Henri POINCARÉ (1854 - 1912)
(Cousin du président Raymond Poincaré)  H. Poincaré fut le premier à publier le principe de la relativité (en 1900)  et la formule E = mc²
Soulignements et caractères gras ajoutés.

Embrouillages d'Einstein   -  Extraits de :  La science et l'hypothèse        (1902)

« Douter de tout ou tout croire, ce sont deux solutions également commodes, qui l’une et l’autre nous dispensent de réfléchir.»

« Quand on a un peu plus réfléchi, on a aperçu la place tenue par l’hypothèse. (...) Toute conclusion suppose des prémisses;
ces prémisses elles-mêmes ou bien sont évidentes par elles-mêmes et n’ont pas besoin de démonstration, ou bien ne peuvent être établies qu’en s’appuyant sur d’autres propositions, et comme on ne saurait remonter ainsi à l’infini, toute science déductive, et en particulier la géométrie, doit reposer sur un certain nombre d’axiomes indémontrables.» (Henri Poincaré, La science et l'hypothèse - chap 3). (...)

« Quelques personnes (...) se sont demandé si le savant n’est pas dupe de ses définitions
et si le monde qu’il croit découvrir n’est pas tout simplement créé par son caprice.»             ( notes)

« La vérification diffère précisément de la véritable démonstration, parce qu’elle est purement analytique et parce qu’elle est stérile. Elle est stérile parce que la conclusion n’est que la traduction des prémisses dans un autre langage. La démonstration véritable est féconde au contraire parce que la conclusion y est en un sens plus générale que les prémisses.» (Henri Poincaré, La science et l'hypothèse - 1902).

« le raisonnement syllogistique reste incapable de rien ajouter aux données qu’on lui fournit ». (...) « le raisonnement ne pourrait nous rendre que les vérités immédiatement évidentes empruntées à l’intuition directe; il ne serait plus qu’un intermédiaire parasite » (Henri Poincaré, La science et l'hypothèse - chapitre 1).

(...) Le caractère essentiel du raisonnement par récurrence c’est qu’il contient, condensés pour ainsi dire en une formule unique, une infinité de syllogismes. (chapitre 1 - V)

(...) « Un joueur d’échecs, par exemple, ne crée pas une science en gagnant une partie. Il n’y a de science que du général.» (chapitre 1 - II)       ( notes)

(...) « pourquoi on ne saurait concevoir un esprit assez puissant pour apercevoir l’ensemble des vérités mathématiques d’un seul coup d’œil ». (...) « un joueur d’échecs peut combiner quatre coups, cinq coups d’avance, mais, si extraordinaire qu’on le suppose, il n’en préparera jamais qu’un nombre fini ; s’il applique ses facultés à l’arithmétique, il ne pourra en apercevoir les vérités générales d’une seule intuition directe ; pour parvenir au plus petit théorème, il ne pourra s’affranchir de l’aide du raisonnement par récurrence parce que c’est un instrument qui permet de passer du fini à l’infini.» (chapitre 1 - V)

(...) « ce que (la science) peut atteindre, ce ne sont pas les choses elles-mêmes, comme le pensent les dogmatistes naïfs, ce sont seulement les rapports entre les choses.»
(introduction) - (...) « Les mathématiciens n’étudient pas des objets, mais des relations entre les objets ; il leur est donc indifférent de remplacer ces objets par d’autres, pourvu que les relations ne changent pas. La matière ne leur importe pas, la forme seule les intéresse.» (La science et l'hypothèse - Chap. 2)

(...) « Les théories nous semblent fragiles, et l’histoire de la science nous prouve qu’elles sont éphémères.» (introduction)

(...) « on peut remonter aux axiomes qui sont à la source de tous les raisonnements. Si on juge qu’on ne peut les réduire au principe de contradiction, si on ne veut pas non plus y voir des faits expérimentaux qui ne pourraient participer à la nécessité mathématique, on a encore la ressource de les classer parmi les jugements synthétiques a priori. (...) Le raisonnement syllogistique reste incapable de rien ajouter aux données qu’on lui fournit ; ces données se réduisent à quelques axiomes et on ne devrait pas retrouver autre chose dans les conclusions.» (Chap. 1-1)

« Aucun théorème ne devrait être nouveau si dans sa démonstration n’intervenait un axiome nouveau.» (La science et l'hypothèse - Chap. 1)

(...) « D’où viennent les premiers principes de la géométrie ? Nous sont-ils imposés par la logique ? Lobatchevsky a montré que non en créant les géométries non euclidiennes. L’espace nous est-il révélé par nos sens ? Non encore, car celui que nos sens pourraient nous montrer diffère absolument de celui du géomètre. La géométrie dérive-t-elle de l’expérience ? Une discussion approfondie nous montrera que non. Nous conclurons donc que ses principes ne sont que des conventions ; mais ces conventions ne sont pas arbitraires, et [si ces principes étaient] transportés dans un autre monde (que j’appelle le monde non euclidien et que je cherche à imaginer), nous aurions été amenés à en adopter d’autres. (...) ce cadre où nous voulons tout faire rentrer, c’est donc nous qui l’avons fait.» (Henri Poincaré, La science et l'hypothèse - introduction).

« Tous ces modes de raisonnement, qu’ils soient ou non réductibles au syllogisme proprement dit,
conservent le caractère analytique et sont par cela même impuissants.» (Chap. 1-1)

(...) « Pour qu’une construction puisse être utile, pour qu’elle ne soit pas une vaine fatigue pour l’esprit, pour qu’elle puisse servir de marchepied à qui veut s’élever plus haut, il faut d’abord qu’elle possède une sorte d’unité, qui permette d’y voir autre chose que la juxtaposition de ses éléments. Ou plus exactement, il faut qu’on trouve quelque avantage à considérer la construction plutôt que ses éléments eux-mêmes.»  [Soulignements ajoutés.]

(...) « le principe de contradiction suffirait, il nous permettrait toujours de développer autant de syllogismes que nous voudrions, c’est seulement quand il s’agit d’en enfermer une infinité dans une seule formule, c’est seulement devant l’infini que ce principe échoue, c’est également là que l’expérience devient impuissante. Cette règle, inaccessible à la démonstration analytique et à l’expérience, est le véritable type du jugement synthétique a priori.»     ( notes)

(...) « Un joueur d’échecs, par exemple, ne crée pas une science en gagnant une partie. Il n’y a de science que du général.
On peut même dire que les sciences exactes ont précisément pour objet de nous dispenser de ces vérifications directes.» (Chap. 1-2)

(...) « Pourquoi donc ce jugement s’impose-t-il à nous avec une irrésistible évidence ? C’est qu’il n’est que l’affirmation de la puissance de l’esprit qui se sait capable de concevoir la répétition indéfinie d’un même acte dès que cet acte est une fois possible. L’esprit a de cette puissance une intuition directe et l’expérience ne peut être pour lui qu’une occasion de s’en servir et par là d’en prendre conscience.» (...) [Soulignements ajoutés.]

LE CONTINU  
« Si l’on veut savoir ce que les mathématiciens entendent par un continu, ce n’est pas à la géométrie qu’il faut le demander. (...) Avant d’aller plus loin, faisons une première remarque. Le continu ainsi conçu n’est plus qu’une collection d’individus rangés dans un certain ordre, en nombre infini, il est vrai, mais extérieurs les uns aux autres. Ce n’est pas là la conception ordinaire, où l’on suppose entre les éléments du continu une sorte de lieu intime qui en fait un tout, où le point ne préexiste pas à la ligne, mais la ligne au point. De la célèbre formule, le continu est l’unité dans la multiplicité, la multiplicité seule subsiste, l’unité a disparu.     ( notes)
Les analystes n’en ont pas moins raison de définir leur continu comme ils le font, puisque c’est toujours sur celui-là qu’ils raisonnent depuis qu’ils se piquent de rigueur. Mais c’est assez pour nous avertir que le véritable continu mathématique est tout autre chose que celui des physiciens et celui des métaphysiciens.» (Chap. II - LA GRANDEUR MATHÉMATIQUE ET L’EXPÉRIENCE)

LE CONTINU PHYSIQUE
« On en vient alors à se demander si la notion du continu mathématique n’est pas tout simplement tirée de l’expérience. Si cela était, les données brutes de l’expérience, qui sont nos sensations, seraient susceptibles de mesure. On pourrait être tenté de croire qu’il en est bien ainsi, puisque l’on s’est, dans ces derniers temps, efforcé de les mesurer et que l’on a même formulé une loi, connue sous le nom de loi de Fechner, et d’après laquelle la sensation serait proportionnelle au logarithme de l’excitation.
Mais si l’on examine de près les expériences par lesquelles on a cherché à établir cette loi, on sera conduit à une conclusion toute contraire. On a observé, par exemple, qu’un poids A de 10 grammes et un poids B de 11 grammes produisaient des sensations identiques, que le poids B ne pouvait non plus être discerné d’un poids C de 12 grammes, mais que l’on distinguait facilement le poids A du poids C. Les résultats bruts de l’expérience peuvent donc s’exprimer par les relations suivantes :
A = B, B = C, A < C,
qui peuvent être regardées comme la formule du continu physique. Il y a là, avec le principe de contradiction, un désaccord intolérable, et c’est la nécessité de le faire cesser qui nous a contraints à inventer le continu mathématique. On est donc forcé de conclure que cette notion a été créée de toutes pièces par l’esprit, mais que c’est l’expérience qui lui en a fourni l’occasion. Nous ne pouvons croire que deux quantités égales à une même troisième ne soient pas égales entre elles, et c’est ainsi que nous sommes amenés à supposer que A est différent de B et B de C, mais que l’imperfection de nos sens ne nous avait pas permis de les discerner.» (La science et l'hypothèse - Chap. 2)


(...) « démonstration par récurrence: On établit d’abord un théorème pour n = 1 ; on montre ensuite que s’il est vrai de n - 1, il est vrai de n
et on en conclut qu’il est vrai pour tous les nombres entiers.» (...) « la conclusion de chaque syllogisme sert de mineure au suivant.»
(...) « On voit donc que, dans les raisonnements par récurrence, on se borne à énoncer la mineure du premier syllogisme, et la formule générale qui contient comme cas particuliers toutes les majeures. Cette suite de syllogismes qui ne finirait jamais se trouve ainsi réduite à une phrase de quelques lignes.» (chapitre 1 - V)
... « Le caractère essentiel du raisonnement par récurrence c’est qu’il contient, condensés pour ainsi dire en une formule unique, une infinité de syllogismes.» (1 - V)

(...) « L’induction, appliquée aux sciences physiques, est toujours incertaine,
parce qu’elle repose sur la croyance à un ordre général de l’Univers, ordre qui est en dehors de nous.
L’induction mathématique, c’est-à-dire la démonstration par récurrence, s’impose au contraire nécessairement,
parce qu’elle n’est que l’affirmation d’une propriété de l’esprit lui-même(voir l'encadré plus bas) [Soulignements ajoutés.]

(...) « Les théories mathématiques n’ont pas pour objet de nous révéler la véritable nature des choses.» (chap. 12)        (retour: situation précédente)

  Rectifions le texte de Poincaré:
                                        « L’induction,  appliquée aux sciences physiques,  est toujours incertaine, 
   tant qu’elle repose sur la croyance à un ordre général de l’Univers qui serait exclusivement en dehors de nous.
 
  L’induction mathématique, c’est-à-dire la démonstration par récurrence, s’impose au contraire nécessairement,
  parce qu’elle n’est que l’affirmation d’une propriété de l’esprit lui-même. »
 
(d'après Henri Poincaré, La science et l'hypothèse)
          Remarque : nous sommes inclus dans l'univers.
  Notes:

Sir Edmund Taylor Whittaker (anglais), historien des sciences, a publié notamment "Theory of Relativity of Poincaré and Lorentz", et "A History of the Theories of Aether and Electricity" (1954). Dans un chapitre intitulé « la relativité de Poincaré » (1953), il explique que ce savant fut le premier à formuler (en 1900) le principe de la relativité ainsi que la formule E=mc² (nettement avant Einstein) Rappellons qu'Einstein n’a pas reçu le prix Nobel de physique pour la théorie de la relativité, mais pour avoir décrit l’effet photoélectrique en une demi-page. Dean Mamas, docteur en physique nucléaire (américain) s’étonne de cette distinction pour avoir rédigé un texte aussi peu important (1/2 page) sur des faits déjà connus (Maxwell, Hertz en 1887, Lorentz, Tesla qui sera pillé par la le FBI et la CIA, etc...).
La presse s'en était beaucoup émue en 1921, mais presque tout le monde a oublié le contexte de cette époque, et par la suite, des sionistes se sont efforcés de falsifier ou faire disparaître certaines archives probantes.
Plusieurs articles du British Journal publiés en 1965 et 1966 exposent en détail que c’est bien Poincaré qui a découvert la théorie de la relativité, laquelle sera contrefaite par Einstein cinq années plus tard sans révéler ses sources, mais en reprenant le terme de "relativité" provenant de la publication initiale de Poincaré.
 
 « Le mot relativité (...) a été introduit par Poincaré. »
                                                          (Cédric VILLANI, mathématicien)   Ecoutez-le 12 sec
 >
• 1- Dans une conférence scientifique visible sur Youtube, Etienne KLEIN confirme à ce sujet qu'« Einstein n'est pas le premier à avoir dit E=mc2 »
• 2- et qu'Einstein n'avait jamais énoncé cette formule avant 1912, année de la mort de Poincaré. Clic sur les flèches rouges pour l'entendre dire ça.   >
   « Quand Einstein écrit la théorie de la relativité, il n'invente aucune équation.»
    « Schrödinger raconte qu'en 1904 son professeur à Vienne avait écrit l'équation au tableau.»
 (Etienne Klein)  16 sec >
> Pour suivre la totalité de la conférence : >>> https://www.youtube.com/watch?v=Nb2S7oge8TQ  
 >>> Allez à la minute 46 de la vidéo
Mais depuis, le sympathique Etienne Klein a été fortement manipulé comme beaucoup d'autres, et c'est facile à vérifier (voir plus bas la prétendue annulation de la gravité) en écoutant ses bourdes exprimées pour défendre Einstein sur la chaîne LCP, en compagnie d'Elkabach, puisqu'il tend à retourner sa veste pour faire bonne figure...
De nos jours, n'importe qui peut se faire appeler "ingénieur du son", alors qu'il y a 50 ans en France, il fallait un véritable diplôme d'ingénieur pour mériter ce titre,
tandis qu'on n'était vraiment pas regardant à ce sujet dans de nombreux autres pays.
 Un peu d'histoire :
Le livre « Einstein myth » (le mythe d’Einstein) cite un journal d’optique américain publié en 1952, relatant que, lorsqu’ Albert Einstein a dérivé pour la première fois la formule E=mc², sa dérivation était fausse mais il est quand même parvenu au bon résultat. Il savait donc à quoi il devait aboutir malgré ses erreurs. C’est ainsi que l’on reconnait un copieur à l’école : le résultat est juste mais la démonstration est fausse. Cela ne veut pas dire qu'il était complètement ignare, cependant :
  « Einstein faisait plein d'erreurs de calcul qui étaient corrigées par ses collègues. »
(Yves GINGRAS, La conversation scientifique - d'Etienne KLEIN - France Culture, 14 H 47 le 3 septembre 2016)      Ecouter 11 sec
 >
Il eut constamment besoin d'assistants pour faire ce dont il n'était pas capable : il n'était pas doué en math et ne calculait pas lui-même (cf RMC découverte). On a pu voir sur cette chaîne TV des scientifiques qui l'ont côtoyé aux USA et qui ont témoigné du fait qu'il n'était pas doué en math, et qu'au lieu de se joindre aux autres aux moments des repas, il allait manger seul dans son coin pour ne plus être confronté aux questions gênantes qu'on lui posait. (Cette chaîne a depuis été rachetée par le juif DRAHI...)
Nombreux sont ceux qui, manipulés de nos jours, retournent leur veste en tentant de rabaisser Poincaré et de mentir au sujet d'Einstein pour le valoriser. Or sur ce film américain (un ancien documentaire) qui avait été diffusé par la chaîne n°24, les témoins (filmés de leur vivant) avaient bien connu Einstein aux USA, et affirmaient qu'il n'avait pas de compétence dans le domaine mathématique. D'ailleurs en 1913 c'est Marcel Grossmann qui a fait les calculs concernant la relativité, pour aider Einstein. Par la suite, Mileva Maric (épouse d'Albert) accepta de corriger les erreurs de Grossmann... Mileva était bien connue pour être très douée en math.
Le premier article d’Einstein ne mentionnait aucune citation, aucune référence en bas de page, Frédéric TADDEÏ a brièvement fait mention de cette marque d'imposture dans l"émission "Hier, aujourd'hui, demain" du 21 septembre 2016 (sur France 2). Car les vrais scientifiques ne partent jamais de zéro, mais de travaux antérieurs, et ils procèdent à des expériences pour mettre au point des protocoles reproductibles. Einstein était loin, par exemple, d'avoir fourni un travail expérimental comme Marie Curie, et loin du niveau d'Ampère, qui avait rédigé à 13 ans un traité sur les sections coniques. Ampère devint répétiteur à l'école Polytechnique, inspecteur général de l'Université, membre de l'Institut, professeur au collège de France. On lui doit des ouvrages scientifiques, philosophiques, de mathématiques, et il a créé l'électrodynamique. A vrai dire, Albert Einstein n'était pas un scientifique : il n'avait pas eu le bac, il avait raté tous ses diplômes, (il était mauvais en langues et en math) et devait se contenter d'être un auditeur libre, (grâce au piston) sans pouvoir être admis dans l'effectif officiel des vrais étudiants inscrits à l’Eidgenössische Technische Hochschule de Zurich, car il avait échoué à l'examen d'entrée. Sa future femme Miléva Maric faisait ses calculs à sa place, elle continuera ensuite durant leur vie commune. Or depuis, les sionistes se sont efforcés de falsifier toutes les archives à chaque occasion... Ils omettent la lettre de recommandation que Galileo Ferraris (relation du père d'Albert) avait envoyée à Weber, prof à l’ETH, pour le pistonner. Précisons qu'en 1895, lors de sa première tentative d’entrer à cette Eidgenössische Technische Hochschule qui deviendra "polytechnique" par la suite, au 20ème siècle, cette école de Zürich n'appartenait pas au circuit officiel comme les universités : on pouvait y entrer sans le bac et elle ne délivrait pas de doctorat. Cette non appartenance au domaine académique explique qu'on pouvait y bénéficier d'un pistonnage : car Albert Einstein venait d'un milieu favorisé par de multiples relations. Sa famille habitait dans le palais du Prince Alberto Trivulzio à Milan, lequel avait abrité jusqu’en 1886 le célèbre salon politique, littéraire et artistique de la comtesse Clara Maffei. A l'âge de 16 ans, Albert Einstein vivait dans le luxueux appartement (11 pièces) de cette comtesse... En fait, son prof de math a indiqué qu'Einstein était souvent absent : il séchait les cours de math, car il était mal à l'aise dans ce domaine. Einstein lui-même a dit que son intelligence s'est révélée tardivement (cf Fr Culture Emission "entendez-vous l'éco?" le 13.09.17).
En août 2016, France Culture se permettait de mentir en disant qu'il était brillant! Certains ont le culot de parler des élèves du prétendu « professeur » Einstein, alors qu'il n'a fait que des remplacements temporaires, toujours grâce au piston : considéré comme un cancre, il n'aurait jamais pu être officiellement titularisé, puisqu'il n'avait aucun diplôme reconnu, même pas le permis de conduire... Tandis que ses anciens camarades (diplômés) devenaient tous assistants à l'université, lui ne pouvait pas y être admis car il n'avait même pas le bac. Grâce à son père auteur de 7 inventions, il a pu être embauché au bureau d'enregistrement des brevets : C'était un rond de cuir. Avant qu'Einstein ne les détruise, un physicien russe avait remarqué que trois manuscrits de 1905 (concernant les publications d'Albert Einstein) portaient le nom de Mileva Maric. D'ailleurs Albert écrivait dans ses lettres « notre travail », « notre théorie ». En effet, ses articles publiés dans la revue Annalen der Physik avaient d’abord été envoyés à Conrad Habicht. En français, quand on bâtit une théorie, on dit qu'on “présente une thèse” : mais il ne faut pas confondre cette expression avec le fait de « soutenir une thèse » à l'université. N'importe qui peut proposer un article à un magazine scientifique qui pourra décider de le publier si c'est intéressant.
Tandis que de son côté, Poincaré a été reçu premier à l'entrée en Polytechnique,  et premier à l'entrée de l'Ecole Normale Supérieure.
Einstein n'a jamais procédé à aucune expérience, mais comme il travaillait au bureau des brevets en Suisse, cela lui a permis de prendre connaissance des découvertes de Tesla (riches d'enseignements) ainsi que des travaux d'Henri Poincaré. Il a probablement lu ce dernier en 1904 quand Poincaré a présenté sa théorie à la foire internationale de Saint Louis aux Etats-Unis. A cette époque, il n'y avait ni internet, ni TV, ni radio. Et quand votre concierge colportait des nouvelles, ce n'était pas pour parler d'équations mathématiques ni de parutions scientifiques... Alors très peu de gens pouvaient être informés comme Albert Einstein de cette théorie de Poincaré publiée à St Louis,
ce qui a permis au plagiaire Albert de la recopier en toute discrétion :  
Donc quand Poincaré est mort en 1912, la population ne pouvait rien savoir de cette intrigue qui se tramait à son insu...
Ensuite Einstein a détruit tous ses manuscrits : on n'a donc aucune preuve de son travail. (cf "Un jour dans l"histoire", RTBF, émission de radio "la Première" à 13H55 le 8 mars 2017).
Son attitude ne plaide pas en sa faveur puisqu'on sait que son épouse Mileva calculait à sa place.

Bien que Poincaré soit celui qui, le premier, a introduit le mot "relativité" dans ses publications concernant sa formule E=Mc2
Etienne Klein prétend maintenant qu'il n'avait pas compris grand-chose à cette affaire, tandis que le plagiaire Einstein aurait tout élucidé! En vérité :
Einstein a été lancé dans les années 1920 d'abord à la radio par David Sarnoff, russe spécialiste du Talmud et de la Torah (NBC, ABC) et William Paley (CBS) - appartenant à la même communauté juive qu'Einstein - et ceux-ci l’ont rendu célèbre ensuite à la TV comme une vedette de cinéma - faisant le pitre en tirant la langue de manière infantile (cf Le British journal, 1965 et 1966) de façon à minimiser la gravité de son imposture face aux critiques sérieuses qui se manifestaient à l'époque.
Et il y avait de quoi : en fait, de gros efforts ont été entrepris depuis pour qu'on oublie les contestations des journaux de 1921, qui expliquaient en long et en large que c'était à Nikola Tesla qu'il aurait fallu attribuer le prix Nobel puisqu'.Einstein avait repris ses travaux bien plus en avance que les siens (plagiat). Ce Nobel ne concernait pas la relativité.
Les générations actuelles ignorent complètement pourquoi  ce charlatan des années 20 a été photographié en train de tirer la langue comme un malade,
et qu'il avait la réputation d'être un combinard.
Son nom fut associé par opportunisme à celui des auteurs effectifs de certaines inventions, mais lui-même n'était pas à l'origine des trouvailles concernées.
Tandis que le travail de Tesla était colossal : en 1920, lui avait déjà déposé plus de 300 brevets (domaines de l'électromagnétisme, de l'effet photoélectrique, etc...), Einstein zéro.



Einstein n'a jamais réalisé d'expérience, à la différence de ce que font les vrais scientifiques comme Marie Curie ou comme Tesla ci-dessus:
c'est grâce à Tesla que nous bénéficions du courant alternatif, sans lequel il y aurait d'énormes pertes dans les fils conducteurs, puisque le continu serait à bas voltage.

Deux mois avant sa mort, Einstein prétendit qu’il ne savait rien d'Henri Poincaré (quelle inculture!) dont il avait pourtant reproduit le propos et le vocabulaire notamment le terme de "relativité" issu des travaux que Poincaré avait publiés en 1900, et qu'il avait recopiés dans ses écrits en 1906. Non seulement il s'est rendu coupable de plagiat, mais c'était un menteur. De plus il a été photographié à proximité de Poincaré, lequel était placé à côté de Marie Curie.
Extrait de la religion juive : “Les juifs peuvent jurer faussement en utilisant des phrases à double sens, ou tout autre subterfuge”.  (Schabbouth Hag. 6d)
Il en résulte des escroqueries comme celle du juif Bernard Madoff. Cette communauté fait tout pour affaiblir les consciences, la logique et le sens moral des non-juifs.
D'autre part, à la suite des échecs expérimentaux de Michelson et Morley, Einstein décréta arbitrairement que l'éther n'existait pas, sans rien avoir prouvé : youpla boum! ça simplifie les choses... Ita diis placuit.  Le moins qu'on puisse dire, c'est que ça non plus, ça n'est pas une attitude scientifique!     Ecouter 5 sec ici >
(Ailleurs - lors d'une autre conférence - Etienne Klein ironise au sujet de cette affaire en remarquant que « c'est très pratique de ne rien prouver! »)
Einstein aurait mieux fait de soupçonner que leur expérience était entachée d'un présupposé qui était faux, donc que leur insuccès était prévisible.
Il ne pourrait pas y avoir de vibration là où n'y a rien qui vibre.  
Il ne pourrait pas y avoir de vibrations dans l'espace interplanétaire s'il n'y avait rien qui puisse vibrer : il n'y aurait ni ondes radio, ni lumière!

Il existe donc une "substance" vibrante, comme l'affirment les textes anciens depuis des millénaires, et on appelle ça "éther". 
C'est ce qui permet à l'esprit (vibrant) de se propager : les jumeaux en font souvent la démonstration.
Puisque les ondes radio peuvent traverser un mur matériel, l'éther le peut aussi, et réciproquement, la matière peut traverser l'éther, lequel apparaît donc immatériel
dans le sens où nous ne percevons pas directement son existence avec notre sensibilité ordinaire, celle de notre corps physique.
De plus, dans leur expérience, la source lumineuse se déplaçait avec tout le dispositif à la même vitesse que la Terre, ainsi que l'observateur.
Il n'y avait donc pas lieu ici de vouloir ajouter ou retrancher cette vitesse (mécanique) à la célérité de la lumière (vibratoire).
Aujourd'hui les gens simplets réitèrent catégoriquement cette affirmation d'Einstein qui se voudrait péremptoire
sans expliquer comment des phénomènes vibratoires pourraient miraculeusement se propager sans milieu vibrant... Absurdité manifeste!
Ceux qui disposent de facultés spirituelles conséquentes affirment depuis des millénaires que cette "substance essentielle", l'éther, est l'agent précurseur de la matière.
« Que la lumière soit »
La lumière est un phénomène vibratoire; de très nombreuses vibrations du même type sont invisibles pour les humains : exemple, les infrarouges.
En fait cette révélation antique (« Que la lumière soit ») signifie que depuis l'origine, tout est vibratoire dans la création, par essence.
(N'omettez pas de citer vos sources svp!)  
A la mort de Nikola TESLA, des hommes s'étant présentés comme appartenant au FBI ou à la CIA se sont emparés de tous ses documents de travail. Mais qui étaient-ils vraiment? Ils ont emporté ainsi des preuves de l'imposture d'Einstein : son frère a relaté les faits, ainsi que le gardien de l'hôtel où habitait N.Tesla. Mais il nous reste néanmoins les traces des brevets de ce yougoslave prodigieux : environ 700 à sa mort en 1943! (Einstein : zéro à titre personnel.) Un brevet réalisé par Mileva et Habicht en 1908 porte le nom d'Albert : pour des raisons commerciales, on lui a proposé d'ajouter son nom sur des brevets qui n'étaient pas de lui, ce qui l'arrangeait parce qu'il était opportuniste.) Tesla a notamment inventé le couplage de deux circuits oscillants (technique fondamentale en radioélectricité). Son esprit puissant lui permettait de ne dormir que 2 heures par nuit (tandis qu'Einstein dormait beaucoup).
3, 6, 9 sont des nombres importants, selon Tesla. Il était obsédé par la propreté et le chiffre 3. Un film documentaire avait expliqué tout ça sur la chaîne TV "RMC découverte" que le sioniste Drahi s'est empressé de racheter : vous ne reverrez pas de si tôt certaines vérités sur les exactions des sionistes et leur magie noire!
Que sont devenus les documents volés à Tesla, et les plans de son "rayon de la mort"?   Réponse :
Au début des années 2010, Israël annonçait la mise au point d'une sorte de rayon de la mort, une arme correspondant en tous points à celle que Tesla avait imaginée.

Le bourrage de crâne continue.
Quand on considère les affaires de dopage auquel ont recours certains pays pour fanfaronner aux jeux olympiques, on n'a pas lieu de s'étonner des tricheries mises en œuvre par les juifs pour tenter de se mettre en valeur avec des mensonges. Le 5 août 2016 à 22 H 06, la chaîne de Drahi remet ça en prétendant qu'Einstein serait « le père de la relativité », ce qui n'est que de l'esbroufe sioniste pour achever d'intoxiquer les jeunes esprits, leurs parents ignorant que le vrai père est Poincaré.
« Leurs intellectuels s'enorgueillissent de leurs connaissances que la logique n'a pas vérifiées, et ils mettent en pratique les notions puisées dans la science livresque, telles qu'elles sont écrites par nos agents, dont le but est de tourner les esprits dans la direction qui nous est nécessaire.» (Sages de Sion IX - Congrès sioniste, 1903.) >>>
Au 21ème siècle, on continue à nous bassiner avec certains délires d'Einstein : tantôt on nous dit que le temps n'existe pas, ensuite on nous prétend qu'il se modifie : sous prétexte qu'une horloge se dérègle quand on la déplace à grande vitesse, on vous raconte que “le temps a été modifié”, à l'instar d'Einstein, au lieu de reconnaître que ce sont les conditions d'utilisation du dispositif qui ont changé, et non pas le temps! Car on continue de vous le présenter comme une star, pour vous persuader que les juifs sont des êtres supérieurs...
On vous dit que c'est grâce à lui qu'on sait corriger les données temporelles des satellites, c'est FAUX : c'est grâce à Poincaré.
Les collabos des sionistes ne ratent pas une occasion de glorifier l'imposteur Einstein en diffusant leurs mensonges sur France Culture :
« C’est parce qu’Isaac Newton a formulé sa théorie de la gravitation qu’Einstein a pu la réfuter pour proposer sa théorie de la relativité. »
(Nicolas Martin, 7.09.17)   8 sec >
Dans “Entendez-vous l'éco” (Fr Culture, le 28/09/2017, entre 14 H et 15 H) on raconte qu'Einstein fréquentait le “Polytechnikum” (or cette dénomination n'existait évidemment pas à l'époque).
Le 5-10-17 (“la méthode scientifique” 16H) on nous ressert l'inévitable « relativité d'Einstein » sans dire la vérité. De nombreux scientifiques sont cités, mais pas Poincaré ni Tesla.
Les sionistes vous font croire qu'à force de redoubler, Einstein avait finalement obtenu un diplôme, mais qu'on ne voulait pas l'embaucher parce qu'il avait été turbulent à l'école... Or les employeurs se contentent de connaître le niveau d'études, mais ils ne s'occupent pas de savoir si vous étiez indiscipliné durant votre scolarité!
Autre embrouille au sujet d'un prétendu "zéro G" pendant la chute des intéressés au cours d'un vol parabolique vendu très cher aux gogos. Alors réfléchissez :
pourquoi sont-ils tous en train de tomber en même temps que l'avion qui descend, s'il n'y a plus de gravité? (gravité = attraction terrestre).  A cause de la pesanteur!!!
La gravité se définit par rapport au plancher des vaches, et non pas à partir de celui d'un avion! 
  Etienne KLEIN commente Einstein : « La gravité qui nous fait tomber est annulée par la chute »          Ecouter Etienne KLEIN 4 sec >
  Si la gravité s'anéantissait pendant la chute, il n'y aurait pas cette accélération qu'on observe durant la descente!
Mais les gogos voudraient qu'on se soumette tous aux embrouillages d'Einstein, au lieu de reconnaître que s'il n'y avait plus de pesanteur, l'avion resterait en orbite....
« Les lois qui émanent des théories scientifiques ont, pour eux (les non-juifs), une importance considérable;
aussi avons-nous engendré la confiance aveugle à l'égard de la science. »
(Protocole des sages de Sion, IX - Congrès sioniste mondial, publié en 1903.)
>>>

C'est pourquoi on s'acharne sur les ondes de la radio d'Etat :  « Le cerveau fabrique l'esprit » (France Culture, le 19/01/17 à 16H55)
Les matérialistes comme BROCH (zététique) s'emploient à vous convaincre que l'esprit n'existe pas vraiment, donc qu'il ne peut pas se propager...

Or les influences à distance de Pierre JANET, de Rupert Sheldrake, et de Cleve Backster par exemple, prouvent le contraire.
(lire aussi Les jardins de Findhorn Peter et Eileen Caddy, Dorothy Maclean, éd. Le Souffle d'Or)
De la même façon qu'avec Einstein, la plupart des gens s'imaginent que le juif Karl Marx aurait inventé les expressions « valeur d'échange » et « valeur d'usage »,
alors qu'il a tout emprunté à Aristote.

Enfin rappelons qu'un milieu vibratoire est une condition nécessaire et suffisante pour qu'une vibration puisse se propager!
Il est donc absurde de prétendre que ce milieu (l'éther) n'existe pas dans l'espace interplanétaire
tout comme il serait absurde de prétendre que les ondes radio et les champs magnétiques n'existent pas sous prétexte qu'on ne les perçoit pas directement.
Leur propagation ainsi que celle de la lumière prouvent l'existence d'une substance invisible qu'on appelle l'éther, par définition,
et dont l'étude est plus intéressante que le macramé, or le nier revient à fermer les yeux pour prétendre que la lumière n'existe pas.

De nos jours la grande majorité des observations scientifiques mettent en œuvre des moyens indirects, comme les expériences de Cleve Backster
qui permettent de comprendre pourquoi la magie noire fonctionne (voir un peu plus bas ).


                             retour


  Jugement synthétique: Qui introduit dans un prédicat une notion qui n'est pas comprise dans le sujet et qui ne peut se vérifier que par les faits.
"Kant appelle synthétiques les jugements qui affirment d'un sujet un attribut qui n'y est pas contenu logiquement" (COUSIN, Philos. Kant, 1857, p. 46). "La notion kantienne du synthétique a priori, quelque ambiguë qu'elle reste par certains côtés, a ce mérite immense de souligner le fait que la rationalité peut subsister entièrement là où un élément radicalement étranger à tout mécanisme intervient (et même joue un rôle capital)" (G. MARCEL, Journal, 1914, p. 74). D'où l'importance de l'intuition.  (retour situation précédente)

NOMINALISME n. m. XVIIIe siècle. Dérivé de nominal.
Doctrine philosophique selon laquelle les idées n'ont d'existence que dans les mots servant à les exprimer (voir terminisme).
Le réalisme (qui soutient que les idées générales, ou universaux, constituent l'essence réelle des choses)
et le conceptualisme (selon lequel elles n'ont de réalité que dans l'entendement) s'opposent tous deux au nominalisme.
« On peut rechercher seulement ce qu'elles [les idées] sont en elles-mêmes, et telles que la conscience nous les manifeste. » (COUSIN, Hist. philos. XVIIIe s., 1829, p. 105).

Par analogie, s'est dit aussi de la conception selon laquelle le but de la science ne serait pas la connaissance objective du réel,
mais une interprétation des phénomènes visant une cohérence destinée à satisfaire avant tout l'esprit humain:
Cette doctrine soutient que les faits, les lois et les théories scientifiques ne sont autre chose que des constructions mentales
nécessairement conventionnelles, mais empiriquement fécondes.
Remarquons que les nominalistes radicaux ne voient pas que les faits scientifiques sont nécessairement réels!  Là où manque là rigueur, ce n'est plus de la science.

TERMINISME : (philo) Expression radicale du nominalisme, d'après laquelle les idées générales ne sont que des termes ou des mots (d'apr. Foulq.-St-Jean 1962).

« L'ontologie, en tant que science des substances et des causes, est impossible » (PROUDHON, De la création de l'ordre dans l'humanité, 1843, p.3 - 1868, p2).

ESSENTIALISME : Caractère des philosophies selon lesquelles l'essence précède l'existence, et auxquelles s'est opposé l'existentialisme.
« En nous créant, Dieu nous a imposé de nous conformer à notre nature, de vivre selon la raison, participation de la raison divine elle-même, et par suite de tendre à réaliser le type d'humanité idéale que nous avons conçu. De ce point de vue surtout le thomisme est une philosophie essentialiste » (P. Foulquié, L'Existentialisme, Paris, P.U.F., 1974 [1947], p. 22, 23).  NB : le thomisme concerne St Thomas d'Aquin.

Ceux qui développent leurs facultés spirituelles expliquent que tout commence dans l'esprit : avant de construire une maison, il faut en avoir l'idée.
D'autres refusent obstinément de le comprendre : le matérialisme pose que l'esprit n'existe pas, notre cerveau fonctionnerait comme un ordinateur...
et l'être humain ne serait rien d'autre qu'un mécanisme. (Ils s'acharnent à ignorer la télépathie et les prémonitions dont les machines sont incapables).
En fait, notre sens moral dépend de la juste perception de la logique de la vie, laquelle exige de l'intuition.
Non seulement nos consciences communiquent ensemble avec le “Je suis universel”, mais Cleve Backster a montré à quel point
même les végétaux sont sensibles à nos sentiments :
(Lire La vie secrète des plantes, de Peter Tompkins et Christopher Bird, éd. Robert Laffont - ainsi que "L'intelligence émotionnelle des plantes" éd Trédaniel)
Durant quarante ans, Cleve Backster a réalisé des milliers d'expériences qui prouvent que chaque élément vivant communique à distance avec les autres, que ce soit chaque cellule d'un morceau de viande fraîche, un échantillon de votre sang, des végétaux, des bactéries de yaourt ou celles qui se trouvent dans de l'urine, etc...

Un antivol a été réalisé avec une plante qui reconnaît l'approche de gens inconnus en les différenciant des habitués. Ses réactions déclenchent alors un relais pour alerter le propriétaire.
Selon Jérémy Narby : à l'origine de l'étymologie du mot "neurone" (du grec neuron) ce nom désignait les fibres végétales.
(RTL le 18-08-16 vers 14H40)

Des pensées tristes ou haineuses peuvent détruire des plantes, l'amour les aide à se développer, de nombreuses expériences l'ont montré, de même que la télépathie avec les animaux a été prouvée par Rupert Sheldrake (lire : Ces chiens qui attendent leur maître) images vidéos à l'appui ainsi que que l'influence de notre esprit sur la cristallisation de l'eau. Quand leurs maîtres rassemblent les affaires qu'ils s'apprêtent à emporter en vacances, le chien vient y ajouter les siennes parce qu'il comprend ce qui se passe étant donné qu'il lit dans les pensées des humains qui l'aiment et qu'il aime (anecdote vécue par votre serviteur).
C. Fourest et Ch. Bourseiller veulent ignorer que le juif Wolf Messing a prouvé de façon fulgurante l'efficience de l'hypnose et de la manipulation mentale à distance.
Il avait traversé de nombreux barrages militaires, en hypnotisant les gardiens qui empêchaient l'accès aux appartements de Staline.
      Et il avait obtenu le retrait d'une grosse somme d'argent dans une banque en présentant au guichet un papier blanc! >>>

Il a eu recours à l'influence par télépathie pour galvaniser les troupes de Staline, tout comme le juif Erik Jan Hanussen le fera pour Hitler. Le scientifique Pierre JANET (1859-1947) a réalisé de nombreuses expériences d'hypnose à distance avec succès (sans téléphone). Or les groupes produisent des résultats beaucoup plus puissants.
Malgré tous ces faits probants, certains s'obstinent à refuser de prendre conscience des réalités spirituelles, tellement ils ont subi de bourrage de crâne mensonger!
Le refus des faits spirituels revient à prétendre qu'on agit d'abord, et que viendra ensuite l'idée de le faire  (comme dans le cas des réflexes, ces automatismes instinctifs qui peuvent devancer nos prises de conscience; par exemple, on peut respirer sans y penser).
Or il existe au moins deux cas récents d'êtres humains sans cerveau, dont l'intelligence était pourtant remarquable (cf "les aventuriers de l'impossible" - RTL, 21 août 2015).
• La cohérence divine est nécessairement harmonieuse, elle établit des relations logiques, dans un rapport de convenance entre les parties et le tout, lequel nous apporte satisfaction et agrément car sa concordance respecte à la fois l'absence de contradiction logique (abolition des heurts) et le concours agréable des sentiments dans l'enchaînement des parties en relation sincère avec le tout, donc l'intelligence intuitive de chaque composante, car il est très important de reconnaître les accords pour qu'on puisse parler de cohérence. C'est sa beauté qu'on peut observer dans le tableau magistral que nous présente la nature, lieu de créativité.
• Tandis que dans l'ordre hiérarchique, l'ordonnancement est généralement une succession arrangée de façon durable pour ne pas évoluer, 
une suite ordonnée et bornée de façon martiale, donc fractionnée et forcée, ignorant l'authenticité des sentiments.
Cette classification factice obéit à une règle ou à une convention sécurisante, l'obéissance au chef n'étant pas une affaire de cohérence harmonieuse :
son automatisme moutonnier ignore l'intelligence du cœur, et ne veut surtout pas se remettre en questions pour progresser.
Cette suite artificielle manifeste la finitude matérialiste, qui superpose des corps-objets séparés, et qui marche au pas de façon robotique, mécanique,
sans rechercher spécialement à créer une harmonie authentique dans son organisation emprunte de lourdeur, sa tactique faisant obstacle à la créativité.
Elle exploite les gros sabots rangés dans la tête de ceux qui ont un tiroir-caisse à la place du cœur, le mobile inconscient de ceux qui disent « moi j'aime l'ordre »
et dont les idées sont comme des caisses empilées dans un hangar militaire qu'il ne faut surtout pas déranger, parce que cette éventualité leur fait peur.
En fait, une cabale sioniste propage un état d'esprit dévastateur pour notre civilisation d'origine chrétienne. Tout a été fait pour que le monde devienne athée.

Extrait de textes juifs (Talmud) : « Ordre est donné de modifier et de ridiculiser les textes religieux des goyim (pluriel de goy = non juif) » (Iore Dea 147.5)
Ils veulent donner une connotation péjorative au mot "radical", cet adjectif qui qualifie une idée de progrès de la société en profondeur :
Ils disent que les terroristes sont radicaux, alors que ce sont des fanatiques avec une tête de linotte. Ils ne sont pas profonds, mais superficiels et faciles à manipuler :
En fait, au printemps 2015, 38% des français partis combattre en Syrie s'étaient convertis depuis peu,
sans avoir pris le temps de mûrir leur engagement.
Poussant les esprits à rester superficiels, les sionistes prétendent que « les races n'existent pas », en espérant qu'on oublie nos racines, pour nous affaiblir.
>>>

• Un goujat était un apprenti maçon, puis un valet d'armée.  (consultez un bon dictionnaire)
L'étymologie (goujat vient du mot hébreu "goja" ou "goya" = servante chrétienne) montre que les francs-maçons furent des valets à la botte des sionistes depuis la nuit des temps :
Ces disciples du lobby juif sont des serviteurs endoctrinés pour construire une armée de pantins au service de leur projet Eretz Israël (un "Grand Israël" qui dominerait le monde).
La collusion des maçons avec les ennemis de Jésus explique le sens trivial que la population a donné au mot goujat, pour vilipender ces prévaricateurs sournois  
>>>
qui ont fait interdire les crucifix dans les écoles en Italie. Ce dénigrement ne concerne évidemment pas ces nobles bâtisseurs de maisons que sont les vrais maçons.
Notons de façon similaire le sens remarquable que nous avons donné en France au mot "gentil" (étym. "non juif", chez les hébreux).


AVEU D'UN SIONISTE : ils veulent gouverner le monde.
« On peut imaginer, rêver d'un Jérusalem devenant capitale de la planète... c'est un joli lieu
pour un gouvernement mondial »
(Jacques ATTALI "conversation d'avenirs", Public Sénat le 16/02/2010)

    Dernière phrase prononcée par ce juif pour conclure, après 12'mn 20 d'émission : clic (flèche rouge) pour l'entendre 12 s
NB : C'est lui qui a « découvert » Macron.

 

“ ORDO AB CHAO ” dit le franc-maçon de base, qui se laisse embobiner par ce slogan simpliste, un mot d'ordre consécutif aux agissements des ennemis de Jésus
(c-à-d les sionistes) qui prétendent qu'il faut tout dérégler car ensuite « l'ordre naîtra du chaos », dans le contexte fallacieux d'une cabale qui prétend
« détruire pour pouvoir ensuite construire ».
Ils fomentent des guerres, ça fera du travail pour reconstruire, et les idiots utiles s'empresseront de se faire exploiter davantage par les banquiers juifs
auxquels ils feront des emprunts : on versera donc des dividendes substantiels à ceux qui ont édicté cette tactique belliqueuse pour répandre un "chaos prometteur".

« Nous comptons attirer imperceptiblement toutes les nations à la construction d'une nouvelle œuvre dont nous projetons le plan
et qui comporte la décomposition de l'ordre existant que nous remplacerons par notre règne et ses lois. »
(sic)
 (Protocole des Sages de Sion, II, P.V. du Congrès mondial publié en 1903)

Extrait de textes juifs : « Quand un juif verse le sang d'incroyants (des non-juifs) c'est la même chose qu'une offrande à dieu » (Talmud, bammidber Raba c 21 & Jalkut 772).
En fait certains magistrats francs-maçons bloquent des procédures judiciaires quand l'un des leurs est mis en cause dans une affaire où les décès se multiplient...
Et tandis que les ennemis de Jésus fomentent leurs coups tordus, (par exemple l'instauration du TAFTA, avec ses arbitrages privés qui écraseront le pouvoir des Etats)
Manuel Valls (devenu juif) prétend qu'« il y a une demande d'autorité » (M. Valls sur FR2, nuit du 16 au 17 janv 2016 à 1H04, bien avant les "Nuit debout") car il est lui-même manipulé
(comme Macron) par la ploutocratie sioniste dont le projet est d'instaurer une idéologie totalitaire focalisée sur l'argent (au bonheur des prédateurs.)  Congrès sioniste mondial >
>>>
Ils veulent établir "Eretz Israel" et faire de vous des esclaves condamnés à remplir les poches des Rothschild.

Abracadabrant, le 7 août 2014, Netanyahou nous avait balancé, en substance, une menace sentencieuse :
« Si vous reconnaissez la Palestine, il y aura des attentats en France. »
Or notre pays l'a reconnue en décembre 2014, et les attentats contre Charlie hebdo ont eu lieu le 7 janvier 2015,
(Noël orthodoxe) et d'autres ont suivi le 13 novembre 2015, puis en 2016...
Il ne pouvait pas mieux faire pour clamer l'aveu que les sionistes organisent des attentats dans notre pays
>>>

car on ne voit pas en quoi l'arabisme et l'islam auraient pu être mécontents de cette reconnaissance!
Les terroristes ont donc été manipulés par les services secrets israéliens
lesquels nous font du chantage via Netanyahou qui nous demande d'être "solidaires" des prédateurs.

NB : les sionistes disent qu'il faut d'abord détruire afin de pouvoir ensuite construire : >>>
« Nous comptons attirer imperceptiblement toutes les nations à la construction d'une nouvelle œuvre dont nous projetons le plan et qui comporte la décomposition de l'ordre existant que nous remplacerons par notre règne et ses lois. » (sic)
(Protocole des Sages de Sion, II, P.V. du Congrès mondial publié en 1903)

Après l'Irak (armes de destruction massive...) puis la Libye (BHL) voici la Syrie,
or maintenant que ce pays est détruit... (émission TV : Un œil sur la planète) le 18/02/16 à 23H57 :
Fr 2 a diffusé un reportage montrant Netanyahou "tentant de négocier le partage de la Syrie" avec le président Obama (USA).

Ils manipulent les terroristes en puissance pour affaiblir les chrétiens et les musulmans,
et jusqu'aux "Femen" qui profanent nos lieux saints mais ne s'attaquent jamais aux synagogues...
Les fanatiques juifs sont capables d'être très durs avec les leurs quand il s'agit de perpétuer leur délire (cf : attaque du magasin casher pour nous berner en 2015).
Le juif Yitzhak RABIN fut assassiné en 1995 par le juif Yigal AMIR au nom des sionistes extrémistes (notamment des rabbins)
et au nom des immenses manifestations clamant dans les rues d'Israël leur hostilité à la paix engagée par les accords d'Oslo. (cf Charles Enderlin franco-israélien de FR2)
Les juifs favorables à la paix sont très minoritaires, près de 82% disent « prenons les armes » (statistiques israéliennes officielles) - pour conquérir les pays voisins -
car ils espèrent instaurer « le Grand Israël » et dominer le monde entier dans les années à venir, en raison de leur fanatisme belliqueux.
(cf Ch. Enderlin, AU NOM DU TEMPLE)

Votre serviteur a connu un jeune français juif très sympathique qui a été assassiné par un membre de sa propre famille
parce qu'il avait décidé de se marier avec une chrétienne.
Extrait des textes israélites : « Les juifs baptisés doivent être mis à mort (Hilkhoth X, 2)       

Selon Amnesty International, courant 2014, des soldats israéliens ont tué en toute impunité 135 civils palestiniens,
mais en fait on déplore la mort inexpliquée de 2 000 civils en 2014 à Gaza, ce qui a donné lieu à une pétition très importante en Angleterre.
En novembre 2015, la justice espagnole met en accusation Benyamin Netanyahou ainsi que six de ses ministres pour des crimes de guerre
commis lors de la saisie du Mavi Marmara en 2010. Un mandat d'arrêt est lancé à son nom.

Après avoir envahi la Palestine, les ennemis de Jésus veulent dominer l'Europe, puis conquérir le monde entier. (projet Eretz Israel)

Pour de nombreux juifs, cette évolution s’inscrit dans l’ordre des choses.

PROUDHON écrit (De la création de l'ordre dans l'humanité, p.1) :
« J'appelle Ordre toute disposition sériée ou symétrique. L'ordre superpose nécessairement division, distinction, différence.
Toute chose indivise, indistincte, non différenciée, ne peut être conçue comme ordonnée : ces notions s'excluent réciproquement.»
(cf la métaphysique d'Auguste Comte).

Cependant, Proudhon se faisait des illusions au sujet des sciences:
« Le caractère propre de la science est, au rebours de la religion et de la philosophie, d'être spéciale, et, selon cette spécialité, d'avoir une méthode d'invention et de démonstration qui exclut le doute et ne laisse rien à l'hypothèse (PROUDHON, De la création de l'ordre dans l'humanité, p. 6).  
En réalité les vrais scientifiques se remettent en questions périodiquement dans la perspective de progresser.

Devinez comment les sionistes ont fait pour qu'on les laisse s'incruster à Bruxelles et procéder à cette magistrale imposture
d'un prétenduI« Parlement juif européen »...

                                        retour plus haut

Avec 120 participants venant (pour commencer) d'une cinquantaine de pays qui n'ont souvent rien à voir avec l'Europe des 28,
c'est une véritable provocation barbare : (étym. : étranger)
tandis qu'Israël n'a même pas de Constitution, ils espèrent qu'un jour le véritable parlement européen sera remplacé par leur mafia mondiale,
Iconformément au texte de leur congrès publié en 1903.I
Depuis longtemps les hébreux faisaient déjà de la magie noire pour manipuler autrui:
      « Qu'on ne trouve chez toi (...) personne qui exerce le métier de magicien (...)
       Car quiconque fait ces choses est en abomination avec l'éternel;»
(Moïse, la Bible, Deutéronome, 18-10)
« Ce furent ordinairement des juifs qui étaient employés pour les opérations magiques (...)    
des secrets de la Cabbale dont les juifs se targuent d’être les seuls dépositaires. »
(Voltaire, La Henriade)

Les extrémistes juifs (sionistes) associent l'hypnose et la magie noire (kabbalistique) pour manipuler tout le monde 
et pour provoquer de la haine entre chrétiens et musulmans, espérant pouvoir ensuite en tirer profit.
« Les Goïm qui chercheraient à découvrir les secrets de la Loi d'Israël commettraient un crime qui réclame la peine de mort.» (Sanhedrin 59a)
Les gendarmes du GIGN ont adressé une lettre de trois pages au patron de la gendarmerie nationale Denis Favier, et protestent :  
« Alors que nous étions 40 opérationnels (...) prêts à mener un assaut, prêts à faire cesser la tuerie » (au Bataclan en novembre 2015),
le colonel Bonneau « attendait sagement d’être appelé » et « se cachait derrière une histoire de compétence territoriale ».

Les gendarmes du GIGN se disent « scandalisés et traumatisés par cet événement ». (AFP, juillet 2016)
Six militaires de la force Sentinelle française se trouvaient devant le Bataclan le soir des attentats de Paris, mais ils ne sont pas intervenus.
Selon C.H. Douglas (1879-1952), fondateur du Crédit Social,                  
« (...) l’occultisme joue un rôle considérable dans les affaires mondiales. (...) Il est l’adversaire principal de la civilisation chrétienne. (...)
l’intention des personnes qui en font usage est satanique.
La cabale juive est l’une de ses principales racines ».
  (Douglas, Le développement de la domination mondiale, Sydney, Marée Publications, 1969)
 
En Israël le recours à la sorcellerie n'est pas rare, comme ici pour obtenir la mort d'Yitzhak RABIN, parce qu'il avait engagé des pourparlers de paix.
   
Un groupe de kabbalistes a récité des incantations de magie noire pour provoquer la mort de RABIN,  lequel sera assassiné peu après (1995).
La même technique sera mise en œuvre à l'encontre de Yasser `Arafät, qui tombera « étrangement malade »
et qui mourra en 2004 dans un hôpital en France, sans qu'on puisse déterminer pourquoi, malgré toutes sortes d'expertises.
>>>

Les phénomènes de groupe (par exemple dans les stades) démontrent de façon magistrale l'importance des influences de l'esprit sur l'esprit 
quand des bagarres se généralisent. On fait la même observation dans les salles de classes, les cinémas et autres lieux de réunion où l'on communique des sentiments : un rire par exemple ne se serait pas déclenché en regardant le même spectacle avec un DVD à la maison.
Malgré les observations d'interactions à distance entre deux jumeaux par exemple, les expériences de sortie hors du corps, etc...
tout est fait pour obscurcir les consciences en faisant croire que l'esprit ne se propage pas, et que l'éther n'existe pas,

et ainsi de suite.

Les sionistes veulent vous dissuader de développer vos facultés spirituelles,
pour mieux vous dominer et instaurer leur "grand Israël" diabolique.

  En 2017, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, juive de père et de mère, veut nous imposer de nouveaux vaccins toxiques.
Les français subissent de plus en plus de violence sournoise. L'aluminium dans les vaccins est un poison qui atrophie l'intelligence.


Rappelons :
« l’unité dans la multiplicité » est une formule qui nous renvoie à Lao Tseu (Tao Te King), et aussi à Bahá'u'lláh, qui a repris ce concept beaucoup plus tard.
« (...) le fameux hymne de Platon à la géométrie, vénérant cette discipline entre toutes parce qu'elle lui représente le type de la spéculation qui ne rapporte rien.»
                                              (BENDA, Trahis. clercs, 1927, p. 187).
Au 21ème siècle, on admet qu'il faut se remettre en questions périodiquement : autrement dit, il faut savoir douter.
Or les sionistes ont tout fait pour embrumer les esprits et instaurer un athéisme imbu de ses croyances impies.
   (retour situation précédente)

HAUT
  R E P E R T O I R E
  ACCUEIL* |  LOGIQUE DE LA FOI* |  INTRODUCTION* |  CROYANCE* |  PRINCIPE* |  AMOUR ET CONSCIENCE* |  INCONSCIENT* |  FRUIT DEFENDU* |  FRUIT DEFENDU (2)*  ATTACHEMENT* |  LIBERTE* |  VRAIE VIE* |  IMMANENCE* |  TRANSCENDANCE* |  RIRE* |  IRONIE* |  VIOLENCE* |  RESPECT* |  ESPOIR* |  VOLONTE* |  CONCLUSION*
  ici vous êtes à la page : >>>     Henri POINCARE   astérisque = lien déjà visité   
  COHERENCE* |   FRACTALES* |   HUYGENS* |   SECTES* |   CLONAGE* |   PRIMITIFS* |   EGOISME* |   SOURIEZ* |   MASCARADE* |   MONDIALISATION* |   THEORIE du genre*   GENESE & VIE ETERNELLE* |   mariage & ADOPTION par des homos * |   TRAFIC D'INFLUENCE* |   LES BAHÁ'ÍS* |   ENSEIGNER* |   EXPERIENCES SPIRITUELLES* |   Qu'est-il permis d'espérer?*

Médecine spirituelle chinoise
Extraterrestres
Congrès sioniste mondial
Précisions sur les RACES

candidat mystère
Hara-kiri
Les joies de France Inter

La déchéance de nationalité existait déjà dans la loi française, mais la ploutocratie a décidé qu'on inscrive la haine dans notre Constitution.
On ne construit rien avec de la haine. Le but est de détruire notre civilisation : c'est ce que montrent mille indices convergents.
>>>
On nous prépare un régime autoritaire porteur d'une idéologie totalitaire focalisée sur l'argent et la spéculation :
à l'école la littérature sera remplacée par la lecture des tickets de caisse.
Quand la police viendra défoncer votre porte à 3 heures du matin au lieu de sonner à l'entrée dans la journée, (c'est ce qu'elle fait déjà chez des innocents depuis quelques mois) parce que
vous n'êtes pas allé au rendez-vous obligé pour qu'on vous inocule la puce électronique obligatoire, vous comprendrez qu'il aurait mieux valu réagir avant qu'il ne soit trop tard!


  « Le problème de l'être chez Aristote, c'est (...) le problème de l'objet du discours philosophique, d'un discours un: non pas le problème ontologique comme problème philosophique (Heidegger) mais le problème de la possibilité de l'ontologie, exemple de la possibilité de la philosophie elle-même, de sa nature et de son fonctionnement » (L. Jerphagnon, Dict. des gdes philos., 1973, p.39, s.v. aristotélisme).

Ontologisme : Doctrine qui fonde les jugements ontologiques sur l'intuition de l'Être absolu [Dieu], même si elle n'en épuise pas l'essence.
(L. Jerphagnon, Dict. des gds philos., 1973).


PHILOSOPHIE n. f. XIIe siècle.
Emprunté, par l'intermédiaire du latin, du grec philosophia, de même sens, lui-même composé à partir de phileîn, « aimer », et sophia, « habileté, sagesse ».

1. Anciennement: Ensemble des sciences et des disciplines ayant pour objet la connaissance rationnelle de la nature.
Descartes compare la philosophie à un arbre dont les racines sont la métaphysique, le tronc la physique et les branches toutes les autres sciences.
Philosophie naturelle, ensemble des disciplines ayant pour objet l'étude du monde matériel.
Dans la tradition aristotélicienne : Philosophie première, qui s'intéresse aux causes premières, aux premiers principes, par opposition à philosophie seconde, qui traite de la nature. Vieilli. Philosophie hermétique ou chimique, nom parfois donné à l'alchimie. Titre célèbre : Les Principes de la philosophie, de René Descartes (1647).
Spécialt. Système, théorie visant à donner une explication générale des phénomènes naturels. Philosophie corpusculaire, théorie de Démocrite, reprise par Épicure et Lucrèce, selon laquelle la nature est constituée de corpuscules en mouvement. Philosophie atomiste, mécanique. Par ext. Ensemble des méthodes, des principes fondamentaux permettant la pratique raisonnée d'une science ; par méton., ouvrage exposant ces principes. Philosophie de la chimie, de la physique. Philosophie minéralogique, astronomique. La « Philosophie botanique » de Charles de Linné (1751). La « Philosophie zoologique » de Jean-Baptiste Lamarck (1809). La « Philosophie anatomique » d'Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1818-1822).

2. Recherche de la vérité, des principes et des fins de toutes choses ; activité critique de l'esprit fondée sur l'exercice de la raison naturelle, qui s'attache à dégager les fondements de la connaissance, les conditions de l'action et le sens de l'existence humaine. La métaphysique, la morale, la logique sont des parties de la philosophie. Philosophie générale. Philosophie morale, politique. L'histoire de la philosophie. Un traité de philosophie.
Philosophie positive, qui se donne pour tâche de dégager les lois régissant les phénomènes naturels, en écartant toute recherche des causes premières ou des causes finales des choses. Le « Cours de philosophie positive » d'Auguste Comte.
Philosophie de la nature, chez les romantiques allemands tels que Goethe, Hegel, Schelling, études des différents degrés d'organisation par lesquels la nature, conçue comme un organisme vivant, s'élève de la matière à l'esprit.
À Athènes, le Lycée et l'Académie étaient de célèbres écoles de philosophie. Une chaire de philosophie. Un professeur, un cours de philosophie. Une dissertation de philosophie. Agrégation de philosophie.

Dans l'ENSEIGNEMENT: Ancien nom de la classe de terminale littéraire. Être en philosophie. Faire sa philosophie. Spécialt. Réflexion, examen critique prenant pour objet une science, un art, un domaine de connaissance particulier afin d'en examiner les méthodes et les principes fondamentaux. Philosophie des sciences (on dit aussi Épistémologie). Philosophie de l'art, du droit. Philosophie de l'histoire, qui, à partir de l'étude des faits historiques, cherche à définir les lois générales permettant d'apprécier le sens et la finalité de leur enchaînement. Philosophie de l'éducation. Par anal. Philosophie du progrès, de l'action. La « Philosophie de la misère », essai publié par Proudhon en 1846, auquel fit écho, l'année suivante, la Misère de la philosophie, de Karl Marx. Titres célèbres : Principes de la philosophie du droit, de Friedrich Hegel (1818) ; Les Principes de la philosophie de l'avenir, de Ludwig Feuerbach (1843) ; La Philosophie comme science rigoureuse, d'Edmund Husserl (1911). 3. Doctrine philosophique, système d'idées propre à un auteur, à une école de pensée. La philosophie de Platon, d'Aristote. La philosophie scolastique. La philosophie de Descartes, de Bergson. La philosophie kantienne, hégélienne. La philosophie marxiste.

Par ext. Ensemble des systèmes philosophiques propres à une époque, un pays. La philosophie antique, médiévale, classique, moderne, contemporaine. La philosophie allemande. Les philosophies orientales. La philosophie chinoise.

HISTOIRE: La philosophie des lumières, le mouvement européen qui, au XVIIIe siècle, réunit nombre d'écrivains et de penseurs prônant la critique des dogmes et des principes établis, le libre exercice de la raison affranchie de tout préjugé religieux, social ou moral, afin de favoriser le progrès et le bonheur des peuples. Locke, Montesquieu, Voltaire, Diderot, d'Alembert, Rousseau et Kant sont les plus célèbres représentants de la philosophie des lumières.

4. Par affaibl. Ligne de conduite, manière d'appréhender l'existence. Exemple: Ne jamais renoncer, voilà sa philosophie.
Fermeté d'âme: Accepter son sort avec philosophie. Elle a appris la nouvelle avec beaucoup de philosophie. Prendre les choses comme elles viennent, avec philosophie.


Entéléchie : Dans la philosophie d'Aristote, toute réalité parvenue ou sur le point de parvenir à son point d'achèvement. C'est le cas de cette page...

La supériorité d'un peuple ne se mesure pas sur un terrain de foot ni aux jeux olympiques.
« Le ciel rabaisse toujours ce qui dépasse la mesure » (Hérodote VII - 10)

Citations d'auteurs
Tablette d'AHMAD | Shrî AUROBINDO | BAHÁ'Ú'LLÁH | BARLOW | BERGSON | BRIGGS | CAYCE | COMTE | FROMM GIBRAN | HEGEL | HEYOAN | KRISHNAMURTI | LAO TSEU | LEIBNIZ | MONEY | MONNIER | O.N.U. | PASCAL | PERROUX PLATON | POINCARE | SION | SPINOZA | TEILHARD DE CHARDIN | THOMAS D'AQUIN | VASSE | VIVEKANANDA

REPERTOIRE COMPLET >>>>>>>>

^ HAUT
<<< Agrandir la fenêtre au maximum touche F11 >>>
Explorer est nécessaire (sans bloquer Javascript)
pour permettre l'affichage des fenêtres explicatives.
Préférer Vista avec Explorer, texte de taille moyenne, appuyer sur F11.
Agrandir la page au maximum - écran 800 x 600.

  Sur le site FOILOGIC on parle de foi et de religions - ici le mot juif ne concerne que la religion juive.