Extraits du livre

L'ART D'AIMER (1956)

d'Erich FROMM


p11: “L'amour n'est pas un sentiment à la portée de n'importe qui:
il dépend de notre degré de maturité. (...)”

p16: “Les gens pensent qu'il est simple d'aimer,
mais qu'il est difficile de découvrir le bon objet à aimer
ou qui les aimera.”

p17: “Toute notre culture se fonde sur un appétit d'achat,
sur l'idée d'un échange mutuellement profitable. (...)
«Attrayant» signifie d'habitude un joli paquet de qualités qui jouissent de popularité
et sont recherchées sur le marché de la personnalité. (...)
Ainsi deux personnes tombent-elles amoureuses lorsqu'elles ont le sentiment
d'avoir découvert le meilleur objet disponible sur le marché,
compte-tenu des limitations de leur propre valeur d'échange.”

p18: “Dans une culture où prévaut l'orientation commerciale
et dans laquelle le succès matériel constitue la valeur éminente,
il n'y a guère de quoi s'étonner
que les relations amoureuses suivent le même modèle d'échange
que celui qui gouverne le marché des affaires et du travail. (...)”

p 18: “Si deux personnes qui sont étrangères, comme nous le sommes tous,
laissent soudainement s'abattre le mur qui les séparait,
et se sentent proches, se sentent une,
ce moment d'unicité est une des expériences les plus vivifiantes
et les plus émouvantes de la vie.
Il est d'autant plus merveilleux et miraculeux
pour les personnes qui ont vécu séparées, isolées, sans amour.
Ce miracle de soudaine intimité est souvent facilité s'il s'associe à,
ou est suscité par l'attraction et la consommation sexuelle.
Cependant, de par sa nature même, ce type damour n'est pas durable.
Les deux personnes s'accoutument l'une à l'autre,
leur intimité perd de plus en plus son caractère miraculeux,
jusqu'à ce que leur antagonisme, leurs déceptions, leur ennui mutuel,
tuent ce qui a pu subsister de l'émoi initial.
Mais voila, au début elles ne se doutent de rien:
elles prennent en effet l'intensité de l'engouement,
cet état d'être «fou» l'un de l'autre,
pour une preuve de l'intensité de leur amour,
alors que cela ne fait que révéler le degré de leur solitude antérieure.”

“Il n'y a guère d'activité, d'entreprise,
dans laquelle on s'engage avec des espoirs et attentes aussi démesurés,
et qui pourtant échoue aussi régulièrement que l'amour.”

p 19: “(...) il semble qu'il n'y ait qu'une seule façon efficace de surmonter l'échec de l'amour -
c'est d'examiner les raisons de cet échec et d'étudier la signification de l'amour.”

p 20: “(...) le succès, le prestige, l'argent, le pouvoir -
nous consacrons la presque totalité de notre énergie
à apprendre comment atteindre ces objectifs,
et nous n'en réservons quasi pas à apprendre l'art d'aimer.”

p 24: “L'homme est doué de raison; il est vie consciente d'elle-même;
il a conscience de lui-même, de son semblable,
de son passé, et des possibilités de son avenir.
Cette conscience de lui-même comme entité séparée,
la conscience de la brièveté de sa propre vie,
du fait qu'il a été engendré sans sa volonté et qu'il meurt contre sa volonté,
qu'il mourra avant ceux qu'il aime ou eux avant lui,
la conscience de sa solitude et de sa séparation,
de son impuissance devant les forces de la nature et de la société,
tout ceci fait de son existence séparée,
désunie, une prison insupportable.”

p 23: “L'homme ne peut avancer qu'en développant sa raison,
en trouvant une harmonie nouvelle (...)”

p 25: “Le besoin le plus profond de l'homme est de surmonter sa séparation,
de fuir la prison de sa solitude. (...)”

p 29: “(...) l'union au groupe constitue la façon prévalente de surmonter la séparation. (...)
Si je ressemble à quiconque, si je n'ai ni sentiments, ni pensées qui m'en distinguent,
si je me conforme aux coutumes, usages vestimentaires et idées,
au pattern du groupe, je suis sauvé; sauvé de l'expérience effrayante de la solitude.”

p 105: “Une foule grandissante de gens perdent leur autonomie
et tombent sous la dépendance de ceux qui dirigent les grands empires économiques.
De la concentration des capitaux résulte un autre trait saillant du capitalisme moderne:
la forme particulière que revêt l'organisation du travail.
Dans les entreprises fortement centralisées,
la division absolue du travail a pour effet d'anéantir l'individualité du travailleur,
d'en faire le rouage d'une machine.

Le capitalisme moderne a besoin d'hommes qui coopèrent uniment et en grand nombre,
qui veulent consommer toujours davantage,
et dont les goûts sont standardisés, facilement modelables et prévisibles.
D'hommes qui, tout en ayant le sentiment de rester libres et autonomes,
de n'être soumis à aucune autorité, règle ou contrainte intérieure,
acceptent cependant d'être commandés, d'exécuter ce que l'on attend d'eux,
de s'insérer sans frictions dans la machine sociale.
D'hommes que l'on peut diriger sans violence,
conduire sans chefs, mouvoir sans but, sinon celui de tenir sa place,
d'être en mouvement, de fonctionner, de continuer d'avancer.”

p 151: “Tant les penseurs radicaux que l'individu moyen
sont des automates sans amour.”

p 30: “La plupart des gens ne sont même pas conscients de leur besoin de conformisme.
Ils vivent avec l'illusion qu'ils suivent leurs propres idées et penchants,
qu'ils sont individualistes, que les opinions auxquelles ils sont arrivés
représentent l'aboutissement de leur propre réflexion -
et que, si leurs idées rejoignent celles de la majorité,
c'est en quelque sorte une coïncidence.
Le consensus de tous sert de preuve à la justesse de «leurs» idées. (...)
Le slogan publicitaire « c'est différent » révèle ce besoin pathétique de différence,
alors qu'en réalité c'est à peine s'il en subsiste quelqu'une. (...)”

p 25: “L'homme, - de tout âge et de toute culture -
se trouve confronté à la solution d'un seul et même problème:
comment surmonter la séparation, comment accomplir l'union,
comment transcender sa propre vie individuelle et trouver l'unicité?”

p 35: “Ce qui importe, c'est que nous sachions
de quelle sorte d'union nous nous entretenons lorsque nous parlons de l'amour.”

p 39: “(...) l'amour est une action, la pratique d'un pouvoir humain
qui ne peut s'exercer que dans la liberté et jamais sous l'effet d'une contrainte.”

p 121: “(...) Une autre forme d'amour névrotique
se caractérise par le recours à des mécanismes projectifs
dans le but d'éviter ses propres problèmes,
toute l'attention se concentrant sur les imperfections
et les faiblesses de la personne «aimée».”

p 39: “L'amour est une activité, non un affect passif;
il est un «prendre part à», et non un «se laisser prendre». (...)
l'amour consiste essentiellement à donner, non à recevoir. (...)
Le malentendu le plus courant est de croire que donner,
c'est abandonner quelque chose, se priver de, renoncer. (...)
Les gens à orientation non-productive ressentent le don comme un appauvrissement.”

p 40: “Certains, il est vrai, érigent le don en vertu,
mais en le concevant comme un sacrifice. (...)
Pour un caractère productif, le don revêt une signification entièrement différente. (...)
Donner est source de plus de joie que recevoir, non parce qu'il s'agit d'une privation,
mais parce que dans le don s'exprime ma vitalité.”

p 41: “Que donne un être à un autre?
Il donne de lui-même, de ce qu'il a de plus précieux, il donne de sa vie.
(...) il donne de ce qui est vivant en lui;
il donne de sa joie, de son intérêt, de sa compréhension,
de son savoir, de son humeur, de sa tristesse
- bref, de tout ce qui exprime et manifeste ce qui vit en lui.
En donnant ainsi de sa vie, il enrichit l'autre,
il en rehausse le sens de la vitalité en même temps qu'il rehausse le sien propre.
Il ne donne pas dans l'intention de recevoir,
car le don constitue comme tel une joie exquise.”

p 141: “La pratique de l'art d'aimer exige la pratique de la foi.
La foi exige du courage, la capacité de prendre des risques,
tout en se tenant prêt à accepter souffrances et désillusions.”

p 152: “Dans le système actuel, ceux qui sont capables d'amour
sont forcément des exceptions.”

p 153: “(Dans nos sociétés actuelles)
“Toutes les activités sont subordonnées à des objectifs économiques,
les moyens sont devenus des fins; (...)
Pour que l'homme soit en mesure d'aimer,
il faut qu'il réintègre la place suprême qui lui revient. (...)
Non, parler de l'amour, ce n'est pas «prêcher»,
car c'est parler d'un besoin ultime et réél en chaque être humain. (...)
La foi dans la possibilité de l'amour (...)
est une foi rationnelle
qui se fonde sur l'intuition de la véritable nature de l'homme.”

(THE ART OF LOVING, Erich FROMM).                                   

ADOPTION & MARIAGE HOMOSEXUEL >>>

CORRESPONDANCE SUR INTERNET

QUESTION:
Que faut-il penser du taux de croissance?


REPONSE:

La société de consommation voudrait faire croire aux gens qu'il faut consommer, c-à-d détruire,
et accroître ce processus pour être plus heureux en le répétant à l'infini comme si (étymol)
cette addition de destructions consuméristes permettait de l'être davantage.

Il en résulte la généralisation d'un mythe au sujet du «taux de croissance» dont on présume
qu'il n'est rien d'autre que la représentation d'activités bénéfiques pour tout le pays,
parce qu'on lui suppose des retombées fructueuses pour tous. Qu'en est-il en réalité?

Quand les industriels augmentent leurs prix de vente, et quand les commerçants en font autant, cela augmente le PIB («valeur ajoutée»), tandis que cela diminue le contenu des porte-monnaies des consommateurs. C'est cela la croissance dont on nous rebat les oreilles:
c'est le profit des financiers.
Quand les entreprises licencient des ouvriers («restructuration»), cela augmente leurs bénéfices (moins de frais, + de valeur ajoutée c-à-d de PIB) donc cela gonfle le taux de croissance. Conclusion: Cet indice n'est pas un gage de créations d'emplois.

En revanche, l'augmentation du taux de croissance est généralement le signe d'arnaques financières qui se multiplient et qui démoralisent la population. C'est un état d'esprit qui entraîne le gaspillage des ressources de la planète tout en conduisant à polluer toujours davantage (voir plus loin) dans un monde souvent violent et cruel, où les gens endettés et frustrés sont de plus en plus nombreux à se suicider.

Une croissance grandissante ne garantit donc pas le bonheur. Dans l'état actuel des choses, cela amplifie plutôt les injustices et cela accentue l'effet de serre dans un contexte de surproduction
que les soldes périodiques viennent confirmer plusieurs fois par an. («Travaillez plus...»)
Le bonheur dépend surtout de l'harmonie sentimentale, donc de la cohérence. Cependant
certaines compagnies détruisent d'immenses forêts à des fins spéculatives, ce qui diminue la quantité d'oxygène et augmente celle du CO2. Même constat quand on délocalise, et chaque fois que le trafic routier augmente, ou qu'on gaspille de l'énergie pour attirer les clients, par exemple avec des canons à neige - jusque dans les pays chauds comme à Dubaï! -
ou en chauffant les télésièges des skieurs: («Travaillez plus, consommez plus, détruisez plus...»)
on en arrive à détruire la planète pour se réchauffer le derrière... ou attirer des clients
c-à-d pour se procurer de l'argent qui permettra de consommer encore, consumer, saccager!

En définitive,
le souci du taux de croissance illustre la confusion entre l'être et l'avoir.

Faire ce constat (dans le détachement) permet de plaider en faveur des valeurs spirituelles,
dans l'humilité et la simplicité, car notre principe existentiel s'avère évident:
on observe dans l'univers de nombreux signes du souffle de cohérence qui nous anime
et sans lequel il n'y aurait pas de raison
pour que les particules, les atomes, et les molécules s'assemblent
pour créer la vie et cette matière pensante que nous sommes, capable d'améliorer son sort.
Les indices concordants et les expériences reproductibles en confirment l'existence:
cette influence dynamique et cohérente nous a gratifiés d'une vie sensée (car transcendante).
On appelle Dieu la Cause essentielle de ce processus créatif (universel et cohérent)
qui caractérise notre existence depuis son origine, et qui interpelle les gens de bonne foi.
Quand on aime la vie, on aime son essence et sa source,
on en respecte le sens, conforme au bien.
On préfère la simplicité volontaire plutôt que d'épuiser les ressources de notre planète.
Il convient d'être conscient de notre essence en vue d'accéder lucidement à l'authenticité.

Les croyants authentiques respectent la nature, ils refusent le luxe et la sophistication.
^ HAUT
chapitre AMOUR & CONSCIENCE >>>
JALOUSIE PRIMITIVE >>>    
ADOPTION & MARIAGE HOMOSEXUEL >>>
R E P E R T O I R E
  ACCUEIL* |  LOGIQUE DE LA FOI* |  INTRODUCTION* |  CROYANCE* |  PRINCIPE* |  AMOUR ET CONSCIENCE* |  INCONSCIENT* |  FRUIT DEFENDU* |  FRUIT DEFENDU (2)*  ATTACHEMENT* |  LIBERTE* |  VRAIE VIE* |  IMMANENCE* |  TRANSCENDANCE* |  RIRE* |  IRONIE* |  VIOLENCE* |  RESPECT* |  ESPOIR* |  VOLONTE* |  CONCLUSION*

Pour une meilleure compréhension de l'argumentation, il est préférable de suivre l'ordre proposé
(à partir de l'accueil, cliquer sur suite)
pour la lecture des chapitres qui précèdent le fichier "transcendance".

  COHERENCE* |   FRACTALES* |   HUYGENS* |   SECTES* |   CLONAGE* |   PRIMITIFS* |   EGOISME* |   SOURIEZ* |   MASCARADE* |   MONDIALISATION* |   THEORIE du genre*   GENESE & VIE ETERNELLE* |   mariage & ADOPTION par des homos * |   TRAFIC D'INFLUENCE* |   LES BAHÁ'ÍS* |   ENSEIGNER* |   EXPERIENCES SPIRITUELLES* |   Qu'est-il permis d'espérer?*

Médecine spirituelle chinoise
Congrès sioniste mondial
Précisions sur les RACES
ici vous êtes à la page : >>> E r i c h   F R O M M astérisque: page déjà visitée.
Dans le monde occidental, les croyants préfèrent généralement distinguer deux catégories de désirs:
1) les aspirations élevées    2) les envies malsaines de nos bas instincts.
L'attachement est un processus égoïste exprimant le désir instinctif.
Exemple: chercher à s'approprier des enfants pour se faire plaisir,
(notamment dans les cas d'adoption par des homosexuels)
c'est vouloir exercer une mainmise qui s'oppose à l'authenticité naturelle.
                          ADOPTION et mariage homosexuel   >>>                                                                                      

Vouloir tirer profit des sentiments que procurent les relations avec l'autre,
cela tisse des liens d'attachement jaloux qui emprisonnent la conscience.




La fidélité est nécessaire quand on s'engage dans le mariage:
« Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours, assistance. » (Article 212, cf Légifrance)  >>>
Faute de quoi le mariage n'a plus de sens.


Le « mariage pour tous » ne respecte plus ce devoir de fidélité,
puisque deux homos sont bien obligés de faire intervenir une troisième personne pour avoir un enfant:
il s'agit donc au moins d'un ménage à trois,
- la preuve: les gays auront droit à un congé parental -
en flagrante contradiction avec le devoir de fidélité conjugale!
(puisque la GPA n'est pas permise, c'est de la bigamie programmée officiellement)
Mais cette 3ème personne (la vraie mère ou le vrai père) sera sciemment absente!


Se marier avec l'un en prévoyant de faire des enfants avec l'autre, c'est une imposture d'autant plus flagrante que
        le vrai père ou la vraie mère manquera à l'enfant, non par accident, mais à cause d'une malveillance délibérée. >>>  
 >>>   suite >>>

Les enfants adoptés ont besoin que leur famille d'accueil représente un scénario de leur naissance qui soit crédible. (cf doc. P. Lévy-Soussan)

Il importe de comprendre l'importance du respect de l'authenticité à l'égard de l'essence de la vie,
et de se soucier des petites victimes qui feront les frais de cette loi dérogatoire qui anéantit le sens de l'engagement dans le mariage
et qui provoque des inégalités entre les adoptés.


A C T U A L I T E      

L'enfant a besoin d'authenticité éducative concernant sa propre origine,
donc de la mixité parentale (homme + femme)
qui représente la base fondamentale de l'humanité
sans laquelle le petit ne pourrait pas exister.

Quand un professionnel choisit une famille d'accueil pour un orphelin,
laquelle devra être structurante pour ses protégés, donc authentique,
il doit préférer une maisonnée qui a fait ses preuves, un foyer stable
dans lequel vivent déjà des enfants en sécurité affective depuis des années,
alors qu'on sait bien qu'en moyenne les PACS d'homos
ne durent guère plus de 2 ans 1/2 (selon le propre aveu de Madame TAUBIRA).


La richesse éducative de la complémentarité parentale est incontestable.

mariage.adoption.homosexuels.html

Demandons l'égalité des chances pour tous les enfants.



Citations d'auteurs
Tablette d'AHMAD | Shrî AUROBINDO | BAHÁ'Ú'LLÁH | BARLOW | BERGSON | BRIGGS | CAYCE | COMTE | FROMM GIBRAN | HEGEL | HEYOAN | KRISHNAMURTI | LAO TSEU | LEIBNIZ | MONEY | MONNIER | PASCAL | PERROUX PLATON | POINCARE | SION | SPINOZA | TEILHARD DE CHARDIN | THOMAS D'AQUIN | VASSE | VIVEKANANDA
  Préférer Explorer, texte de taille moyenne, écran 800 x 600.
Agrandir la page au maximum : appuyer sur F11.
^ HAUT