un jet horizontal - voire vers le bas - est plus facile que vers le haut.

Vous pouvez le vérifier en sautant d'un plongeoir avec une boule de pétanque à la main:
(si vous êtes seul dans la piscine...) lancez fortement la boule (tantôt vers le haut, tantôt vers le bas) pendant que vous êtes en train de chuter. Avez-vous réussi à placer cet objet en orbite autour de la terre?

Rappel: la vitesse de la descente s'accélère pendant une chute libre. Pour preuve, sauter d'un tabouret haut de 50 cm, c'est moins dangereux que s'élancer du haut d'une falaise de 50 mètres! C'est donc une publicité mensongère de prétendre que la constante G s'anéantit pendant la chute. L'accélération pendant la descente prouve que G est efficiente en permanence dans les avions :
L'inscription « zéro G » sur l'Airbus A300 est une propagande illusoire qui finit par engluer les cerveaux dans cette imposture, alors que tout un petit monde est en train de tomber en même temps, à cause de l'attraction terrestre : avec ou sans cabine autour d'eux, la constante G ne cesse pas, on dégringole tandis que le CNES arbore le mot inutile d'« impesanteur », inventé pour vous berner. voir le dictionnaire officiel de l'Académie française >>>
Cette escroquerie (environ 6000 €) est telle qu'on laisse certains naïfs s'imaginer en train de faire de véritables « expériences scientifiques en apesanteur », à cause d'une “réclame” mensongère:
« Vous aurez connu un état véritablement extraterrestre » affirme la société Avico sur son site... « absence de gravité » (...) « souvenir de s'être échappé bizarrement de la gravité terrestre » etc...   (comme si vous étiez à bord d'un satellite).
Voilà où mène le non respect de l'authenticité! Lors d'une émission "C'est pas sorcier" concernant les manèges, le présentateur fait chuter une balance sur laquelle était posé un objet, lequel tombe en même temps, ce qui prouve bien que l'attraction terrestre accomplit son œuvre, et sous prétexte de cette mauvaise utilisation d'une balance, il déclare qu'il n'y a plus de pesanteur!
Or cette dernière ne se définit pas en fonction d'une pesée mal effectuée,
mais comme le fait de l'attraction terrestre.
Ces gogos si crédules ne réalisent même pas que si elle était vraie, cette prétendue "apesanteur" permettrait d'économiser d'énormes quantités de carburant pour échapper à l'attraction terrestre.
NB: certains propos des imposteurs du CNES se sont un peu tempérés grâce à des interventions comme celle de votre serviteur.
Exemple: « C'est non une absence de poids mais une absence de sensation de poids que vous allez vivre » (J-F Clervoy, spationaute, conférence au siège du CNES, le 4/12/12). Mais comme on l'a vu plus haut, en vérité certaines perceptions de la réalité ne disparaissent pas!

La cécité des aveugles ne prouve pas que la lumière n'existe pas.

Rappel: l'imposture du mot « impesanteur » n'est pas agréée par l'Académie française (où siègent des scientifiques), et dont chaque parution est publiée au Journal Officiel.  >>>              
« Il faut être attentif à ce que les termes apparus soient de formation correcte, afin d'empêcher que la mauvaise monnaie ne chasse la bonne. »  (l'Académie française)

La pesanteur ne s'anéantit qu'à l'endroit précis où se situe le centre de gravité de la Terre.
L'origine de cette bévue remonte à Einstein. Voir un peu plus bas l'encadré intitulé "IMPOSTURE".
Selon Einstein, explique Etienne KLEIN « La gravité qui nous fait tomber est annulée par la chute »   Ecouter Etienne KLEIN 4 sec >
  Si la gravité s'anéantissait pendant la chute, il n'y aurait pas cette accélération qu'on observe durant la descente!

Les idées figées dans l'incohérence font obstacle à l'intuition authentique.

Certains imbéciles prétendent échafauder des démonstrations en oubliant que le résultat qu'ils obtiendront sera le reflet des données introduites au début de leur raisonnement, dont ils ont exclu l'attraction terrestre : ils en concluent donc que la gravité est sans influence sur les systèmes qu'ils présentent comme des preuves! Votre serviteur en connaît un qui se permet pourtant de rédiger des livres de math.!

  Bévues à la télévision 

Dans une émission "Mythbusters" de Discovery Channel rediffusée par RMC Découverte, (apparemment à cause de scènes vues au cinéma) les expérimentateurs ont affirmé, après quelques essais effectués avec différents dispositifs mécaniques relativement élaborés, qu'il était impossible de lancer une carte à jouer de façon que le jet soit dangereux :
voilà ce qu'ils enseignent aux enfants.
Selon le point de vue établi du trône où ils se complaisent, ils ont considéré que cela était dû au faible poids de l'objet (1,7 g) ... et on leur laisse carte blanche à l'antenne.
Or ils n'ont pas du tout essayé de faire pivoter cette carte sur elle-même, à la façon d'un freesby.
Ils auraient pourtant dû savoir qu'en tournant à très grande vitesse, elle aurait produit une force centrifuge considérable, et procuré une inertie telle que la carte à jouer aurait été capable d'entailler gravement le bras d'un être humain... (à condition néanmoins de se limiter à une rotation qui ne provoque pas son éclatement avant d'atteindre son but.)
Malheureusement, les téléspectateurs ignorants vont croire ce qui a été clamé à la télévision.

EDF n'a jamais cessé son bourrage de crâne mensonger :



« Que la lumière soit »
La plupart de ceux qui prononcent cette phrase antique oublient que la lumière est un phénomène vibratoire
et que de très nombreuses vibrations du même type sont invisibles pour les humains.
En fait cette information signifie que tout est vibratoire dans la création, par essence.

 PARTICULES 
Ne vous laissez pas troubler par les élucubrations de ceux qui emploient l'expression farfelue « particule de Dieu ».


 IMPOSTURE 
Tout a été fait pour qu'on oublie qu'à l'époque où Einstein a reçu le prix Nobel (1921), des journaux expliquaient en long et en large que c'était à Tesla qu'il aurait fallu l'attribuer, puisqu'Einstein avait repris ses travaux bien plus en avance que les siens. 

Tous les moutons et perroquets se mettront à répéter qu'Einstein était un génie - or l'effet photo-électrique se décrit simplement en une demi-page, pourtant c'est ce qui lui a valu le Nobel - mais en vérité Tesla était bien plus prolifique : celui-ci avait déjà déposé environ trois cent brevets, dont nombre de menteurs ont fait croire que certains étaient dûs à Edison, alors qu'il était assez facile de rétablir la vérité en consultant les registres.
Plus tard l'oligarchie proposera d'offrir une importante subvention à Einstein pour qu'il "mette au point" la « bombe atomique », mais rien à Nikola Tesla. Précisons que pour continuer d'enfoncer Tesla, on a décerné un autre prix Nobel, celui qu'a reçu Bohr en 1922 pour son soi-disant « atome de Bohr » alors que Tesla en avait fait la description 30 ans auparavant!  (cf films documentaires à la TV sur RMC découverte, avant son rachat par Patrick Drahi)
A sa mort, Tesla avait déposé 700 brevets en solitaire, Einstein zéro.
Einstein eut constamment besoin d'assistants pour faire les calculs dont il n'était pas capable, puisqu'il n'était pas doué en math.
    « Einstein faisait plein d'erreurs de calcul qui étaient corrigées par ses collègues. »
  (Yves GINGRAS, La conversation scientifique d'Etienne KLEIN, France Culture, 14 H 47 le 3-09-2016)  Ecouter durée 11 sec :
NB : on aura remarqué qu'Einstein était juif tandis que Tesla ne l'était pas... Tel était l'enjeu pour la ploutocratie.
Extrait de la religion juive :  “Les juifs peuvent jurer faussement
en utilisant des phrases à double sens, ou tout autre subterfuge”.
 (Schabbouth Hag. 6d)
Depuis des années, dans les écoles du monde entier, on fait croire aux élèves
qu'Einstein aurait inventé la formule E=mc².
• 1- Dans une conférence scientifique visible sur Youtube, Etienne KLEIN confirme à ce sujet qu'« Einstein n'est pas le premier à avoir dit E=mc2 »
• 2- et qu'Einstein n'avait jamais énoncé cette formule avant 1912, année de la mort de Poincaré,
lequel n'était plus en état de protester.  Cliquez sur les flèches rouges pour entendre ces deux phrases (durée 12 sec + 12 sec).
      Source : (conférence complète ici) https://www.youtube.com/watch?v=Nb2S7oge8TQ   vous pouvez aller à la minute 46 de la vidéo >>>  >>>

A vrai dire, Einstein n'était pas un scientifique : il travaillait au bureau des brevets en Suisse, donc il avait connaissance des inventions de Tesla et des travaux que Poincaré avait publiés en 1900 sur la relativité avec la formule E=mc² (cf Sir Edmund Taylor Whittaker). Le livre « Einstein myth » (le mythe d’Einstein) cite un journal d’optique américain publié en 1952, expliquant que lorsqu’Einstein a dérivé pour la première fois la formule E=mc², sa dérivation était fausse mais il est quand même parvenu au bon résultat. Il savait donc à quoi il devait aboutir malgré ses erreurs. C’est ainsi que l’on reconnait un copieur à l’école : le résultat est juste mais la démonstration est fausse. Il a probablement pris connaissance des travaux qu'Henri Poincaré avait présentés en 1904 à la foire internationale de Saint Louis aux Etats-Unis. Poincaré est mort en 1912 et Einstein a été lancé dans les années 1920 d'abord à la radio par David Sarnoff, russe spécialiste du Talmud et de la Torah (NBC, ABC) et William Paley (CBS), c-à-d par des gens appartenant à la même communauté juive qu'Einstein. Ils l’ont rendu célèbre ensuite à la TV comme une vedette de cinéma faisant le pitre en tirant la langue pour paraître sympathique (cf Le British journal, 1965 et 1966) de façon à minimiser la gravité de l'imposture face aux critiques qui se manifestaient à l'époque; et certains journaux complices sont allés jusqu'à gommer l'image de Tesla sur une photo de groupe où il apparaissait à l'occasion d'une rencontre avec Einstein et Steinmetz notamment (en 1921) pour qu'on oublie que le Nobel aurait dû être décerné à Nikola TESLA. >>>
  Détails page POINCARE >>>
On continue de nos jours à nous faire du bourrage de crâne au sujet d'Einstein, comme sur arte le 22/11/15, dans un film truffé de mensonges, et on se garde de dire qu'il avait raté tous ses examens et n'avait pu entrer dans aucune école d'études supérieures.
Il a dû se contenter d'être un auditeur libre, or les juifs falsifient les documents historiques à ce sujet.
Plus tard aux USA, il avait la réputation d'être un opportuniste.
Il ne s'est jamais aventuré à procéder à des expériences concrètes comme le font les vrais scientifiques, lesquels mettent au point des procédés techniques reproductibles pour vérifier chaque avancée théorique et offrir des justifications utiles à l'humanité. Il n'avait même pas de laboratoire.
A titre d'exemple, il a déclaré que l'éther n'existait pas, mais sans jamais avoir rien prouvé : ce n'est pas une attitude scientifique, mais il y a là un but sioniste caché.
Les sionistes ont fait tout leur possible pour obscurcir les consciences :       Ecouter Etienne Klein 5 sec >
sans rien prouver, le juif Einstein a décrété que "l'éther n'existait pas", ce qui est absurde puisque par définition
les vibrations électromagnétiques (lumière et ondes radio) ont besoin d'un milieu vibrant pour exister et se propager.

Or quand on s'intéresse à la physique et qu'on a l'esprit inventif,
on procède à des expériences passionnantes, on fournit des efforts comme Marie Curie,
tandis qu'Einstein n'aimait pas ça.

Aux USA il ne côtoyait jamais les autres à la cantine ou ailleurs... ce qui lui évitait de répondre aux questions gênantes...
Les vrais scientifiques ne partent jamais de zéro, mais de travaux antérieurs, or Einstein n'a mentionné aucune citation, ni même aucune référence en bas de page. Frédéric TADDEÏ a brièvement fait mention de cette marque de mauvaise foi dans l"émission "Hier, aujourd'hui, demain" qui a recensé une série d'impostures scientifiques, le 21 septembre 2016 (sur France 2).
En définitive, il n'était pas compétent en math et ne faisait aucune expérience de physique, alors que reste-t-il de son mythe?
>>>


Lors d'une rencontre entre Einstein, Tesla et Steinmetz en 1921 certains journaux sionistes gommèrent l'image de Nikola Tesla pour qu'il n'apparaisse pas sur la photo!

 ~~~~~~ 

Les chrétiens et musulmans de nombreux pays ont maintes fois constaté que des Kabbalistes s'infiltrent incognito
en adhérant faussement à d'autres communautés religieuses pour y exercer leur influence occulte.

Extrait de la religion juive : “Les juifs peuvent jurer faussement en utilisant des phrases à double sens, ou tout autre subterfuge”. (Schabbouth Hag. 6d)

A M E N 
Dans le Nouveau Testament, quand Jésus dit aux juifs « Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon » (Evangile de Matthieu, VI, 24) ce nom semble désigner une puissance démoniaque (cf André PAUL, dictionnaire du judaïsme, Encyclopaedia Universalis). Ce mot qui figure dans l'Ecclésiastique de l'Ancien Testament (XXXI,8) et dans la "Règle de la Communauté" (manuscrits de Qumram en Jordanie) ainsi que dans l'"Ecrit de Dammas" (XIV, 20) en hébreu, est dérivé du grec mamônas, et a été construit à partir de la racine hébraïque "amên", désignant ce qui est fiable, du point de vue juif, à savoir l'argent. Dans le Nouveau Testament, on le trouve dans Matthieu VI-24 après « Ne vous amassez pas des trésors sur la terre...» et dans Luc XVI-13. En hébreu mishnaïque ou en araméen targumique, le mot mammon désigne la richesse ou le gain plutôt mal acquis. Ce mot apparaît dans le Talmud de Babylone et dans les targums : c'est le profit ou l'argent. Et dans le targum palestinien du Pentateuque (Genèse XXXIV) c'est « le bétail » dans le sens de « richesse du fermier ». Ce mot est fréquent dans le Talmud de Palestine, et il est présent dans l'Enoch éthiopien, en tant que "sécurité illusoire de ce monde". Le sens profond de la racine "amen" n'a donc rien à voir avec l'expression "ainsi soit-il" (préférable) car sa signification est d'origine spéculative, et voici pourquoi :
La population tribale a déformé le précepte d'origine, lequel leur enjoignait de faire confiance en une monnaie universelle à l'époque où les gens ne faisaient que du troc approximatif selon des critères variables localement. Ces peuples primitifs n'étaient pas faciles à convaincre. On avait tenté de leur expliquer que ce système intelligent allait permettre d'unifier les échanges à condition de bien respecter la valeur de la monnaie universelle, plus juste. Mais ils étaient récalcitrants et ne s'intéressaient pas à l'unité. Alors on leur a laissé entendre que cette nouveauté était fiable, car l'union faisant la force, ils allaient surpasser les pays voisins, mais sans suggérer de leur faire la guerre ni mentionner l'expression « peuple élu ».
C'est ainsi que le respect de la valeur de l'argent est devenu un pseudo-précepte religieux, (du grec pseudos = mensonge) car aveuglés par leur avidité instinctive, ils se sont imaginé qu'ils allaient devenir magiquement plus intelligents que les autres, et malheureusement beaucoup continuent de le croire, tout en répétant « amên », une formule qui affirme leur confiance dans l'idée profane que
  « l'argent est sacré ».  
Voilà pourquoi désormais les juifs ont pris l'habitude d'avoir foi en l'argent en considérant qu'il représentait l'enjeu d'un contrat sacré, et pourquoi certains s'imaginent que leur destin est de dominer toute la Terre grâce à l'argent, avec une arrière pensée spéculative de "bonne conscience religieuse" gage d'intelligence pour leur communauté, d'autant plus que certains ont eu recours à l'expression « peuple élu » pour éveiller leur attention. Amalgamant superstition et peur de manquer, ils ont fantasmé au point d'établir religieusement que c'était un devoir de s'enrichir, or cet attachement mercantile et financièrement agressif obscurcit leur conscience morale.
Certaines factions répètent « amen », « amen », « amen », ... (argent, argent, argent...)  comme un mantra!
Etant donné qu'ils se relaient, les séances peuvent durer des heures,
ce qui revient à perpétuer secrètement le culte du veau d'or.

La cupidité dégrade le sens moral.
Il s'ensuit un état d'esprit odieusement arrogant empreint d'un mercantilisme ignoble :
« Nous, les juifs, (...) notre shoah, on l'a vendue partout, on est couvert(s) d'argent,
On est vraiment plus fort(s) que vous »
(la juive Claude Sarraute).  Ecouter 10 secondes d'interview
En conséquence, chez les kabbalistes, la ruse remplace l'intelligence,
et certains n'hésitent pas à influencer les chefs d'états à distance avec leur magie noire

après vous avoir fait subir pendant des années un bourrage de crâne pour vous faire croire que ces choses-là ne fonctionnent pas.
Car ils voudraient régenter notre vie :
« On peut rêver d'un Jérusalem devenant capitale de la planète ... 
c'est un joli lieu pour un gouvernement mondial »
(Jacques ATTALI "conversation d'avenirs", Public Sénat le 16/02/2010)
    En revanche, l'Apocalypse de Jean (dans la Bible) dénonce vivement l'attachement à l'argent,
    et présage des conséquences qui semblent correspondre à la loi du Karma (relation de cause à effet).

Les chrétiens (qui disent "amen") et les musulmans (qui disent "aminn") ont été bernés :
ce mot "amen" veut dire "argent".

 
Textes extraits de la religion juive :          
« Un non-juif est comme un chien. Les écritures nous apprennent qu'un chien mérite plus de respect qu'un non-juif » (Ereget Rashi Erod.22 30)
« Les femmes Juives sont contaminées par la simple rencontre de non-juifs.» (Iore Dea 198, 48)
« Si un juif trouve un objet appartenant à un goy (un non-juif), il n'est pas tenu de le lui rendre.» (Baba Mezia 24a)
« Les incroyants ne bénéficient pas de la loi et Dieu a mis leur argent à la disposition d'Israël (Babha Kama 113a)
« La propriété d'un non-juif appartient au premier juif qui la réclame.» (Babha Bathra 54b)
« Tout juif qui verse le sang d'incroyants (non-juifs) revient à la même chose que faire une offrande à dieu. » (Bammidber Raba c 21 & Jalkut 772)
« Les juifs baptisés doivent être mis à mort (Hilkhoth X, 2)
« L'extermination des non-juifs est un sacrifice agréable à dieu.» (Zohar II, 43a)
« Le taux de naissance des non-juifs doit être diminué matériellement.» (Zohar II, 64b)
« Même le meilleur des Goïm (pluriel de goy) devrait être abattu.» (Abhodah Zarah 26b Tosepoth)
« Les juifs peuvent jurer faussement en utilisant des phrases à double sens, ou tout autre subterfuge.» (Schabbouth Hag. 6d)
Il en résulte des escroqueries comme celle du juif Bernard Madoff.

« Le Juif veut votre peau »  (Charles Maurras, 1938, Cité dans : Ralph Schor, L'Antisémitisme en France dans l'entre-deux-guerres... p.168)
 
En Israël le recours à la sorcellerie n'est pas rare, comme ici pour obtenir la mort d'Yitzhak RABIN, parce qu'il avait engagé des pourparlers de paix.
   
Un groupe de kabbalistes a récité des incantations de magie noire pour provoquer la mort de RABIN,  lequel sera assassiné peu après (1995).
La même technique sera mise en œuvre à l'encontre de Yasser `Arafät, qui tombera « étrangement malade »
et qui mourra en 2004 dans un hôpital en France, sans qu'on puisse déterminer pourquoi, malgré toutes sortes d'expertises.
>>>

Etymologie : le mot français "cabale" (intrigue, manœuvre occulte) vient de l'hébreu "qabbalah" c-à-d de la Kabbale juive traditionnelle,
utilisée pour faire de la magie noire depuis des millénaires : « quiconque fait ces choses est en abomination avec l'éternel » (Moïse, la Bible, Deutéronome, 18-10).
 
Au sujet des influences à distance par magie noire :
« Il existe des êtres dont on dit qu'ils peuvent manipuler des groupes humains pour arriver à leurs fins
et qui seraient capables d'influencer des nations pour mener des guerres
   ou des conflits dans le monde entier. »
(Rabbin Ariel Bar Tzadok à la TV, N°23, 21H27 le 14 sept 2016)
Ce rabbin est le fondateur de l'école Kosher Torah.
On voit bien ci-dessous qu'il est possible de manipuler autrui au moyen de l'hypnose,
mais il faut savoir qu'on peut opérer à distance.
Franck Dubosc ne fait pas semblant, il a réellement été hypnotisé, il ne joue pas la comédie.
 

Autoriser le contenu bloqué, recommencer si nécessaire.

Sous hypnose, Franck Dubosc croit qu'il est invisible. On lui a donné l'ordre de voler des objets dans un café.
Il est programmé pour ne pas voir les caméras, et la plupart des clients sont des comédiens pour les besoins de l'expérience.  Détails >>>
>>>

Le scientifique Pierre JANET a réalisé de nombreuses expériences d'hypnose à distance avec succès (sans téléphone).

Il n'y a pas de bonne foi possible quand on vit sous la contrainte, et ceux qui veulent régenter la vie des autres
sont eux-mêmes prisonniers de leurs bas instincts : selon la médecine antique chinoise, ils iront en enfer. >>>
>>>

Ces gens nous rebattent les oreilles avec l'antisémitisme, alors qu'ils ne sont pas sémites puisque presque tous ont la peau blanche.
De surcroît, ils ont le culot de prétendre que les races n'existent pas!
>>> Voir la page RACE >>>
On n'a jamais retrouvé la moindre trace archéologique de leurs supposés "temples de Salomon",
que ce soit l'ancien ou le nouveau reconstruit paraît-il, après la destruction de l'autre. Il s'agit probablement d'un mythe.
>>>
Les francs-maçons
Un goujat (sens premier) était un apprenti maçon, puis un valet d'armée. Ce serviteur apprenait à servir qui?
L'étymologie (hébreu goja : servante chrétienne) montre que la franc-maçonnerie fut à la botte des juifs depuis toujours.
Ces disciples du lobby juif sont des serviteurs endoctrinés pour construire une armée de pantins au service de leur projet du "Grand Israël".

Texte juif extrait du Talmud :  « Jehovah créa le non juif sous forme humaine pour que le juif ne soit pas servi par des bêtes.» (Midrasch Talpioth, p225-L)
La collusion des maçons avec les ennemis de Jésus justifie le sens trivial que la population a donné au mot "goujat",
pour vilipender ces prévaricateurs sournois (les francs-maçons) qui ont fait interdire les crucifix dans les écoles en Italie.
Notons de façon similaire le sens remarquable que nous avons donné au mot "gentil" (étym. "non juif", chez les hébreux).
Dirigés par la cabale sioniste, les hauts fonctionnaires de l'Elysée bloquent les décisions du sénat, lequel ne sert à rien.

N'oubliez pas l'histoire de la langue française!
Précisons qu'en Israël, qui n'a pas de Constitution, il n'y a guère de différence entre système juridique et religion,
mais toujours ce même calcul prétentieux : « On peut rêver d'un Jérusalem devenant capitale de la planète, 
c'est un joli lieu pour un gouvernement mondial »
(Jacques ATTALI "conversation d'avenirs", Public Sénat le 16/02/2010)


 
En 1992, les Rothschild ont construit à Jérusalem une Cour Suprême, un bâtiment sioniste qui regorge de symboles maçonniques
dans l'espoir de supplanter le tribunal international de La Haye,
dans un contexte satanique qui prétend qu'il faut détruire afin de pouvoir ensuite construire, donc provoquer d'abord un chaos destructeur :

« Nous comptons attirer imperceptiblement toutes les nations à la construction d'une nouvelle œuvre  dont nous projetons le plan
et qui comporte la décomposition de l'ordre existant que nous remplacerons par notre règne et ses lois. »
(Protocole des sages de Sion, séance II)
Clamer que le chaos est nécessaire pour que l'ordre émerge du chaos, c'est un discours tortueux, fallacieux, diabolique.

“ORDO AB CHAO” (« l'ordre naîtra du chaos ») répètent lamentablement les francs-maçons bernés par la cabale sioniste.
On a désigné un nouveau membre de l'Académie française, en choisissant un juif qui défend souvent certains délires des ennemis de Jésus.
« Je parle "sur" ceci, "sur" cela...» dit Alain Finkielkraut, alors qu'il faut dire « je parle de ceci, de cela...» (LCP vers 23H le 28/01/2016)
Dans son livre "La défaite de la pensée", Monsieur FINKIELKRAUT utilise le mot "argumentaire" quand il faudrait dire "argumentation" :

cette faute de français inexcusable caractérise précisément la dérive juive, qui ramène tout à l'argent et au commerce,
et dont le mercantilisme infeste toute la planète en propageant sa confusion entre l'être et l'avoir.

Pourquoi ont-ils fait entrer un sioniste à l'Académie?
Il va maintenant tenter d'expurger de notre langue toutes les vérités qui révèlent les exactions de son clan.

NB : certains dictionnaires indiquent que "goujat" était un mot provençal, mais en oubliant son origine : l'hébreu "goja" = servante chrétienne.
 « Il est plus intéressant de regarder fondre un glaçon que d'assister à la plupart des réunions maçonniques. » (William (Bill) Schnoebelen, ancien franc-maçon sataniste) >>>
Les sionistes veulent donner une connotation péjorative au mot "radical", cet adjectif qui qualifie une idée de progrès de la société en profondeur :
un terroriste n'est pas radical, mais fanatique. Leur ploutocratie voudrait que chacun devienne superficiel, alors ils prétendent que les races n'existent pas :


 
Nos ancêtres nous relient nécessairement à l'origine de la vie, donc au créateur.
Le mot "race" rend hommage à notre origine essentielle en retraçant l'hérédité de notre famille authentique.
Il n'y a pas de civilisation sans racines. Renier le passé, c'est vouloir anéantir notre civilisation.
La définition des mots français est publiée au Journal Officiel de la République Française par l'Académie Française.
RACE : lignée, ensemble des ascendants et des descendants d'une même famille.     L'utilité du mot est irréfutable dans le cas d'une race pure :
Subdivision de l'espèce fondée sur des caractères physiques héréditaires, représentée par une population. Les différences entre races sont criantes.

Les faits scientifiques font intervenir des expériences reproductibles. Par exemple, les parents noirs auront des enfants noirs.   NB >>>
Le mot race désigne des catégories d'êtres vivants dont l'existence est évidente: les blancs existent, les noirs existent...
(Ne pas confondre avec espèce)
Quand on respecte les noirs ou les jaunes aux yeux bridés, on commence par reconnaître qu'ils existent
avec leurs particularités que nous acceptons.

Or depuis quelques années, les complices de la ploutocratie ont déjà entrepris de saper l'intelligence ancestrale de notre société
en propageant l'idée que, malgré des milliards d'observations concordantes qui se perpétuent depuis des millénaires,
la transmission congénitale de certains caractères héréditaires n'existait pas, puisqu'ils prétendent que les races n'existent pas.
  « Il faut en finir avec la filiation biologique. »  (Erwan Binet, député PS et rapporteur de la loi Taubira sur le mariage des homos).
« les races n'existent pas ... c'est un fantasme » (Sylvain Bourmeau, France Culture, “ La suite dans les idées ” à 13H50 le 24 septembre 2016)
  En avril 2013, cet homme condamnait avec hargne les manifestants opposés au mariage homosexuel.
>>>

« La race est une construction. » (Raphaël Enthoven, prof de philo d'origine juive, 1/2 H de bourrage de crâne sur arte le 29 mars 2015).
Nous ne sommes pourtant pas responsables du fait que les teckels ne font pas des labradors, sans qu'on ne construise rien.
Les vrais coupables espèrent qu'on oublie nos ancêtres à la suite de cette manipulation,
tandis que la religion juive attribue une énorme importance à la transmission maternelle
pour renforcer sa propre communauté d'ennemis de Jésus.

En fait le mot "race" n'a jamais voulu dire qu'il n'y avait pas d'origine commune à toute l'humanité.
Mais on utilise ce discours fallacieux pour affaiblir notre cohésion sociale
en brouillant notre perception de cette réalité biologique, précisément
parce que des kabbalistes utilisent la force spirituelle de leur lignée maternelle pour arriver à leurs fins
quand ils influencent à distance les chefs d'états et autres personnes populaires.

Ils ou elles font appel à leur mère défunte, et à la mère de leur mère...
puis invoquent tous les esprits de leurs ancêtres, pour que leurs incantations de magie noire soient exaucées,
et ils y ajoutent parfois l'hypnose pour plus d'efficacité en touchant le bras des gens importants.
>>>

« Ce furent ordinairement des juifs qui étaient employés pour les opérations magiques (...)    
des secrets de la Cabbale dont les juifs se targuent d’être les seuls dépositaires. »
(Voltaire, « La Henriade »)    
Des sectes fanatiques veulent provoquer la déchéance de notre civilisation (saktisme) en vue d'instaurer un « grand Israël » triomphant,
car selon leur religion
« Jehovah créa le non juif sous forme humaine pour que le juif ne soit pas servi par des bêtes.» (Midrasch Talpioth, p225-L)
« ... un peuple sûr de lui-même et dominateur »  (De Gaulle parlant des juifs en conférence de presse, à la TV en 1967). >>>
Les sectes sionistes déclarent que pour construire un monde à leur convenance, il faut commencer par détruire la civilisation actuelle.
Voilà pourquoi ils veulent embrouiller votre intelligence. Ils ont fait installer des statues de Shiva - dieu de la destruction et de l'ignorance -
à proximité du parlement européen à Bruxelles, et près de l'O.N.U.... Demandez-vous pourquoi.

N'oubliez pas vos origines, n'ignorez pas la vérité.
Ne laissez pas s'installer le risque de faire croire aux enfants que les celtes étaient jaunes, Clovis et les rois des francs étaient noirs,
que Charlemagne et Richelieu étaient bouddhistes, Jules Ferry et De Gaulle étaient musulmans,
que Louis XIV ou Louis XVI et toutti quanti avaient peut-être la peau rouge tout en vivant dans un foutoir sioniste.
Car l'arrivée massive d'immigrés provoque un chaos lunguistique qui affaiblit le niveau général de tous les élèves dans les écoles.

Il n'y a pas de civilisation sans racines. Renier le passé, c'est vouloir anéantir notre civilisation.
Il existe une cabale occulte qui manipule les gens influents et qui veut votre déchéance pour instaurer sa suprématie.
« Toute l'opération consiste bien, avec la foi laïque, à changer la nature même de la religion, de Dieu, du Christ,
et à terrasser définitivement l'Eglise »
(Vincent Peillon, Une religion pour la République, p. 277, édition du Seuil, 2010).
Léon de Montesquiou a déclaré : « Le Juif est l’agent destructeur de notre foi et de la patrie.
Nous sommes prêts à sacrifier nos existences pour débarrasser la France des Juifs.»

Les pauvres émigrés économiques paient 11 000 €, voire 13 000 € en tout aux passeurs successifs paraît-il. D'où vient cette abondance soudaine
qui permettrait d'aménager des adductions d'eau et de créer des entreprises dans leur pays d'origine, étant donné le coût de la vie chez eux?
S'ils préfèrent bizarrement abandonner leur patrie à son triste sort, c'est qu'ils sont manœuvrés par un complot qui exige un financement conséquent.

Préservons le mot "race", qui rend hommage à l'hérédité de notre famille authentique.
Or la loi française interdit aux enfants adoptés d'accéder à leur histoire personnelle : ils n'ont pas le droit de connaître leurs ancêtres.
Cependant, le gouvernement peut autoriser les statistiques ethniques par dérogation!

Nos ancêtres nous relient nécessairement à l'origine de la vie, donc à Dieu.
Certains dadais de France 2 n'ont pas compris pourquoi Noël était un jour férié,
ainsi que la Toussaint, et les lundis de Pâques, de la Pentecôte, de l'Assomption...

Les gens superficiels qui, armés d'un cœur de pierre, seraient capables de marcher sur père et mère pour fanfaronner à la télévision,
ne mesurent pas l'importance du berceau de la France et de l'authenticité de sa généalogie.
Ils se laissent manipuler par une cabale accablante qui voudrait faire de nous un troupeau de moutons ignares,
uniformisés par conformisme pour nous abrutir et nous séparer de notre essence, provoquer notre décadence et nous couper de Dieu.

Les animateurs de TV n'ayant jamais fait l'effort honnête de développer leurs facultés spirituelles,
ils ignorent tout de la puissance de l'esprit et ne sont pas conscients de ce qui se trame à leur insu.

Ne salissez pas la langue française : du point de vue spirituel, être "radical", c'est avoir des racines profondes qui nous relient au noyau fondamental de l'être,
c-à-d à l'essence de la vie, et non pas être superficiel comme les terroristes dupés par des radicelles, et qui ne sont donc pas "radicalisés".

Lien pour imprimer uniquement le cadre ci-dessus : race.html

Français 
Les croyances erronées sont nombreuses dans la langue française.
Par exemple pour parler d'un centre pénitenciaire, Robert Ménard dit « centre pénitencier ».  Ecouter durée 3 sec >
Il parle moins bien que les immigrés. Il ferait mieux de se cantonner dans le ramassage des crottes de chiens.

Balise pour afficher cette zone http://www.foilogic.fr/croyance.html#Menard

T O R A H 
Selon 2 rabbins qui ont écrit le livre "la Torah du roi"

ce qui en dit long sur leur absence de sens moral.
En Israël il n'y a guère de distinction entre Etat et religion
(dans ce pays il n'y a pas de Constitution).

Le Talmud interprète la Torah par un ensemble de commentaires
retransmis dans le passé par voie orale.

« Ce qu'un juif dérobe à un non juif, il peut le garder » (Sanhédrin 57a).
Le viol des femmes non juives est autorisé
(Hadarine 20B; Schulchan Aruch, Choszen Hamiszpat 348).


Abracadabrant, le 7 août 2014, Netanyahou nous avait annoncé, en substance, une menace sentencieuse :
« Si vous reconnaissez la Palestine, il y aura des attentats en France. »
Or notre pays l'a reconnue en décembre 2014, et les attentats contre Charlie hebdo ont eu lieu le 7 janvier 2015,
(Noël orthodoxe) et d'autres ont suivi le 13 novembre 2015.
Il ne pouvait pas mieux faire pour clamer l'aveu que les sionistes organisent des attentats dans notre pays.
>>>

car on ne voit pas en quoi l'arabisme et l'islam auraient pu être mécontents de cette reconnaissance!


AVEU D'UN SIONISTE : ils veulent asservir le monde.
« On peut imaginer, rêver d'un Jérusalem devenant capitale de la planète... c'est un joli lieu
pour un gouvernement mondial »
(Jacques ATTALI "conversation d'avenirs", Public Sénat le 16/02/2010)

    Dernière phrase prononcée pour conclure, après 12'mn 20 's d'émission.     clic sur la flèche rouge pour l'entendre
NB : C'est lui qui a « découvert » Macron.

 
Ce haut fonctionnaire juif fut le conseiller spécial de François MITTERAND, qu'il représentait aux réunions du G7 et aux sommets européens.
Il assistait au conseil des Ministres, au conseil de Défense, et à tous les entretiens bilatéraux du président avec des gouvernants étrangers. Il dirige le groupe Attali & Associés.



L'imposture des sachets en "plastique" fin, distribués gratuitement.
Depuis les années 1970, de nombreux "journalistes" répètent niaisement que ces sacs ont une durée de vie de 400 ans. Dès le début de cette affaire, je me suis demandé qui donc avait vécu assez longtemps pour le vérifier. Alors j'ai mis un de ces sachets dans une cage à oiseau que j'ai suspendue à une branche dans mon jardin. L'année suivante, il n'en restait plus que quelques tout petits morceaux déchirés. La nature se charge donc de les détruire, d'ailleurs on sait depuis que certaines bactéries les digèrent, sans qu'il soit nécessaire de recourir à une matière plastique spécialement biodégradable. Il en existe même qui éliminent le pétrole. Mais cela n'empêche pas certaines dames "journalistes" en 2016 de nous refaire le coup des « 400 ans » (France Info, le 1er juillet) sans jamais avoir rien vérifié avant de proférer cette ânerie qui permet aux hypermarchés de vous facturer à prix d'or des sachets qui ne leur coûtent presque rien, après avoir commandité des pseudos reportages TV pour les besoins desquels des emballages ont volontairement été jetés avant d'être filmés. Alors on vous répète de ne pas porter sur vous du plastique de chez Leclerc : quand un requin dévore un être humain, la pauvre bête a du mal à digérer ce que vous avez dans les poches.

• La plupart des textes parlant de désir (par exemple dans les encyclopédies décrivant le bouddhisme) commettent l'erreur grossière de ne pas différencier :
- les aspirations supérieures, d'une part;
- les envies bassement instinctives, d'autre part, dérivées de la peur de manquer, et qui confondent l'amour et l'attachement.

• Les enfants ont besoin d'authenticité, et non pas qu'on les trompe en imitant une personne du sexe qu'on n'a pas.
Rappelons que chacune des cellules de notre corps est déjà déterminée sexuellement dès le début de la vie de l'embryon,
le cœur se formant en premier, avant les autres organes.
 Or voilà où cela conduit de vouloir contredire la nature: 
• Après une opération de "changement de sexe" qui ne lui a pas donné satisfaction, une belge qui désormais
se faisait appeler Nathan Verhelst a été euthanasiée en fin septembre 2013 dans un hôpital de Bruxelles (c'est légal en Belgique depuis 2002)
son médecin ayant estimé que ses souffrances psychiques étaient devenues "insupportables".   (cf: Het Laatste Nieuws, "Les Dernières Nouvelles").
Agée de 44 ans, la malheureuse était née dans une famille qui comptait trois garçons: en vérité elle s'appelait Nancy,
mais elle avait été rejetée par ses parents qui auraient souhaité qu'elle ne soit pas une fille.
Elle demanda qu'on la transforme pour avoir l'apparence d'un homme  (hormones, chirurgie, etc...).
Ce désir était illusoire puisqu'en fait les cellules féminines de son corps physique n'auraient pas pu changer de sexe.
Résulat, elle a continué de se sentir mal dans sa peau comme à son habitude, car elle ne s'aimait pas,
et cet état d'esprit malsain était ancré en elle. Donc ce fut un échec.
• Le canadien David Reimer s'est suicidé en 2004 pour des raisons comparables, à 38 ans. (cf Wikipedia). A l'évidence,
l'influence parentale est déterminante pour structurer la personnalité des êtres humains tout au début de leur vie, mais pas pour changer de sexe!
 Oneal Ron Morris, un faux chirurgien esthétique (transgenre) injectait du ciment, de l'huile, et de la colle
dans les fesses de ses « patientes » en Floride, (parfois dans les lèvres et les joues) et s'était infligé ces mêmes traitements.
Cet homme (déguisé en femme) est responsable de la mort d'une de ses clientes.

En vérité les femmes ont deux chromosomes X (XX) tandis que les hommes possèdent un chromosome X et un chromosome Y (XY),
on ne peut pas changer cette réalité déjà déterminée dès le début de la vie du fœtus.
Vouloir remplacer l'authenticité par le mensonge, c'est de la mauvaise foi,            
et cela tend à produire des conséquences dramatiques.            

ADOPTION et mariage homosexuel >>>          


HAUT (notes) suite: PRINCIPE
R E P E R T O I R E
  ACCUEIL* |  LOGIQUE DE LA FOI* |  INTRODUCTION* |  CROYANCE* |  PRINCIPE* |  AMOUR ET CONSCIENCE* |  INCONSCIENT* |  FRUIT DEFENDU* |  FRUIT DEFENDU (2)*  ATTACHEMENT* |  LIBERTE* |  VRAIE VIE* |  IMMANENCE* |  TRANSCENDANCE* |  RIRE* |  IRONIE* |  VIOLENCE* |  RESPECT* |  ESPOIR* |  VOLONTE* |  CONCLUSION*
  ici vous êtes à la page : >>>   F O I  &  C R O Y A N C E    astérisque = lien déjà visité   
  COHERENCE* |   FRACTALES* |   HUYGENS* |   SECTES* |   CLONAGE* |   PRIMITIFS* |   EGOISME* |   SOURIEZ* |   MASCARADE* |   MONDIALISATION* |   THEORIE du genre*   GENESE & VIE ETERNELLE* |   mariage & ADOPTION par des homos * |   TRAFIC D'INFLUENCE* |   LES BAHÁ'ÍS* |   ENSEIGNER* |   EXPERIENCES SPIRITUELLES* |   Qu'est-il permis d'espérer?*

Médecine spirituelle chinoise
Congrès sioniste mondial
Précisions sur les RACES

Pour une meilleure compréhension de l'argumentation, il est préférable de suivre l'ordre proposé
(à partir de l'accueil, cliquer sur suite)
pour la lecture des chapitres qui précèdent le fichier "transcendance".



On ne peut guère espérer raisonner juste si on ne respecte pas le sens des mots:
c'est comme si on comptait obtenir un résultat exact
en introduisant de mauvais chiffres dans une machine à calculer.
On ne peut pas penser juste, ni être de bonne foi, avec des mots qui sont faux.

L'incohérence du langage empêche de s'accorder les uns avec les autres:

Imaginez ce qui se passerait sur une route à double sens
si certains roulaient à droite, et les autres à gauche...

Or le mot n'est pas la chose : lire
Krishnamurti.
On peut donc s'efforcer d'expliquer la signification des mots pour mieux s'entendre,
mais on ne peut pas prétendre enseigner la joie, la tristesse, ou la foi elle-même.
Celle-ci est personnelle et intime. Ce n'est pas un avoir qu'on peut transmettre.
Sa vertu jaillit spontanément des profondeurs de l'être lucide et autonome,
tandis que le fanatisme collectif n'est qu'un voile qui obscurcit les consciences.

La foi se manifeste d'abord à l'intérieur et ne peut pas provenir de l'extérieur.      
Cette condition naturelle détermine notre qualité d'être authentique,      
en ajoutant à la sincérité une prise de conscience profonde      
de notre propre perception du sens de l'existence.      

Toute manipulation qui prétendrait «enseigner la foi»   (comme s'il s'agissait
d'inoculer des règles de conduite provenant d'un bagage de croyances externes)
ne pourrait être qu'un artifice destiné à produire un comportement factice.

    Or le conformisme d'une «foi» frelatée, c'est de la mauvaise foi.    (retour)

Ne pas confondre foi (cohérente) et croyance (douteuse)     remarque >>>      
 


Rappelons enfin qu'il existe au moins deux cas répertoriés d'hommes vivant sans cerveau, l'un des deux ayant un Q.I. de 130. (RTL, 18 août 2015, J. Pradel, les aventuriers de l'impossible).
Les matérialistes feraient bien de se remettre en questions.

Comment pourrait-on être de bonne foi quand on s'imagine que ce mot "foi" signifie "croyance"?
Certaines langues, comme l'hébreu par exemple, utilisent le même mot dans les deux cas.
Il en résulte des idées embrouillées par les bas instincts, dans un chaos amalgamant l'être et l'avoir, et qui s'obstinent à vénérer l'argent.
PRÉDICAT n. m. (Emprunté du latin chrétien praedicatum, « attribut », lui-même participe passé de praedicare, « proclamer, publier ».) Elément central de la phrase.
« L'existence est un prédicat universel qui convient à tout ce qui est réel »  (Théologie catholique t.4, 1, p.946 - 1920)
1. LOGIQUE. Se dit d'une propriété, d'une qualité affirmée ou niée à propos du sujet de la proposition. Dans « L'homme est mortel », « mortel » est un prédicat.
2. LINGUIST. Ce que l'on apporte comme information sur le sujet d'un énoncé.

Jugement synthétique: Qui introduit dans un prédicat une notion qui n'est pas comprise dans le sujet et qui ne peut se vérifier que par les faits.
« Kant appelle synthétiques les jugements qui affirment d'un sujet un attribut qui n'y est pas contenu logiquement » (COUSIN, Philos. Kant, 1857, p. 46).
« La notion kantienne du synthétique a priori, quelque ambiguë qu'elle reste par certains côtés, a ce mérite immense de souligner le fait que
la rationalité peut subsister entièrement là où un élément radicalement étranger à tout mécanisme intervient (et même joue un rôle capital) »
(G. MARCEL, Journal, 1914, p. 74).
D'où l'importance de l'intuition.


CANDEUR:
Pureté de l'âme qui se manifeste par un comportement simple et sincère (donc sans arrière-pensée, sans calcul hypocrite).
Spontanéité d'une âme désintéressée (car elle ne confond pas l'être et l'avoir). Innocence de cœur d'une personne sans expérience de la vie.
Citations d'auteurs
Tablette d'AHMAD | Shrî AUROBINDO | BAHÁ'Ú'LLÁH | BARLOW | BERGSON | BRIGGS | CAYCE | COMTE | FROMM GIBRAN | HEGEL | HEYOAN | KRISHNAMURTI | LAO TSEU | LEIBNIZ | MONEY | MONNIER | O.N.U. | PASCAL | PERROUX PLATON | POINCARE | SION | SPINOZA | TEILHARD DE CHARDIN | THOMAS D'AQUIN | VASSE | VIVEKANANDA

  Sur le site FOILOGIC on parle de foi et de religions - ici le mot juif ne concerne que la religion juive.

     REPERTOIRE COMPLET >>>>>>>>>>>>
^ HAUT
La vie fait preuve d'intelligence.
Or l'intelligence fait intervenir l'esprit cohérent.
A la place du nez, nos cellules n'ont pas
commis l'erreur de fabriquer un genou...

Il semble bien qu'il n'y ait pas de vie sans esprit:
“Dieu ne joue pas aux dès.” (cf Einstein)

(voir note 3)





La vie fait preuve d'intelligence.
Or l'intelligence fait intervenir l'esprit cohérent.
A la place du nez, nos cellules n'ont pas
commis l'erreur de fabriquer un genou...

Il semble bien qu'il n'y ait pas de vie sans esprit:
“Dieu ne joue pas aux dès.” (cf Einstein)

(voir note 3)

Si nous étions parfaitement cohérents
tous nos sentiments seraient justes.
Il serait alors possible d'être pleinement CONSCIENT,
sans division intérieure, c-à-d entier.
Le croyant espère progresser dans ce sens:
car l'illumination lève les barrières inconscientes
caractéristiques des esprits embrouillés.

La bonne foi aspire à la cohérence:
il n'est pas possible d'en douter!
(cf note 2)







Si nous étions parfaitement cohérents
tous nos sentiments seraient justes.
Il serait alors possible d'être pleinement CONSCIENT,
sans division intérieure, c-à-d entier.
Le croyant espère progresser dans ce sens:
car l'illumination lève les barrières inconscientes
caractéristiques des esprits embrouillés.

La bonne foi aspire à la cohérence:
il n'est pas possible d'en douter!
(cf note 2)



La foi est affaire de COHERENCE:
La bonne foi nous ouvre aux autres,
donc à l'uni-vers.








La foi est affaire de COHERENCE:
La bonne foi nous ouvre aux autres,
donc à l'uni-vers.


















Ne pas confondre foi et croyance:
Attaché aux convictions égoïstes,

- supersticieux ou athée -

le MOI méfiant est «dépossédé»
du “JE SUIS” authentique

faute d'avoir élucidé les peurs inconscientes
qui restreignent son potentiel spirituel.








Ne pas confondre foi et croyance:
Attaché aux convictions égoïstes,

- supersticieux ou athée -

le MOI méfiant est «dépossédé»
du “JE SUIS” authentique

faute d'avoir élucidé les peurs inconscientes
qui restreignent son potentiel spirituel.





Confiant à l'égard du juste,
l'être authentique aime sincèrement
s'ouvrir à la Vérité
.

Sa rigueur consciencieuse rejette la superstition,
mais ne refuse pas l'étude des phénomènes mystérieux.









Confiant à l'égard du juste,
l'être authentique aime sincèrement
s'ouvrir à la Vérité
.

Sa rigueur consciencieuse rejette la superstition,
mais ne refuse pas l'étude des phénomènes mystérieux.








Non seulement les gens «négatifs» rient difficilement,
mais ils se barricadent dans une réalité restreinte.
Voir le chapitre sur le RIRE.









Non seulement les gens «négatifs» rient difficilement,
mais ils se barricadent dans une réalité restreinte.
Voir le chapitre sur le RIRE.




On peut douter de soi, mais sans douter
que la Vérité puisse apparaître
en développant les facultés de l'esprit.
Quand on est de bonne foi, on reconnaît humblement
que les phénomènes paranormaux nous interpellent.

Mais si l'intuition supérieure se refuse à vous,
ne croyez pas qu'il faut généraliser votre cas!









On peut douter de soi, mais sans douter
que la Vérité puisse apparaître
en développant les facultés de l'esprit.
Quand on est de bonne foi, on reconnaît humblement
que les phénomènes paranormaux nous interpellent.

Mais si l'intuition supérieure se refuse à vous,
ne croyez pas qu'il faut généraliser votre cas!





La cohérence détachée
est nécessaire à la spiritualité.












La cohérence détachée
est nécessaire à la spiritualité.





L'instinct d'attachement (pour avoir)
nous sépare de la source de l'être.
Il  obscurcit  la  conscience.
Il altère l'intuition du sens de la vie.
Voir la page: fruit défendu (1).









L'instinct d'attachement (pour avoir)
nous sépare de la source de l'être.
Il  obscurcit  la  conscience.
Il altère l'intuition du sens de la vie.
Voir la page: fruit défendu (1).





Foi et croyance peuvent alors se rejoindre
dans la confiance à l'égard
de l'essence de l'être.
Cet effort sincère n'a rien à voir avec la superstition:
le croyant authentique est de bonne foi.










Foi et croyance peuvent alors se rejoindre
dans la confiance à l'égard
de l'essence de l'être.
Cet effort sincère n'a rien à voir avec la superstition:
le croyant authentique est de bonne foi.




Quand un croyant s'efforce de progresser
en améliorant sa cohérence,
il se purifie.   ( pur = sans mélange )
L'agitation des pensées chaotiques fait souvent obstacle à la clairvoyance: mieux vaut calmer nos ruminations en s'en retirant pour méditer sereinement... D'ailleurs l'intuition s'insinue parfois en nous pendant le sommeil!

voir le chapitre COHERENCE
La bonne foi aspire à la cohérence:
il n'est pas possible d'en douter!

Elle respecte notre principe existentiel.









Quand un croyant s'efforce de progresser
en améliorant sa cohérence,
il se purifie.   ( pur = sans mélange )
L'agitation des pensées chaotiques fait souvent obstacle à la clairvoyance: mieux vaut calmer nos ruminations en s'en retirant pour méditer sereinement... D'ailleurs l'intuition s'insinue parfois en nous pendant le sommeil!

voir le chapitre COHERENCE
La bonne foi aspire à la cohérence:
il n'est pas possible d'en douter!

Elle respecte notre principe existentiel.






La cohérence profonde exige
de renoncer à l'égoïsme:
le détachement est
nécessaire à la spiritualité.

Voir aussi la page: ATTACHEMENT.









La cohérence profonde exige
de renoncer à l'égoïsme:
le détachement est
nécessaire à la spiritualité.

Voir aussi la page: ATTACHEMENT.

Connaître le nouveau
est une activité dynamique
,

tandis que savoir,
c'est disposer d'une mémoire statique,
qui nous procure l'inertie
des recommencements identiques.









Connaître le nouveau
est une activité dynamique
,

tandis que savoir,
c'est disposer d'une mémoire statique,
qui nous procure l'inertie
des recommencements identiques.

A propos de la conscience collective, après avoir étudié des cerveaux de rêveurs pendant toute sa carrière,
Michel JOUVET considère que l'esprit éveillé de l'être humain ne révèle que la partie émergée de l'iceberg.
Il relate notamment les remarquables similitudes entre les choix de jumeaux qui vivaient séparés par des milliers de kilomètres, chacun ignorant l'existence de l'autre.
Et il ajoute ce clin d'oeil à Descartes: “Je rêve, donc je suis”.

Il convient de procéder honnêtement
aux expériences requises pour développer
nos facultés spirituelles avant de pouvoir
formuler un avis éclairé à ce sujet:
des années d'efforts sont nécessaires.












A propos de la conscience collective, après avoir étudié des cerveaux de rêveurs pendant toute sa carrière,
Michel JOUVET considère que l'esprit éveillé de l'être humain ne révèle que la partie émergée de l'iceberg.
Il relate notamment les remarquables similitudes entre les choix de jumeaux qui vivaient séparés par des milliers de kilomètres, chacun ignorant l'existence de l'autre.
Et il ajoute ce clin d'oeil à Descartes: “Je rêve, donc je suis”.

Il convient de procéder honnêtement
aux expériences requises pour développer
nos facultés spirituelles avant de pouvoir
formuler un avis éclairé à ce sujet:
des années d'efforts sont nécessaires.



“Pour le taoïste, le monde, la personnalité,
devaient se découvrir sur d'autres plans
que ceux abordés habituellement
par le commun des humains.
C'est pourquoi ils préféraient se retirer,
vivre isolément, et loin d'ériger en dogmes
ce que nous avons appelé leur doctrine,
ils n'étaient là dans un premier temps
que pour témoigner d'une recherche, d'un vécu,
d'une qualité d'être toute personnelle,
bien qu'universelle
et fruit d'une évolution intérieure incessante.”
(Extrait de “TOUT SUR LA MEDECINE CHINOISE”
D.Colin, C.Barry - M.A. Editions.)

Voir le chapitre « RESPECT ».





“Pour le taoïste, le monde, la personnalité,
devaient se découvrir sur d'autres plans
que ceux abordés habituellement
par le commun des humains.
C'est pourquoi ils préféraient se retirer,
vivre isolément, et loin d'ériger en dogmes
ce que nous avons appelé leur doctrine,
ils n'étaient là dans un premier temps
que pour témoigner d'une recherche, d'un vécu,
d'une qualité d'être toute personnelle,
bien qu'universelle
et fruit d'une évolution intérieure incessante.”
(Extrait de “TOUT SUR LA MEDECINE CHINOISE”
D.Colin, C.Barry. - M.A. Editions.)

Voir le chapitre « RESPECT ».




“Atteins suprême vacuité
Et maintiens-toi en quiétude
Face à l'agitation fourmillante des choses.”
Extrait de TAO TE KING / DAO DE JING (Lao Tseu ou Lao Tsi.)
Il semble que selon la médecine antique chinoise,
la rigidité des idées empêche la souplesse du corps.









“Atteins suprême vacuité
Et maintiens-toi en quiétude
Face à l'agitation fourmillante des choses.”
Extrait de TAO TE KING / DAO DE JING (Lao Tseu ou Lao Tsi.)
Il semble que selon la médecine antique chinoise,
la rigidité des idées empêche la souplesse du corps.






Le refus de raisonner
n'est que de la mauvaise foi.







Le refus de raisonner
n'est que de la mauvaise foi.














La foi va de pair avec l'amour de la Vérité,
(dont l'essence authentique s'oppose à l'hypocrisie)

donc avec le désir sincère
de connaître et de comprendre,
ce besoin spontané de s'interroger
qui caractérise l'aspiration naturelle à l'intelligence.
Cette sincérité ne peut pas résulter

d'un bourrage de crâne ni d'un suivisme
à l'image des animaux d'un troupeau.

La conscience d'un être n'appartient pas aux autres.















La foi va de pair avec l'amour de la Vérité,
(dont l'essence authentique s'oppose à l'hypocrisie)

donc avec le désir sincère
de connaître et de comprendre,
ce besoin spontané de s'interroger
qui caractérise l'aspiration naturelle à l'intelligence.
Cette sincérité ne peut pas résulter

d'un bourrage de crâne ni d'un suivisme
à l'image des animaux d'un troupeau.

La conscience d'un être n'appartient pas aux autres.









La foi va de pair avec l'amour de la Vérité,
(dont l'essence authentique s'oppose à l'hypocrisie)

donc avec le désir sincère
de connaître et de comprendre,
ce besoin spontané de s'interroger
qui caractérise l'aspiration naturelle à l'intelligence.
Cette sincérité ne peut pas résulter

d'un bourrage de crâne ni d'un suivisme
à l'image des animaux d'un troupeau.

La conscience d'un être n'appartient pas aux autres.









La foi va de pair avec l'amour de la Vérité,
(dont l'essence authentique s'oppose à l'hypocrisie)

donc avec le désir sincère
de connaître et de comprendre,
ce besoin spontané de s'interroger
qui caractérise l'aspiration naturelle à l'intelligence.
Cette sincérité ne peut pas résulter

d'un bourrage de crâne ni d'un suivisme
à l'image des animaux d'un troupeau.

La conscience d'un être n'appartient pas aux autres.









La foi va de pair avec l'amour de la Vérité,
(dont l'essence authentique s'oppose à l'hypocrisie)

donc avec le désir sincère
de connaître et de comprendre,
ce besoin spontané de s'interroger
qui caractérise l'aspiration naturelle à l'intelligence.
Cette sincérité ne peut pas résulter

d'un bourrage de crâne ni d'un suivisme
à l'image des animaux d'un troupeau.

La conscience d'un être n'appartient pas aux autres.
























La foi va de pair avec l'amour de la Vérité,
(dont l'essence authentique s'oppose à l'hypocrisie)

donc avec le désir sincère
de connaître et de comprendre,
ce besoin spontané de s'interroger
qui caractérise l'aspiration naturelle à l'intelligence.
Cette sincérité ne peut pas résulter

d'un bourrage de crâne ni d'un suivisme
à l'image des animaux d'un troupeau.

La conscience d'un être n'appartient pas aux autres.

















La foi va de pair avec l'amour de la Vérité,
(dont l'essence authentique s'oppose à l'hypocrisie)

donc avec le désir sincère
de connaître et de comprendre,
ce besoin spontané de s'interroger
qui caractérise l'aspiration naturelle à l'intelligence.
Cette sincérité ne peut pas résulter

d'un bourrage de crâne ni d'un suivisme
à l'image des animaux d'un troupeau,

et le despotisme s'y oppose.

La conscience d'un être n'appartient pas aux autres!





La foi va de pair avec l'amour de la Vérité,
(dont l'essence authentique s'oppose à l'hypocrisie)

donc avec le désir sincère
de connaître et de comprendre,
ce besoin spontané de s'interroger
qui caractérise l'aspiration naturelle à l'intelligence.
Cette sincérité ne peut pas résulter

d'un bourrage de crâne ni d'un suivisme
à l'image des animaux d'un troupeau,

et le despotisme s'y oppose.

La conscience d'un être n'appartient pas aux autres!




La foi va de pair avec l'amour de la Vérité,
(dont l'essence authentique s'oppose à l'hypocrisie)

donc avec le désir sincère
de connaître et de comprendre,
ce besoin spontané de s'interroger
qui caractérise l'aspiration naturelle à l'intelligence.
Cette sincérité ne peut pas résulter

d'un bourrage de crâne ni d'un suivisme
à l'image des animaux d'un troupeau,

et le despotisme s'y oppose.

La conscience d'un être n'appartient pas aux autres.





La foi va de pair avec l'amour de la Vérité,
(dont l'essence authentique s'oppose à l'hypocrisie)

donc avec le désir sincère
de connaître et de comprendre,
ce besoin spontané de s'interroger
qui caractérise l'aspiration naturelle à l'intelligence.
Cette sincérité ne peut pas résulter

d'un bourrage de crâne ni d'un suivisme
à l'image des animaux d'un troupeau,

et le despotisme s'y oppose.

La conscience d'un être n'appartient pas aux autres.









La foi va de pair avec l'amour de la Vérité,
(dont l'essence authentique s'oppose à l'hypocrisie)

donc avec le désir sincère
de connaître et de comprendre,
ce besoin spontané de s'interroger
qui caractérise l'aspiration naturelle à l'intelligence.
Cette sincérité ne peut pas résulter

d'un bourrage de crâne ni d'un suivisme
à l'image des animaux d'un troupeau,

et le despotisme s'y oppose.

La conscience d'un être n'appartient pas aux autres.



La foi va de pair avec l'amour de la Vérité,
(dont l'essence authentique s'oppose à l'hypocrisie)

donc avec le désir sincère
de connaître et de comprendre,
ce besoin spontané de s'interroger
qui caractérise l'aspiration naturelle à l'intelligence.
Cette sincérité ne peut pas résulter

d'un bourrage de crâne ni d'un suivisme
à l'image des animaux d'un troupeau.

et le despotisme s'y oppose.

La conscience d'un être n'appartient pas aux autres.
<<< Agrandir la fenêtre au maximum avec Explorer, touche ctrl + F11 >>>
.
Explorer affiche des bulles explicatives et des fonctions supplémentaires si vous ne bloquez pas JavaScript.
Avec Explorer préférer zoom 125% - texte de taille moyenne.
Agrandir la page au maximum (touches ctrl + F11).